Test Bilbo le Hobbit

Dans l’ombre de Frodo Baggins, un vieux hobbit nommé Bilbon se faufile dans la GameCube pour nous rappeler qu’il est lui-même un brave demi-homme et l’un des malheureux propriétaires de l’anneau. Revivez la jeunesse de Bilbo dans cette adaptation en jeu du prélude du Seigneur des anneaux.

Si l’on veut comprendre le début de la quête de Frodon dans Le Seigneur des Anneaux, il faut remonter longtemps en arrière, lorsque l’anneau est passé de main en main, de Sauron à Isildur, il a été vaincu et a jeté l’anneau dedans. Les vagues de l’Anduin font d’un certain Déagol son propriétaire éphémère, qui est ensuite volé par son cousin Sméagol. Dévoré par son « bébé », Smeagol se transforme en Gollum et se cache dans la grotte où apparaît un jour le pauvre Bilbo, perdu dans une de ses aventures. Bilbo le Hobbit commence ici, l’histoire du voyage de Bilbo Sacquet, accompagné des nains Thorin, vers le célèbre trésor gardé par le dragon Smaug. Face à toutes les aventures qui les attendent sur le chemin, Bilbon trouve que l’anneau semble anodin, mais nous connaissons la suite. Les fans attendent donc l’adaptation du livre par Vivendi, et ils espèrent certainement trouver un jeu de qualité qui respecte le roman original. Bien sûr, ces efforts sont là pour tous, mais les résultats ne sont pas ce qu’aurait dû être l’adaptation d’un tel monument à la littérature anglaise.

Comme d’habitude, du moins pour ce que nous avons vu dans La Communauté de l’Anneau, sorti l’année dernière, Vivendi nous a fourni un logiciel qui ne restitue pas l’atmosphère qui apparaît dans le roman et reste dans le roman hors de propos Et le fait qu’il n’existe pas, au lieu de raconter les détails importants que l’on remarque au cours de la lecture du livre. Du coup, nous nous sommes retrouvés face à des jeux qui ne convaincraient ni les fans de fiction ni les plateformers d’action, qui seraient freinés par des défauts de gameplay et des réalisations moyennes. Tout commence avec l’arrivée des nains de Thorin chez Bilbo, et le récit est très concis, sans les éléments humoristiques du premier chapitre. Hérésie, et puis on se retrouve dans une bataille entre elfes et gobelins sous prétexte d’un rêve Bilbo dans l’esprit des développeurs. Lorsque Bilbo se réveille, alors qu’il doit courir directement à l’Auberge du Dragon Vert pour chasser les nains, il y a une phase de recherche longue mais partiellement optionnelle où les Hobbits vont passer leur temps à chercher les bibelots perdus par les riverains de la Comté et même jouer à se cacher et chercher. Là, nous avons appris que les développeurs préfèrent se permettre d’avoir de grandes différences de script et ajouter de nombreux nouveaux scénarios, plutôt que de s’attarder sur d’autres aspects du livre. Un choix discutable, d’autant que l’intérêt pour les nouvelles tâches est souvent proche du zéro absolu.

Bref, on s’est dépêché de quitter Shire pour juger de l’effet des scènes d’action, et puis, oh, surprise, le gameplay s’est avéré très, très moyen. Les angles de vision sont terribles, mais plus que compensés par le contrôle total fourni par le stick droit. Très lent pour transporter des objets et grimper sur des cordes ou des échelles. Quant au combat, ils ont été déçus du chaos car il n’y avait pas de gardes, même si le verrou était là et que les combos étaient lents. Au-delà, le journal des quêtes est mal fait, car il ne donne pas de vue d’ensemble, mais s’affiche via un menu déroulant sur une toute petite fenêtre, qui est vite submergée par les quêtes annexes. Cependant, Bilbo aura plusieurs occasions de pratiquer le grand saut, en s’appuyant sur son bâton et en adoptant une approche secrète pour pratiquer ses compétences de voleur. On trouve aussi souvent des coffres qui ne peuvent être ouverts qu’en les déverrouillant via des actions spéciales. une belle idée.

A part ça, on ne croit toujours pas à l’originalité des scènes d’action. La plateforme est classique, les combats tellement chaotiques, ce n’est pas du tout agréable à jouer, et les scènes d’infiltration sont souvent un casse-tête. Le logiciel ne s’étend pas assez dans le récit entre les niveaux que seule une personne familière avec le livre peut différencier entre une véritable aventure et une tâche que les développeurs ont imaginée à partir de zéro. Heureusement, on retrouve encore les plus cruciaux de l’original : la rencontre avec les trois trolls, la fuite de la grotte du gobelin, l’énigme et la découverte de l’anneau avec Gollum dans le noir, la bataille avec l’araignée dans l’ancienne forêt , Entrez dans la maison de Beorn, évadez-vous sur les tonneaux du château des Elfes, envahissez l’antre du dragon Smaug, dans la célèbre Bataille des Cinq Armées (elfes, nains et humains contre gobelins et loups). Sûr par nature, mais le résultat est un jeu d’approximation que seuls les collectionneurs de spin-off autour de l’œuvre de Tolkien achèteraient. Dommage que le logiciel ne réalise pas sa fonction principale, qui est de mettre en valeur l’essence du livre et de donner envie aux joueurs de se plonger dans la lecture de romans.

En résumé !

Test Bilbo le Hobbit

Dans l'ombre de Frodo Baggins, un vieux hobbit nommé Bilbon se faufile dans la GameCube pour nous rappeler qu'il est lui-même un brave demi-homme et l'un des malheureux propriétaires de l'anneau. Revivez la jeunesse de Bilbo dans cette adaptation en jeu du prélude du Seigneur des anneaux. Si l'on veut comprendre le début de la quête de Frodon dans Le Seigneur des Anneaux, il faut remonter longtemps en arrière, lorsque l'anneau est passé de main en main, de Sauron à Isildur, il a été vaincu et a jeté l'anneau dedans. Les vagues de l'Anduin font d'un certain Déagol son propriétaire éphémère, qui est ensuite volé par son cousin Sméagol. Dévoré par son "bébé", Smeagol se transforme en Gollum et se cache dans la grotte où apparaît un jour le pauvre Bilbo, perdu dans une de ses aventures. Bilbo le Hobbit commence ici, l'histoire du voyage de Bilbo Sacquet, accompagné des nains Thorin, vers le célèbre trésor gardé par le dragon Smaug. Face à toutes les aventures qui les attendent sur le chemin, Bilbon trouve que l'anneau semble anodin, mais nous connaissons la suite. Les fans attendent donc l'adaptation du livre par Vivendi, et ils espèrent certainement trouver un jeu de qualité qui respecte le roman original. Bien sûr, ces efforts sont là pour tous, mais les résultats ne sont pas ce qu'aurait dû être l'adaptation d'un tel monument à la littérature anglaise. Comme d'habitude, du moins pour ce que nous avons vu dans La Communauté de l'Anneau, sorti l'année dernière, Vivendi nous a fourni un logiciel qui ne restitue pas l'atmosphère qui apparaît dans le roman et reste dans le roman hors de propos Et le fait qu'il n'existe pas, au lieu de raconter les détails importants que l'on remarque au cours de la lecture du livre. Du coup, nous nous sommes retrouvés face à des jeux qui ne convaincraient ni les fans de fiction ni les plateformers d'action, qui seraient freinés par des défauts de gameplay et des réalisations moyennes. Tout commence avec l'arrivée des nains de Thorin chez Bilbo, et le récit est très concis, sans les éléments humoristiques du premier chapitre. Hérésie, et puis on se retrouve dans une bataille entre elfes et gobelins sous prétexte d'un rêve Bilbo dans l'esprit des développeurs. Lorsque Bilbo se réveille, alors qu'il doit courir directement à l'Auberge du Dragon Vert pour chasser les nains, il y a une phase de recherche longue mais partiellement optionnelle où les Hobbits vont passer leur temps à chercher les bibelots perdus par les riverains de la Comté et même jouer à se cacher et chercher. Là, nous avons appris que les développeurs préfèrent se permettre d'avoir de grandes différences de script et ajouter de nombreux nouveaux scénarios, plutôt que de s'attarder sur d'autres aspects du livre. Un choix discutable, d'autant que l'intérêt pour les nouvelles tâches est souvent proche du zéro absolu. Bref, on s'est dépêché de quitter Shire pour juger de l'effet des scènes d'action, et puis, oh, surprise, le gameplay s'est avéré très, très moyen. Les angles de vision sont terribles, mais plus que compensés par le contrôle total fourni par le stick droit. Très lent pour transporter des objets et grimper sur des cordes ou des échelles. Quant au combat, ils ont été déçus du chaos car il n'y avait pas de gardes, même si le verrou était là et que les combos étaient lents. Au-delà, le journal des quêtes est mal fait, car il ne donne pas de vue d'ensemble, mais s'affiche via un menu déroulant sur une toute petite fenêtre, qui est vite submergée par les quêtes annexes. Cependant, Bilbo aura plusieurs occasions de pratiquer le grand saut, en s'appuyant sur son bâton et en adoptant une approche secrète pour pratiquer ses compétences de voleur. On trouve aussi souvent des coffres qui ne peuvent être ouverts qu'en les déverrouillant via des actions spéciales. une belle idée. A part ça, on ne croit toujours pas à l'originalité des scènes d'action. La plateforme est classique, les combats tellement chaotiques, ce n'est pas du tout agréable à jouer, et les scènes d'infiltration sont souvent un casse-tête. Le logiciel ne s'étend pas assez dans le récit entre les niveaux que seule une personne familière avec le livre peut différencier entre une véritable aventure et une tâche que les développeurs ont imaginée à partir de zéro. Heureusement, on retrouve encore les plus cruciaux de l'original : la rencontre avec les trois trolls, la fuite de la grotte du gobelin, l'énigme et la découverte de l'anneau avec Gollum dans le noir, la bataille avec l'araignée dans l'ancienne forêt , Entrez dans la maison de Beorn, évadez-vous sur les tonneaux du château des Elfes, envahissez l'antre du dragon Smaug, dans la célèbre Bataille des Cinq Armées (elfes, nains et humains contre gobelins et loups). Sûr par nature, mais le résultat est un jeu d'approximation que seuls les collectionneurs de spin-off autour de l'œuvre de Tolkien achèteraient. Dommage que le logiciel ne réalise pas sa fonction principale, qui est de mettre en valeur l'essence du livre et de donner envie aux joueurs de se plonger dans la lecture de romans.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!