Test Beyblade : VForce

Vous les avez découverts à travers de petits écrans et des aires de jeux. La folie Beyblade investit désormais les consoles, et au bout d’un moment sur la Playstation, maintenant sur la GameCube, le conflit continue. Malheureusement, les résultats étaient encore désastreux.

Je crois, basé sur la saison 2 de la série animée, Beyblade: Vforce Super Tournament Battle est la première et, espérons-le, la dernière application inspirée de Beyblade à être publiée sur le GameCube. Dans le spectacle, affrontez des duels sauvages dans des arènes exiguës où votre principal ennemi n’est ni les adversaires contrôlés par le processeur ni la difficulté logicielle, mais l’ennui. Fans de Beyblade ou pas, gardons l’œil ouvert sur la médiocrité de ce titre, dont l’intérêt est sans doute proche du zéro absolu.

Commençons par les aspects positifs de Beyblade, car il y en a quelques-uns. Certes, elles sont peu nombreuses et liées à des détails, mais tout de même. Par exemple, les fans de la série pleureront de joie lorsqu’ils retrouveront pas moins de 10 Beybladers de la série sur l’écran de sélection des personnages, ainsi que le personnage créé au lancement du jeu, un garçon ou une fille nommé par vous. Dans l’ensemble, nous avons constaté que Tyson, Kai, Max, Ray, Ozuma, Kenny, Gouki, Kane, Mariam et Dunga peuvent tous participer dès le début en dehors du tournoi. Si les différences entre eux étaient complètement inexistantes, surtout avec leurs visages tout droit sortis de l’anime, on adorerait les retrouver ici, du moins pour ceux qui connaissent la série.

J’en profite pour préciser qu’il est inconcevable que quelqu’un qui n’est pas encore accro au phénomène Beyblade s’intéresse à ce titre. Jouer plus de cinq minutes est déjà un défi, d’autant plus que c’est juste le temps qu’il faut pour explorer les possibilités du logiciel. Le jeu est divisé en plusieurs modes de jeu qui permettent d’affronter des amis, d’enchaîner des combats en free-to-play, ou de défier les meilleurs joueurs en mode tournoi. Les salles où les personnages se rencontrent en SD (Super Morph) donnent également accès à la boutique et à une galerie d’images qui se débloquent lorsque vous jouez.

Les duels se déroulent dans des arènes parfois piégées où les joueurs font la course à travers des toupies dotées de capacités spéciales. Chaque toupie peut en effet invoquer un spectre dont l’efficacité dépend directement de la taille du cercle d’invocation, qui grossit au fur et à mesure que les toupies se heurtent. Ainsi, le cercle a trois niveaux de puissance, il peut donc produire un spectre qui n’est pas directement contrôlable, mais s’il se trouve dans le chemin du trou, il peut faire sauter le sommet opposé ou le briser en faisant plus de dégâts sur le dessus. Par conséquent, le sommet est persistant, ce qui le fait casser ou s’arrêter une fois qu’il tombe à zéro.

Nous acquérons alors une meilleure compréhension des caractéristiques d’intérêt de chaque toupie, telles que l’attaque, la défense, l’endurance, la maniabilité, la direction de rotation et la rotation maximale. Le personnage contrôlé par le joueur se contente d’augmenter les niveaux d’expérience et de gagner des points, qu’il peut ensuite acheter des éléments pour améliorer sa toupie. Le but est également d’obtenir tous les Spectre ou Bit Beasts de la collection. Pourtant, toutes les parties ont souffert d’un désintérêt brutal. Nous nous contentons de ne pas rater son lancer, puis chargeons le sommet adverse pour élargir son cercle d’invocation afin de libérer son spectre. Une astuce consiste également à ne pas relâcher votre Bit Beast trop rapidement, mais à sauter volontairement après que le cercle se soit rempli pour un lancer plus puissant au tour suivant. Lancer avec le bouton B, puis accompagné de la présence de spectre, cela rend votre top plus efficace. C’est à peu près la seule subtilité du jeu, le reste est coquin, et encore plus pénible c’est 4 joueurs, chacun prenant son Bit Beast pour tenter sa chance et virer ses adversaires, ce qui rend le jeu très insupportable. .A vous de décider si vous êtes vraiment un fan capable de vivre avec tous ces gros défauts et d’essayer de vous y intéresser.

En résumé !

Test Beyblade : VForce

Vous les avez découverts à travers de petits écrans et des aires de jeux. La folie Beyblade investit désormais les consoles, et au bout d'un moment sur la Playstation, maintenant sur la GameCube, le conflit continue. Malheureusement, les résultats étaient encore désastreux. Je crois, basé sur la saison 2 de la série animée, Beyblade: Vforce Super Tournament Battle est la première et, espérons-le, la dernière application inspirée de Beyblade à être publiée sur le GameCube. Dans le spectacle, affrontez des duels sauvages dans des arènes exiguës où votre principal ennemi n'est ni les adversaires contrôlés par le processeur ni la difficulté logicielle, mais l'ennui. Fans de Beyblade ou pas, gardons l'œil ouvert sur la médiocrité de ce titre, dont l'intérêt est sans doute proche du zéro absolu. Commençons par les aspects positifs de Beyblade, car il y en a quelques-uns. Certes, elles sont peu nombreuses et liées à des détails, mais tout de même. Par exemple, les fans de la série pleureront de joie lorsqu'ils retrouveront pas moins de 10 Beybladers de la série sur l'écran de sélection des personnages, ainsi que le personnage créé au lancement du jeu, un garçon ou une fille nommé par vous. Dans l'ensemble, nous avons constaté que Tyson, Kai, Max, Ray, Ozuma, Kenny, Gouki, Kane, Mariam et Dunga peuvent tous participer dès le début en dehors du tournoi. Si les différences entre eux étaient complètement inexistantes, surtout avec leurs visages tout droit sortis de l'anime, on adorerait les retrouver ici, du moins pour ceux qui connaissent la série. J'en profite pour préciser qu'il est inconcevable que quelqu'un qui n'est pas encore accro au phénomène Beyblade s'intéresse à ce titre. Jouer plus de cinq minutes est déjà un défi, d'autant plus que c'est juste le temps qu'il faut pour explorer les possibilités du logiciel. Le jeu est divisé en plusieurs modes de jeu qui permettent d'affronter des amis, d'enchaîner des combats en free-to-play, ou de défier les meilleurs joueurs en mode tournoi. Les salles où les personnages se rencontrent en SD (Super Morph) donnent également accès à la boutique et à une galerie d'images qui se débloquent lorsque vous jouez. Les duels se déroulent dans des arènes parfois piégées où les joueurs font la course à travers des toupies dotées de capacités spéciales. Chaque toupie peut en effet invoquer un spectre dont l'efficacité dépend directement de la taille du cercle d'invocation, qui grossit au fur et à mesure que les toupies se heurtent. Ainsi, le cercle a trois niveaux de puissance, il peut donc produire un spectre qui n'est pas directement contrôlable, mais s'il se trouve dans le chemin du trou, il peut faire sauter le sommet opposé ou le briser en faisant plus de dégâts sur le dessus. Par conséquent, le sommet est persistant, ce qui le fait casser ou s'arrêter une fois qu'il tombe à zéro. Nous acquérons alors une meilleure compréhension des caractéristiques d'intérêt de chaque toupie, telles que l'attaque, la défense, l'endurance, la maniabilité, la direction de rotation et la rotation maximale. Le personnage contrôlé par le joueur se contente d'augmenter les niveaux d'expérience et de gagner des points, qu'il peut ensuite acheter des éléments pour améliorer sa toupie. Le but est également d'obtenir tous les Spectre ou Bit Beasts de la collection. Pourtant, toutes les parties ont souffert d'un désintérêt brutal. Nous nous contentons de ne pas rater son lancer, puis chargeons le sommet adverse pour élargir son cercle d'invocation afin de libérer son spectre. Une astuce consiste également à ne pas relâcher votre Bit Beast trop rapidement, mais à sauter volontairement après que le cercle se soit rempli pour un lancer plus puissant au tour suivant. Lancer avec le bouton B, puis accompagné de la présence de spectre, cela rend votre top plus efficace. C'est à peu près la seule subtilité du jeu, le reste est coquin, et encore plus pénible c'est 4 joueurs, chacun prenant son Bit Beast pour tenter sa chance et virer ses adversaires, ce qui rend le jeu très insupportable. .A vous de décider si vous êtes vraiment un fan capable de vivre avec tous ces gros défauts et d'essayer de vous y intéresser.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!