Test Bionic Commando Rearmed 2

Après un retour réussi en 2008, Bionic Commandos revient avec un deuxième épisode « HDized ». Reprenant le concept original, cette nouvelle épopée nous offre la possibilité de retrouver le lieutenant Nathan Ladd Spencer, toujours aux cheveux roux, mais cette fois avec une jolie moustache. Si ce n’est pas la peine de retourner dans la tourmente, il va sans dire que rien n’en vaut la peine !

Bionic Commando Rearmed 2 commence comme un film de série B, montrant pleinement son côté kitsch, à travers son scénario daté et à travers la performance dionysiaque de son protagoniste. Donc, si le pitch original nous avait parlé d’un dictateur de bande dessinée et d’une île qui lui tombait sous la coupe, nous garderions plus de rencontres terrestres synonymes de patrons excentriques dans le synopsis, plutôt que par quelque chose comme The Arthur Show Plain conversations essayez humour. Bref, si on ne rigole pas beaucoup dans ce Bionic Commando, on aura la chance de vivre une aventure plus variée que ses aînés. Cependant, nous préférons parler ici d’un environnement de croisement plus éclectique que d’une progression légère.

Oui, allons droit au but, c’est dommage de voir la séquence de hack ou la vue à vol d’oiseau disparue. Pour les remplacer, fatshark a choisi des canaux sans inspiration, nous permettant d’utiliser des fusils de sniper statiques. Kaiser? C’est juste une arme que nous pouvons utiliser à plusieurs endroits pour éliminer tous les ennemis qui se mettent en travers de notre chemin. Aucun intérêt car il suffit de faire le tour du viseur à l’écran et de tirer sur les ennemis. Ensuite, on trouvera un niveau plus ou moins similaire, sauf qu’ici, Nathan se retrouvera à l’intérieur d’un hélicoptère avec la mitrailleuse Gatling qu’il utilisera pour supprimer toute traînée. Bref, on veut plus d’ambition, même s’il faut avouer que tout est plus équilibré qu’avant. Les développeurs ont donc agrémenté leurs bébés de longs passages à base de sauts et de quelques combats au corps à corps, sans oublier des mécaniques interminables qui s’activent afin d’avancer. Pas assez pour fouetter un soldat, mais assez bon pour un jeu comme Bionic Commando Rearmed 2, où le genre et le gameplay s’y prêtent.

A ce sujet, notez qu’il faudra encore du temps pour s’habituer au bras bionique de Maître Nathan. Alors que celui-ci vous fascinera partout, il n’est pas facile d’utiliser l’élan à bon escient pour saisir une autre prise, du moins au début. Après une demi-heure de jeu, cependant, nous nous sommes sentis beaucoup plus à l’aise à cet égard, nous permettant d’utiliser pleinement les incroyables capacités de la rousse, sans parler des six armes que nous récupérerons en cours de route. Jeu. ‘aventure. De ce point de vue, ce n’est pas nouveau, toute l’action est la même que le premier Réarmé et consiste toujours à glisser entre nos bras, prendre et lancer des objets, etc. Enfin, notez que vous pouvez personnaliser votre bras en trouvant 8 améliorations. Ensuite, à vous de choisir le lance-grenades, les améliorations d’uppercut… disons enfin que le boss, plus intéressant que le volet précédent, demande une réelle habileté pour être vaincu et mélange challenge et second degré. Une autre raison de survoler cette suite, qui est bien sûr calquée sur son grand frère, est loin d’être parfaite, mais tout aussi amusante et jouissive.

En résumé !

Test Bionic Commando Rearmed 2

Après un retour réussi en 2008, Bionic Commandos revient avec un deuxième épisode "HDized". Reprenant le concept original, cette nouvelle épopée nous offre la possibilité de retrouver le lieutenant Nathan Ladd Spencer, toujours aux cheveux roux, mais cette fois avec une jolie moustache. Si ce n'est pas la peine de retourner dans la tourmente, il va sans dire que rien n'en vaut la peine ! Bionic Commando Rearmed 2 commence comme un film de série B, montrant pleinement son côté kitsch, à travers son scénario daté et à travers la performance dionysiaque de son protagoniste. Donc, si le pitch original nous avait parlé d'un dictateur de bande dessinée et d'une île qui lui tombait sous la coupe, nous garderions plus de rencontres terrestres synonymes de patrons excentriques dans le synopsis, plutôt que par quelque chose comme The Arthur Show Plain conversations essayez humour. Bref, si on ne rigole pas beaucoup dans ce Bionic Commando, on aura la chance de vivre une aventure plus variée que ses aînés. Cependant, nous préférons parler ici d'un environnement de croisement plus éclectique que d'une progression légère. Oui, allons droit au but, c'est dommage de voir la séquence de hack ou la vue à vol d'oiseau disparue. Pour les remplacer, fatshark a choisi des canaux sans inspiration, nous permettant d'utiliser des fusils de sniper statiques. Kaiser? C'est juste une arme que nous pouvons utiliser à plusieurs endroits pour éliminer tous les ennemis qui se mettent en travers de notre chemin. Aucun intérêt car il suffit de faire le tour du viseur à l'écran et de tirer sur les ennemis. Ensuite, on trouvera un niveau plus ou moins similaire, sauf qu'ici, Nathan se retrouvera à l'intérieur d'un hélicoptère avec la mitrailleuse Gatling qu'il utilisera pour supprimer toute traînée. Bref, on veut plus d'ambition, même s'il faut avouer que tout est plus équilibré qu'avant. Les développeurs ont donc agrémenté leurs bébés de longs passages à base de sauts et de quelques combats au corps à corps, sans oublier des mécaniques interminables qui s'activent afin d'avancer. Pas assez pour fouetter un soldat, mais assez bon pour un jeu comme Bionic Commando Rearmed 2, où le genre et le gameplay s'y prêtent. A ce sujet, notez qu'il faudra encore du temps pour s'habituer au bras bionique de Maître Nathan. Alors que celui-ci vous fascinera partout, il n'est pas facile d'utiliser l'élan à bon escient pour saisir une autre prise, du moins au début. Après une demi-heure de jeu, cependant, nous nous sommes sentis beaucoup plus à l'aise à cet égard, nous permettant d'utiliser pleinement les incroyables capacités de la rousse, sans parler des six armes que nous récupérerons en cours de route. Jeu. 'aventure. De ce point de vue, ce n'est pas nouveau, toute l'action est la même que le premier Réarmé et consiste toujours à glisser entre nos bras, prendre et lancer des objets, etc. Enfin, notez que vous pouvez personnaliser votre bras en trouvant 8 améliorations. Ensuite, à vous de choisir le lance-grenades, les améliorations d'uppercut... disons enfin que le boss, plus intéressant que le volet précédent, demande une réelle habileté pour être vaincu et mélange challenge et second degré. Une autre raison de survoler cette suite, qui est bien sûr calquée sur son grand frère, est loin d'être parfaite, mais tout aussi amusante et jouissive.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!