Test Bullet Run

Des jeux de tir à la première personne multijoueurs gratuits font déjà leur apparition, mais Sony Online réessaye avec la sortie d’un Bullet Run spécifique. Espérons qu’elle saura se démarquer dans un domaine où la concurrence est féroce et où l’espérance de vie n’est jamais très longue.

Comme Smash T.V. ou, plus récemment, MadWorld sur Wii, Bullet Run propose de participer à un jeu de télé-réalité un peu spécial. En effet, il s’agit d’un jeu extrêmement violent où le but est de tuer de plus en plus d’adversaires. Évidemment, pour réussir, il faut faire plus qu’éliminer les concurrents, car il faut aussi plaire au public. Une petite danse sournoise, des éclats en l’air, des tirs à la tête ou des cabriolets peuvent vous attirer plus d’adeptes et ainsi vous faire connaître plus rapidement la célébrité. Combiné avec les points gagnés, vous pouvez débloquer de nombreuses améliorations, des nouvelles armes aux drones aériens à commande manuelle, en passant par des équipements médicaux plus efficaces, de nouveaux vêtements et coiffures. Il est également possible de personnaliser entièrement votre arsenal en ajoutant des silencieux, des pointeurs laser ou des chargeurs plus gros aux nombreuses armes disponibles et plus encore.

En dehors de cela, Bullet Run est toujours un jeu de tir à la première personne multijoueur assez classique qui n’apporte pas grand-chose au genre. Par exemple, visuellement, le titre est nettement inférieur à Blacklight Retribution. Les textures sont dépassées, l’environnement est vide, et surtout, l’optimisation laisse à désirer. On remarquera aussi quelques bugs plus ou moins méchants : il peut arriver que l’on soit obligé de se « suicider » pour continuer, ruinant un score coûteux. Il convient également de noter que la stabilité des serveurs n’est actuellement pas optimale, même si les développeurs semblent être très actifs à ce niveau. De plus, il y a actuellement trop peu de modes de jeu, car il n’y en a que deux de manière procédurale. Le premier est un match à mort par équipe classique, tandis que le second, appelé Dominion, fournit des éléments clés d’attaque ou de défense pour marquer des points et gagner la partie. Dans tous les cas, les parties durent de 10 à 20 minutes, jusqu’à 20 joueurs, et aucune surprise n’est réservée aux amateurs du genre. L’idée principale présentée est venue du système de charge dit révolutionnaire, qui consiste à appuyer une fois sur la touche appropriée pour déclencher la manœuvre, puis à appuyer une deuxième fois lorsque le compteur circulaire ainsi activé atteint un certain point. Ensuite, une erreur peut ralentir considérablement l’action et vous mettre dans une situation délicate.

En tant que tel, Bullet Run a certains avantages en sa faveur et satisfera probablement les débutants qui cherchent à découvrir le genre gratuitement. Le look est gratuit, car évidemment, il y a des avantages à gagner en dépensant son propre argent. Une monnaie parallèle appelée Station Cash vous permet d’obtenir le statut VIP, de gagner d’énormes récompenses XP et même d’acheter n’importe quel objet ou compétence. Si ce n’est pas un scandale, le statut de platine est à peu près le même que lui, ni plus ni moins que de la triche. Cela vous permet d’obtenir l’objet de votre choix quel que soit votre niveau. Bref, les joueurs de niveau 1 peuvent acheter et améliorer instantanément les armes les plus puissantes du jeu, ce qui crée un véritable déséquilibre. Malheureusement, ce n’est pas le seul axe de ce modèle économique avec un seul objectif : encourager la consommation. Notez que les armes se détériorent à l’usage et que vous devez payer pour chaque réparation. Notez que dans ce cas, utiliser le Station Cash sera plus efficace que les points de base, et le joueur libre sera obligé d’utiliser la plupart de ses gains dans cette situation. Au final, Bullet Run n’est clairement pas un mauvais jeu, mais souffre d’un manque d’originalité tout en proposant une économie minable. Cependant, il n’est pas déconseillé de l’essayer, d’autant plus qu’il est gratuit, mais il y a fort à parier que l’expérience fatiguera vite.

En résumé !

Test Bullet Run

Des jeux de tir à la première personne multijoueurs gratuits font déjà leur apparition, mais Sony Online réessaye avec la sortie d'un Bullet Run spécifique. Espérons qu'elle saura se démarquer dans un domaine où la concurrence est féroce et où l'espérance de vie n'est jamais très longue. Comme Smash T.V. ou, plus récemment, MadWorld sur Wii, Bullet Run propose de participer à un jeu de télé-réalité un peu spécial. En effet, il s'agit d'un jeu extrêmement violent où le but est de tuer de plus en plus d'adversaires. Évidemment, pour réussir, il faut faire plus qu'éliminer les concurrents, car il faut aussi plaire au public. Une petite danse sournoise, des éclats en l'air, des tirs à la tête ou des cabriolets peuvent vous attirer plus d'adeptes et ainsi vous faire connaître plus rapidement la célébrité. Combiné avec les points gagnés, vous pouvez débloquer de nombreuses améliorations, des nouvelles armes aux drones aériens à commande manuelle, en passant par des équipements médicaux plus efficaces, de nouveaux vêtements et coiffures. Il est également possible de personnaliser entièrement votre arsenal en ajoutant des silencieux, des pointeurs laser ou des chargeurs plus gros aux nombreuses armes disponibles et plus encore. En dehors de cela, Bullet Run est toujours un jeu de tir à la première personne multijoueur assez classique qui n'apporte pas grand-chose au genre. Par exemple, visuellement, le titre est nettement inférieur à Blacklight Retribution. Les textures sont dépassées, l'environnement est vide, et surtout, l'optimisation laisse à désirer. On remarquera aussi quelques bugs plus ou moins méchants : il peut arriver que l'on soit obligé de se « suicider » pour continuer, ruinant un score coûteux. Il convient également de noter que la stabilité des serveurs n'est actuellement pas optimale, même si les développeurs semblent être très actifs à ce niveau. De plus, il y a actuellement trop peu de modes de jeu, car il n'y en a que deux de manière procédurale. Le premier est un match à mort par équipe classique, tandis que le second, appelé Dominion, fournit des éléments clés d'attaque ou de défense pour marquer des points et gagner la partie. Dans tous les cas, les parties durent de 10 à 20 minutes, jusqu'à 20 joueurs, et aucune surprise n'est réservée aux amateurs du genre. L'idée principale présentée est venue du système de charge dit révolutionnaire, qui consiste à appuyer une fois sur la touche appropriée pour déclencher la manœuvre, puis à appuyer une deuxième fois lorsque le compteur circulaire ainsi activé atteint un certain point. Ensuite, une erreur peut ralentir considérablement l'action et vous mettre dans une situation délicate. En tant que tel, Bullet Run a certains avantages en sa faveur et satisfera probablement les débutants qui cherchent à découvrir le genre gratuitement. Le look est gratuit, car évidemment, il y a des avantages à gagner en dépensant son propre argent. Une monnaie parallèle appelée Station Cash vous permet d'obtenir le statut VIP, de gagner d'énormes récompenses XP et même d'acheter n'importe quel objet ou compétence. Si ce n'est pas un scandale, le statut de platine est à peu près le même que lui, ni plus ni moins que de la triche. Cela vous permet d'obtenir l'objet de votre choix quel que soit votre niveau. Bref, les joueurs de niveau 1 peuvent acheter et améliorer instantanément les armes les plus puissantes du jeu, ce qui crée un véritable déséquilibre. Malheureusement, ce n'est pas le seul axe de ce modèle économique avec un seul objectif : encourager la consommation. Notez que les armes se détériorent à l'usage et que vous devez payer pour chaque réparation. Notez que dans ce cas, utiliser le Station Cash sera plus efficace que les points de base, et le joueur libre sera obligé d'utiliser la plupart de ses gains dans cette situation. Au final, Bullet Run n'est clairement pas un mauvais jeu, mais souffre d'un manque d'originalité tout en proposant une économie minable. Cependant, il n'est pas déconseillé de l'essayer, d'autant plus qu'il est gratuit, mais il y a fort à parier que l'expérience fatiguera vite.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!