Test Buzz ! Junior : Les P’tits Dinos

Quatre mois seulement après la sortie de Little Monsters, Buzz ! En compagnie de quatre sympathiques dinosaures, Junior nous emmène dans un nouvel environnement. Un épisode amical plus réussi que les épisodes précédents.

Amusez-vous à surfer sur le jeu de société Buzz ! Junior n’a jamais cessé d’avoir des enfants. Nous avons notre troisième clone aux Singes en Délire depuis octobre 2006. Mêmes principes, même gameplay, mêmes défauts, chaque épisode de la série est juste différent dans l’habillage thématique. Inutile de préciser que ce dont il est question ici avec les P’tits Dinos, c’est de préhistoire. Par conséquent, les volcans et les pachydermes sont essentiels. On retrouve aussi tous les clichés habituels comme l’homme des cavernes poilu ou le tyrannosaure affamé dans le contexte de la musique de dessin animé. Pourtant, ce jeu de société très prévisible ne manque pas d’humour et de charme.

En effet, les dinosaures sont expressifs, le décor est coloré, et les animations sont mignonnes. Chaque cadre est rempli de détails intéressants et les personnages secondaires sont souvent hilarants. Ici, un skieur nautique glisse après avoir reçu un caillou au visage, et il y a un serveur préhistorique qui apparaît avec un nœud papillon et une plaque d’argent. Somme toute, nous avons beaucoup ri devant ces tableaux, bizarres et drôles. Comme d’habitude, cette version de Buzz! Junior nous offre ses 25 nouveaux mini-jeux, chacun avec des intérêts et des réalisations différents. La plupart d’entre eux s’inspirent des classiques du genre car ils ne tombent pas dans le plagiat pur et simple (voir Viva Pinata : Le jeu des couleurs tout droit dans Party Animals). Parfois, il faut utiliser les touches colorées pour gravir la montagne, et parfois il faut assommer les stalactites en appuyant sur le bouton Buzz. En fait, rien n’est transcendant. Cependant, la fraîcheur de l’exécution et la justesse du jeu nous ont permis de passer un bon moment devant son petit écran en compagnie de quelques amis. Les consignes sont données verbalement avant chaque activité. Les commandes sont faciles à saisir et leurs effets se reflètent instantanément sur l’écran sans le décalage gênant des Petits Monstres.

Si ces P’tits Dinos ont complètement repris les menus, l’interface et le gameplay du reste de la série, ils ont tout de même introduit une innovation majeure : les événements coopératifs. Désormais, deux équipes de deux joueurs peuvent jouer simultanément dans une dizaine d’épreuves dédiées. Dix, ceux-ci seront sans aucun doute la source de nombreux rires devant la télé à domicile. Tentez votre chance pour vous laisser convaincre lors d’une course de radeau ou d’un tir au melon. La moindre incongruité mène souvent au désastre, les équipages tout au long de la journée s’insultant souvent les uns les autres et se blâmant mutuellement pour le naufrage. Les grands moments malveillants compensent largement la douceur relative de la partie solo. Bien sûr, ce n’est qu’en multijoueur que ce jeu de société peut révéler son potentiel amusant. On se réservera donc le droit d’acheter pour les plus jeunes joueurs qui pourront se faire aider par quelques amis, frères ou pères réconciliés.

En résumé !

Test Buzz ! Junior : Les P’tits Dinos

Quatre mois seulement après la sortie de Little Monsters, Buzz ! En compagnie de quatre sympathiques dinosaures, Junior nous emmène dans un nouvel environnement. Un épisode amical plus réussi que les épisodes précédents. Amusez-vous à surfer sur le jeu de société Buzz ! Junior n'a jamais cessé d'avoir des enfants. Nous avons notre troisième clone aux Singes en Délire depuis octobre 2006. Mêmes principes, même gameplay, mêmes défauts, chaque épisode de la série est juste différent dans l'habillage thématique. Inutile de préciser que ce dont il est question ici avec les P'tits Dinos, c'est de préhistoire. Par conséquent, les volcans et les pachydermes sont essentiels. On retrouve aussi tous les clichés habituels comme l'homme des cavernes poilu ou le tyrannosaure affamé dans le contexte de la musique de dessin animé. Pourtant, ce jeu de société très prévisible ne manque pas d'humour et de charme. En effet, les dinosaures sont expressifs, le décor est coloré, et les animations sont mignonnes. Chaque cadre est rempli de détails intéressants et les personnages secondaires sont souvent hilarants. Ici, un skieur nautique glisse après avoir reçu un caillou au visage, et il y a un serveur préhistorique qui apparaît avec un nœud papillon et une plaque d'argent. Somme toute, nous avons beaucoup ri devant ces tableaux, bizarres et drôles. Comme d'habitude, cette version de Buzz! Junior nous offre ses 25 nouveaux mini-jeux, chacun avec des intérêts et des réalisations différents. La plupart d'entre eux s'inspirent des classiques du genre car ils ne tombent pas dans le plagiat pur et simple (voir Viva Pinata : Le jeu des couleurs tout droit dans Party Animals). Parfois, il faut utiliser les touches colorées pour gravir la montagne, et parfois il faut assommer les stalactites en appuyant sur le bouton Buzz. En fait, rien n'est transcendant. Cependant, la fraîcheur de l'exécution et la justesse du jeu nous ont permis de passer un bon moment devant son petit écran en compagnie de quelques amis. Les consignes sont données verbalement avant chaque activité. Les commandes sont faciles à saisir et leurs effets se reflètent instantanément sur l'écran sans le décalage gênant des Petits Monstres. Si ces P'tits Dinos ont complètement repris les menus, l'interface et le gameplay du reste de la série, ils ont tout de même introduit une innovation majeure : les événements coopératifs. Désormais, deux équipes de deux joueurs peuvent jouer simultanément dans une dizaine d'épreuves dédiées. Dix, ceux-ci seront sans aucun doute la source de nombreux rires devant la télé à domicile. Tentez votre chance pour vous laisser convaincre lors d'une course de radeau ou d'un tir au melon. La moindre incongruité mène souvent au désastre, les équipages tout au long de la journée s'insultant souvent les uns les autres et se blâmant mutuellement pour le naufrage. Les grands moments malveillants compensent largement la douceur relative de la partie solo. Bien sûr, ce n'est qu'en multijoueur que ce jeu de société peut révéler son potentiel amusant. On se réservera donc le droit d'acheter pour les plus jeunes joueurs qui pourront se faire aider par quelques amis, frères ou pères réconciliés.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!