Test Circus Maximus : Chariot Wars

Le gladiateur de Circus Maximus s’installe cette fois-ci sur PS2. Le titre est fondamentalement le même que la Xbox, avec seulement des différences graphiques. Heureusement, le plaisir de jouer est toujours intact.

C’est super de trouver un titre qui sort du lot ! Fatigué des jeux d’argent, des simulations sportives et des applications de combat. Nous allons revivre ! Quelque chose de nouveau que vous ne verrez pas des centaines de fois ailleurs. Il est fort possible que Circus Maximus fasse partie de ces jeux, ces jeux qui ont apporté un vent de fraîcheur au spectre de production actuel et ont réussi à nous prouver que les développeurs ont encore la magie de ce que l’on appelle le « fantasy ». Mais assez de poésie, je vous le rappelle, on parle ici de gladiateurs, des bêtes au vrai potentiel, et ils feront passer Van Damme pour une marionnette. Déjà fait ? Ah, trop pour moi.

Nous voici donc transportés dans le monde très en vogue des gladiateurs il y a des siècles. Si vous êtes un peu penché sur le sujet, vous savez déjà que le « sport » comprend plusieurs disciplines, dont les combats d’arènes et les corridas avec des bêtes affamées. Circus Maximus, quant à lui, se concentre uniquement sur les voitures de course et les batailles de chars. Vous souvenez-vous de la fameuse séquence de Ben Hur et du tank ? Eh bien, c’est pareil sauf que vous ne serez pas enfermé dans un cirque, mais vous aurez du temps libre pour parcourir de longues routes dans la nature. Dix-neuf jeux dans sept environnements pour être exact. Vous prendrez alors plaisir à découvrir la Bretagne, Chypre, l’Allemagne ou encore les villes d’Alexandrie et de Rome. Pour être précis, le décor est très diversifié et se distingue tous par une gamme de couleurs différentes (très chaudes en Egypte, plus fraîches en Bretagne). Ces itinéraires regorgent de raccourcis et de sentiers. Ils contiennent également de nombreux pièges, tels que des rochers qui roulent devant vous ou des arbres qui vacillent au milieu de la route.

Maintenant que le décor est défini, intéressons-nous au cœur du jeu, à savoir le gameplay. Il y a tellement plus à dire ! Car si le principe est très basique (vous allez faire des courses pour récolter de l’argent, débloquer les itinéraires suivants), il est plus compliqué de maîtriser la routine. En fait, chaque char a deux rôles (pilote et attaquant) qui doivent être contrôlés en même temps. facile, me direz-vous. Ne pas! Je te répondrai. Parce que conduire et attaquer en même temps nécessite d’avoir une vision partout. Tout d’abord, il faut faire attention à ne pas marcher trop vite pour ne pas se fatiguer. Ensuite, bien sûr, il faut éviter les obstacles (et parfois même se pencher !). Le chariot est très instable et doit également être équilibré avec le deuxième personnage pour ne pas ramasser trop sec dans les virages. Ce n’est que la partie entraînement. Pour les attaques, vous pouvez choisir parmi plusieurs types d’attaques (grandes, longues, puissantes…). Il vous est aussi possible (ou plutôt nécessaire) de parer les coups avec un bouclier. Notez que lorsque vous perdez toute votre énergie, vous réapparaissez presque immédiatement, ne perdant que deux ou trois secondes.

Le début de partie a été très déroutant et on s’est perdu dans l’ordre, peut-être trop, c’est vrai. Cependant, après une longue séance d’entraînement, nous avons réussi à trouver notre chemin et à vraiment apprécier le titre. Ensuite, vous gagnez votre premier jeu et débloquez des niveaux plus difficiles. On pourra alors voir la personnalisation de son équipe en sélectionnant son tank, son équipage (plusieurs personnages à débloquer) et sa monture (le zèbre est magnifique).

En plus du mode carrière, le jeu propose également des modes multijoueur et arcade. Même si cela suffisait, le menu gagnerait à être plus large. Cela permettra au jeu de se mettre à jour, évitant la relative monotonie qui finira par se résoudre chez les joueurs les plus exigeants. Pour tous les autres, et ceux qui espèrent une bonne version, il n’y a pas lieu de tarder : avec son thème plutôt original et sa mise en scène plus que glorieuse, le cirque remplit parfaitement son rôle.

En résumé !

Test Circus Maximus : Chariot Wars

Le gladiateur de Circus Maximus s'installe cette fois-ci sur PS2. Le titre est fondamentalement le même que la Xbox, avec seulement des différences graphiques. Heureusement, le plaisir de jouer est toujours intact. C'est super de trouver un titre qui sort du lot ! Fatigué des jeux d'argent, des simulations sportives et des applications de combat. Nous allons revivre ! Quelque chose de nouveau que vous ne verrez pas des centaines de fois ailleurs. Il est fort possible que Circus Maximus fasse partie de ces jeux, ces jeux qui ont apporté un vent de fraîcheur au spectre de production actuel et ont réussi à nous prouver que les développeurs ont encore la magie de ce que l'on appelle le "fantasy". Mais assez de poésie, je vous le rappelle, on parle ici de gladiateurs, des bêtes au vrai potentiel, et ils feront passer Van Damme pour une marionnette. Déjà fait ? Ah, trop pour moi. Nous voici donc transportés dans le monde très en vogue des gladiateurs il y a des siècles. Si vous êtes un peu penché sur le sujet, vous savez déjà que le "sport" comprend plusieurs disciplines, dont les combats d'arènes et les corridas avec des bêtes affamées. Circus Maximus, quant à lui, se concentre uniquement sur les voitures de course et les batailles de chars. Vous souvenez-vous de la fameuse séquence de Ben Hur et du tank ? Eh bien, c'est pareil sauf que vous ne serez pas enfermé dans un cirque, mais vous aurez du temps libre pour parcourir de longues routes dans la nature. Dix-neuf jeux dans sept environnements pour être exact. Vous prendrez alors plaisir à découvrir la Bretagne, Chypre, l'Allemagne ou encore les villes d'Alexandrie et de Rome. Pour être précis, le décor est très diversifié et se distingue tous par une gamme de couleurs différentes (très chaudes en Egypte, plus fraîches en Bretagne). Ces itinéraires regorgent de raccourcis et de sentiers. Ils contiennent également de nombreux pièges, tels que des rochers qui roulent devant vous ou des arbres qui vacillent au milieu de la route. Maintenant que le décor est défini, intéressons-nous au cœur du jeu, à savoir le gameplay. Il y a tellement plus à dire ! Car si le principe est très basique (vous allez faire des courses pour récolter de l'argent, débloquer les itinéraires suivants), il est plus compliqué de maîtriser la routine. En fait, chaque char a deux rôles (pilote et attaquant) qui doivent être contrôlés en même temps. facile, me direz-vous. Ne pas! Je te répondrai. Parce que conduire et attaquer en même temps nécessite d'avoir une vision partout. Tout d'abord, il faut faire attention à ne pas marcher trop vite pour ne pas se fatiguer. Ensuite, bien sûr, il faut éviter les obstacles (et parfois même se pencher !). Le chariot est très instable et doit également être équilibré avec le deuxième personnage pour ne pas ramasser trop sec dans les virages. Ce n'est que la partie entraînement. Pour les attaques, vous pouvez choisir parmi plusieurs types d'attaques (grandes, longues, puissantes...). Il vous est aussi possible (ou plutôt nécessaire) de parer les coups avec un bouclier. Notez que lorsque vous perdez toute votre énergie, vous réapparaissez presque immédiatement, ne perdant que deux ou trois secondes. Le début de partie a été très déroutant et on s'est perdu dans l'ordre, peut-être trop, c'est vrai. Cependant, après une longue séance d'entraînement, nous avons réussi à trouver notre chemin et à vraiment apprécier le titre. Ensuite, vous gagnez votre premier jeu et débloquez des niveaux plus difficiles. On pourra alors voir la personnalisation de son équipe en sélectionnant son tank, son équipage (plusieurs personnages à débloquer) et sa monture (le zèbre est magnifique). En plus du mode carrière, le jeu propose également des modes multijoueur et arcade. Même si cela suffisait, le menu gagnerait à être plus large. Cela permettra au jeu de se mettre à jour, évitant la relative monotonie qui finira par se résoudre chez les joueurs les plus exigeants. Pour tous les autres, et ceux qui espèrent une bonne version, il n'y a pas lieu de tarder : avec son thème plutôt original et sa mise en scène plus que glorieuse, le cirque remplit parfaitement son rôle.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!