Test Chicken Little : Aventures Intergalactiques

Les poulets des studios Disney sont de retour sur consoles pour nous rencontrer après être restées fidèles à leur première adaptation d’un long-métrage que vous avez peut-être eu la chance de voir en salles l’année dernière. Cette fois, Chick relève un défi complètement différent en laissant la place à son alter ego dans un jeu d’action héroïque où la survie du monde dépend d’un poulet musclé et intrépide.

Chicken Little était le premier long métrage 3D réalisé par Disney sans l’aide de Pixar, donc la deuxième fois qu’il a été converti en jeu vidéo, le premier travail n’a pas vraiment marqué les souvenirs des joueurs. De manière très classique, ce titre a tout de même l’avantage de retracer l’histoire du film de manière assez fidèle, et s’appuyant sur des séquences de jeu savamment diversifiées. Pour donner une seconde chance au personnage sympathique, Avalanche Studios s’est remis au travail pour donner vie au deuxième jeu, encore plus inattendu.

Alors l’excuse de cette nouvelle aventure découle du court clip que l’on peut voir à la fin du long métrage, où Chick et ses amis se voient transformés en super-héros pour protéger la galaxie des envahisseurs. Le résultat est un jeu d’action/de tir à la troisième personne où le but est de passer les niveaux en écrasant tout ce qui pourrait être la cible. L’idée n’est d’ailleurs pas sans rappeler Stitch : Experience 626, un autre titre dérivé d’une licence Disney où tournage et platforming se mêlent en toute impunité. Si j’osais faire une comparaison plus inattendue, je dirais que le mode de contrôle de cette nouvelle nana ressemble étrangement à la récente Cerberus Dirge. Deux sticks analogiques sont utilisés pour gérer le mouvement et la visée en même temps, ce qui ne confondra pas les amateurs de FPS, mais pour ceux qui s’attendent à quelque chose de plus traditionnel, l’opération sera un peu plus compliquée.

Propulsés dans le corps robuste du puissant alter-ego de Chick, les joueurs doivent utiliser leur bazooka pour se frayer un chemin à travers un complexe futuriste fortement gardé. Le héros dispose d’un puissant arsenal de lasers, de grenades et de bombes atomiques conçues pour tout détruire. Cependant, cette poule est loin d’être invulnérable, justement à cause de son mouvement lent, qui la rend un peu tendre au démarrage. Cependant, tant que nous procédons prudemment et évitons d’être encerclés de toutes parts, l’ennemi est assez fou pour se laisser tirer comme un lapin. Pour casser quelque peu les choses, les niveaux utilisent parfois des gadgets pour poussins, tels que des jetpacks ou des chaussures à pointes, pour surmonter les obstacles. Pour autant, tout cela n’enlève rien au côté très linéaire de la progression, et on est presque content de constater que les niveaux sont souvent courts car répétitifs.

Cependant, le titre ne se compose pas uniquement d’étapes de tir à la troisième personne, car on nous présente souvent plusieurs missions de tir de véhicules tout au long du chapitre. Il faut dire que Chick n’est pas le seul héros de cette aventure, puisque ses amis Abby et Boulard ont aussi leurs rôles dans cette aventure. Dans cet esprit, les développeurs ont mis davantage une scène d’arcade dans ces personnages, mais se sont toujours concentrés principalement sur le tir. Du coup, ni au volant du bateau d’Abby ni du tank de Boulard, les commandes ont vraiment changé les commandes de mouvement du poussin. Le but de base est aussi toujours d’anéantir tout ce qui bouge, parfois même en ayant recours à divers gadgets ou armes secondaires. Inutile de rentrer dans les détails, tant leur utilisation ne suffit pas à rompre la monotonie qu’apporte ce titre, certes relaxant mais pas assez fun pour procurer une véritable sensation. Encore plus surprenant que la première adaptation de Chick, l’oeuvre a aussi le potentiel de se faire vite oublier.

En résumé !

Test Chicken Little : Aventures Intergalactiques

Les poulets des studios Disney sont de retour sur consoles pour nous rencontrer après être restées fidèles à leur première adaptation d'un long-métrage que vous avez peut-être eu la chance de voir en salles l'année dernière. Cette fois, Chick relève un défi complètement différent en laissant la place à son alter ego dans un jeu d'action héroïque où la survie du monde dépend d'un poulet musclé et intrépide. Chicken Little était le premier long métrage 3D réalisé par Disney sans l'aide de Pixar, donc la deuxième fois qu'il a été converti en jeu vidéo, le premier travail n'a pas vraiment marqué les souvenirs des joueurs. De manière très classique, ce titre a tout de même l'avantage de retracer l'histoire du film de manière assez fidèle, et s'appuyant sur des séquences de jeu savamment diversifiées. Pour donner une seconde chance au personnage sympathique, Avalanche Studios s'est remis au travail pour donner vie au deuxième jeu, encore plus inattendu. Alors l'excuse de cette nouvelle aventure découle du court clip que l'on peut voir à la fin du long métrage, où Chick et ses amis se voient transformés en super-héros pour protéger la galaxie des envahisseurs. Le résultat est un jeu d'action/de tir à la troisième personne où le but est de passer les niveaux en écrasant tout ce qui pourrait être la cible. L'idée n'est d'ailleurs pas sans rappeler Stitch : Experience 626, un autre titre dérivé d'une licence Disney où tournage et platforming se mêlent en toute impunité. Si j'osais faire une comparaison plus inattendue, je dirais que le mode de contrôle de cette nouvelle nana ressemble étrangement à la récente Cerberus Dirge. Deux sticks analogiques sont utilisés pour gérer le mouvement et la visée en même temps, ce qui ne confondra pas les amateurs de FPS, mais pour ceux qui s'attendent à quelque chose de plus traditionnel, l'opération sera un peu plus compliquée. Propulsés dans le corps robuste du puissant alter-ego de Chick, les joueurs doivent utiliser leur bazooka pour se frayer un chemin à travers un complexe futuriste fortement gardé. Le héros dispose d'un puissant arsenal de lasers, de grenades et de bombes atomiques conçues pour tout détruire. Cependant, cette poule est loin d'être invulnérable, justement à cause de son mouvement lent, qui la rend un peu tendre au démarrage. Cependant, tant que nous procédons prudemment et évitons d'être encerclés de toutes parts, l'ennemi est assez fou pour se laisser tirer comme un lapin. Pour casser quelque peu les choses, les niveaux utilisent parfois des gadgets pour poussins, tels que des jetpacks ou des chaussures à pointes, pour surmonter les obstacles. Pour autant, tout cela n'enlève rien au côté très linéaire de la progression, et on est presque content de constater que les niveaux sont souvent courts car répétitifs. Cependant, le titre ne se compose pas uniquement d'étapes de tir à la troisième personne, car on nous présente souvent plusieurs missions de tir de véhicules tout au long du chapitre. Il faut dire que Chick n'est pas le seul héros de cette aventure, puisque ses amis Abby et Boulard ont aussi leurs rôles dans cette aventure. Dans cet esprit, les développeurs ont mis davantage une scène d'arcade dans ces personnages, mais se sont toujours concentrés principalement sur le tir. Du coup, ni au volant du bateau d'Abby ni du tank de Boulard, les commandes ont vraiment changé les commandes de mouvement du poussin. Le but de base est aussi toujours d'anéantir tout ce qui bouge, parfois même en ayant recours à divers gadgets ou armes secondaires. Inutile de rentrer dans les détails, tant leur utilisation ne suffit pas à rompre la monotonie qu'apporte ce titre, certes relaxant mais pas assez fun pour procurer une véritable sensation. Encore plus surprenant que la première adaptation de Chick, l'oeuvre a aussi le potentiel de se faire vite oublier.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!