Test Borderlands : Emeute dans l’Underdome de Mad Moxxi

Un mois après nous avoir invités à massacrer des zombies sur l’île du Dr Ned, Gearbox Studios est de retour avec trois arènes pleines d’ennemis en colère. Inspiré du mode Firefight de Halo: ODST, ce nouveau pack d’extension représente un grand défi pour les mercenaires de Pandora. En effet, si vous comptez sortir vivant du caveau souterrain de Mad Moxey, vous devez d’abord rassembler une équipe de guerriers aguerris autour de vous, car seul, vous n’avez aucune chance.

Le deuxième DLC de Borderlands, Mad Moxxi’s Underdome adopte une approche complètement différente de celle de son prédécesseur. Alors que cette dernière offre un tout nouvel espace et une petite histoire d’amour, cette nouvelle extension n’offre même pas de véritable colle de script pour les joueurs comme nous. Housewives met en effet l’accent sur le combat, l’habileté et l’envie de se battre en coopération dans trois arènes spécialement prévues pour l’occasion. Nous ne pouvons pas reprocher à Gearbox de ne pas nous avoir avertis. Les petits gars du studio américain ont annoncé que Underdome était vraiment réservé aux combattants les plus déterminés de Pandora, et qu’il succomberait à l’action hardcore. Qu’il suffise de dire que ces gars-là ne nous mentent pas à propos de la marchandise.

Accessible depuis n’importe quel terminal New-U (même si vous n’avez pas débloqué le système de déplacement rapide en vous lançant dans l’aventure principale), Underdome vous propose dans un premier temps de tenir cinq rounds dans chacune des trois arènes disponibles. Chaque manche se décompose en cinq vagues d’ennemis de difficulté croissante. Nous allons donc commencer par la vague d’échauffement, puis un coup de pinceau avec les Gunners, puis la Horde, puis le sous-boss, puis le boss carrément. Tous les ennemis sont également issus de la campagne principale, cela ne devrait donc pas vous surprendre. Cependant, à votre grande surprise, les bandits, les marcheurs blancs ou d’autres gardiens de l’arche que vous aimeriez abattre ne lâchent pas d’équipement ou d’expérience. C’est bizarre pour un jeu où l’attraction principale est d’écraser des monstres avant de lâcher votre portefeuille ! En fait, c’est un moyen très efficace de vous forcer à vous concentrer sur l’essentiel : la survie. Mais on vient de s’apercevoir que Borderlands, même s’il a momentanément perdu son aspect « collection d’objets », reste un FPS merveilleux et tendu.

Rassurez-vous, vous recevrez des munitions et des ampoules de soins entre chaque vague, et de nouvelles armes apparaîtront à la fin de chaque tour en bonus. De plus, vous pouvez vous attendre à un équipement de qualité tant que vous restez assez longtemps. Quant à l’expérience, l’expérience ne s’acquiert qu’en remplissant toutes les zones avant de se rendre compte que le système initialement proposé de cinq manches par arène n’était que la pointe de l’iceberg. Non, l’Underdome est bien plus exigeant que ça, comme vous le verrez bientôt… Enfin, sachez que même si vous avez atteint le niveau 50, vous pouvez toujours gagner deux points de compétence supplémentaires. Cela devrait vous motiver à affronter l’enfer. Avec le soutien d’une bonne équipe, il est facile de se laisser prendre à un jeu où l’on se retrouve avec une seule envie : se déchirer et vaincre une bande de connards.

Cependant, il faut savoir qu’à partir du second tour, les choses peuvent toujours se compliquer. C’est aussi à ce moment que la douce Mad Moxie (qui finit par ne servir que de narrateur) va activer le « modificateur ». Déterminés au hasard par une sorte de tirage au sort, ceux-ci vont sensiblement modifier les conditions de jeu de chaque vague : gravité réduite, absence de boucliers, dégâts accrus avec certains types d’armes, précision accrue des ennemis sont autant de paramètres qui peuvent ajouter de l’intérêt au tir. Dans ce cas, vous devrez tout mettre en œuvre pour aider vos coéquipiers, mais si l’un d’eux succombe par hasard, il se retrouvera dans la boîte jusqu’à la fin de la vague en cours. Haute et centrale dans chaque arène, cette fameuse cage high-tech permet à un combattant tombé de suivre l’action et de soutenir ses camarades en continuant à tirer sur leurs adversaires. L’idée est bonne et permet aux malheureux de ne pas se limiter au rôle d’observateur. Alors, même en cas d’échec, nous sommes restés en route.

Enfin, il y a de petits bonus supplémentaires associés à cette extension qui doivent être mentionnés. Vous pouvez également accéder au coffre d’objets en vous rendant dans l’Underdome. Vous pourrez ainsi conserver tout le matériel qui encombre votre inventaire sans avoir à le revendre. Dommage qu’on ne puisse accéder à ce stock qu’à partir du dôme lui-même… mais le plus gros défaut de l’extension finit par n’offrir que trois arènes. Ce dernier pourrait être intelligemment construit pour offrir un peu de variété à la confrontation, mais nous en apprécierions un ou deux, d’autant plus que vous allez probablement y jouer pendant dix heures. ‘Sous le dôme. Le dernier problème que nous avons rencontré ne venait pas directement de l’extension, mais du système de recherche de jeux sur le web. En effet, si vous n’avez pas pris rendez-vous avec un ami bien décidé à traverser les trois arènes majeures de Mad Moxi, il vous est difficile de trouver des joueurs sur le serveur. Rien dans le menu de recherche du jeu ne vous permet réellement de savoir si d’autres combattants ont une extension.

En résumé !

Test Borderlands : Emeute dans l’Underdome de Mad Moxxi

Un mois après nous avoir invités à massacrer des zombies sur l'île du Dr Ned, Gearbox Studios est de retour avec trois arènes pleines d'ennemis en colère. Inspiré du mode Firefight de Halo: ODST, ce nouveau pack d'extension représente un grand défi pour les mercenaires de Pandora. En effet, si vous comptez sortir vivant du caveau souterrain de Mad Moxey, vous devez d'abord rassembler une équipe de guerriers aguerris autour de vous, car seul, vous n'avez aucune chance. Le deuxième DLC de Borderlands, Mad Moxxi's Underdome adopte une approche complètement différente de celle de son prédécesseur. Alors que cette dernière offre un tout nouvel espace et une petite histoire d'amour, cette nouvelle extension n'offre même pas de véritable colle de script pour les joueurs comme nous. Housewives met en effet l'accent sur le combat, l'habileté et l'envie de se battre en coopération dans trois arènes spécialement prévues pour l'occasion. Nous ne pouvons pas reprocher à Gearbox de ne pas nous avoir avertis. Les petits gars du studio américain ont annoncé que Underdome était vraiment réservé aux combattants les plus déterminés de Pandora, et qu'il succomberait à l'action hardcore. Qu'il suffise de dire que ces gars-là ne nous mentent pas à propos de la marchandise. Accessible depuis n'importe quel terminal New-U (même si vous n'avez pas débloqué le système de déplacement rapide en vous lançant dans l'aventure principale), Underdome vous propose dans un premier temps de tenir cinq rounds dans chacune des trois arènes disponibles. Chaque manche se décompose en cinq vagues d'ennemis de difficulté croissante. Nous allons donc commencer par la vague d'échauffement, puis un coup de pinceau avec les Gunners, puis la Horde, puis le sous-boss, puis le boss carrément. Tous les ennemis sont également issus de la campagne principale, cela ne devrait donc pas vous surprendre. Cependant, à votre grande surprise, les bandits, les marcheurs blancs ou d'autres gardiens de l'arche que vous aimeriez abattre ne lâchent pas d'équipement ou d'expérience. C'est bizarre pour un jeu où l'attraction principale est d'écraser des monstres avant de lâcher votre portefeuille ! En fait, c'est un moyen très efficace de vous forcer à vous concentrer sur l'essentiel : la survie. Mais on vient de s'apercevoir que Borderlands, même s'il a momentanément perdu son aspect "collection d'objets", reste un FPS merveilleux et tendu. Rassurez-vous, vous recevrez des munitions et des ampoules de soins entre chaque vague, et de nouvelles armes apparaîtront à la fin de chaque tour en bonus. De plus, vous pouvez vous attendre à un équipement de qualité tant que vous restez assez longtemps. Quant à l'expérience, l'expérience ne s'acquiert qu'en remplissant toutes les zones avant de se rendre compte que le système initialement proposé de cinq manches par arène n'était que la pointe de l'iceberg. Non, l'Underdome est bien plus exigeant que ça, comme vous le verrez bientôt... Enfin, sachez que même si vous avez atteint le niveau 50, vous pouvez toujours gagner deux points de compétence supplémentaires. Cela devrait vous motiver à affronter l'enfer. Avec le soutien d'une bonne équipe, il est facile de se laisser prendre à un jeu où l'on se retrouve avec une seule envie : se déchirer et vaincre une bande de connards. Cependant, il faut savoir qu'à partir du second tour, les choses peuvent toujours se compliquer. C'est aussi à ce moment que la douce Mad Moxie (qui finit par ne servir que de narrateur) va activer le "modificateur". Déterminés au hasard par une sorte de tirage au sort, ceux-ci vont sensiblement modifier les conditions de jeu de chaque vague : gravité réduite, absence de boucliers, dégâts accrus avec certains types d'armes, précision accrue des ennemis sont autant de paramètres qui peuvent ajouter de l'intérêt au tir. Dans ce cas, vous devrez tout mettre en œuvre pour aider vos coéquipiers, mais si l'un d'eux succombe par hasard, il se retrouvera dans la boîte jusqu'à la fin de la vague en cours. Haute et centrale dans chaque arène, cette fameuse cage high-tech permet à un combattant tombé de suivre l'action et de soutenir ses camarades en continuant à tirer sur leurs adversaires. L'idée est bonne et permet aux malheureux de ne pas se limiter au rôle d'observateur. Alors, même en cas d'échec, nous sommes restés en route. Enfin, il y a de petits bonus supplémentaires associés à cette extension qui doivent être mentionnés. Vous pouvez également accéder au coffre d'objets en vous rendant dans l'Underdome. Vous pourrez ainsi conserver tout le matériel qui encombre votre inventaire sans avoir à le revendre. Dommage qu'on ne puisse accéder à ce stock qu'à partir du dôme lui-même... mais le plus gros défaut de l'extension finit par n'offrir que trois arènes. Ce dernier pourrait être intelligemment construit pour offrir un peu de variété à la confrontation, mais nous en apprécierions un ou deux, d'autant plus que vous allez probablement y jouer pendant dix heures. 'Sous le dôme. Le dernier problème que nous avons rencontré ne venait pas directement de l'extension, mais du système de recherche de jeux sur le web. En effet, si vous n'avez pas pris rendez-vous avec un ami bien décidé à traverser les trois arènes majeures de Mad Moxi, il vous est difficile de trouver des joueurs sur le serveur. Rien dans le menu de recherche du jeu ne vous permet réellement de savoir si d'autres combattants ont une extension.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!