Test Clash of Kings

Il faut de la patience pour devenir un seigneur et construire son propre royaume pour gouverner le monde. Pour ceux d’entre vous qui cherchent à maintenir leur domination dans un empire virtuel, c’est ce que Clash of Kings nous a longtemps appris. Combat, gestion, alliances, stratégie et missions nous attendent dans cet ouvrage développé par Elex Wireless. Mais passer des journées à jouer en tant que paysan ou chef de guerre peut rapidement devenir intimidant, n’est-ce pas ? Voyons si cette bataille de rois est à la hauteur !

Un empire les gouvernait tous !

Dans Clash of Kings, le but est simple : construire un royaume vaste et puissant. Comme la plupart des jeux de ce type, au début du processus, vous devez commencer par rassembler des ressources tout en développant l’infrastructure de votre royaume. Le blé serait nécessaire pour nourrir et former les soldats, tandis que le bois aurait pour fonction de construire des bâtiments importants pour assurer la sécurité de l’empereur. Les forteresses serviront ainsi à construire des pièges pour vous protéger, les tours de guet sont conçues pour informer vos adversaires attaquants, les fournaises vous permettent d’améliorer l’équipement de l’Empereur, les centres de recherche ont des fonctions qui fournissent des compétences importantes à votre armée, et toutes les infrastructures du royaume. On est face à un jeu de gestion et de stratégie très classique mais super complet. Chaque bâtiment peut atteindre le niveau 30. Au fur et à mesure que l’un d’eux s’améliore, il débloque de nouvelles capacités ou de nouveaux combattants qui élargissent les rangs de votre armée.

Car en plus de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour apporter la paix et la prospérité au royaume, il faut aussi rassembler une armée de plus en plus nombreuse et expérimentée pour mener à bien des missions et affronter de multiples types d’adversaires. Par conséquent, les écuries, les casernes, les champs de tir et les usines de chars vous permettent d’augmenter la force de vos guerriers tout en augmentant le nombre de soldats. L’exploration fréquente de l’immense carte de l’univers de Clash of Kings est fortement recommandée car la plupart des précieux trésors y sont cachés. Vos troupes peuvent également être envoyées dans des fermes de blé, de bois ou de minerai de fer pour récolter des ressources pour votre royaume. Cependant, pour explorer cette terre dangereuse, encore faut-il disposer de soldats relativement costauds, histoire de ne pas être déçu face à des créatures qui n’hésiteront pas à attaquer ou d’autres joueurs qui feront n’importe quoi. Parce qu’un autre titre à gros avantages développé par ELEX Wireless permet aux joueurs de coopérer pour surmonter l’adversité tout en s’affrontant. Dans cet ouvrage, on peut presque dire un véritable composant MMO.

Seul/Ensemble contre tous

En plus des monstres à affronter sur la carte pour gagner des points d’expérience ou d’autres récompenses, aux quatre coins de ce vaste continent, les royaumes créés par les joueurs ne manquent pas. Le but est d’envoyer un espion dans l’empire choisi afin qu’il puisse rapporter des informations vitales qui justifieront une éventuelle attaque. Si vous décidez d’envoyer une armée pour attaquer une région, la victoire vous permet de gagner de l’expérience et des ressources et d’établir la domination de votre empire sur la région. Attention à ne pas trop attirer l’attention car les conséquences peuvent être très graves si votre habitation est attaquée à grande échelle. Il existe donc un type de PVP (appelé aussi joueur à joueur), mais son intérêt est encore très limité. En effet, pour développer son propre royaume, il n’est vraiment pas nécessaire d’attaquer la faction adverse. C’est donc complètement facultatif, mais nous ne pouvons pas oublier que d’autres joueurs tenteront certainement leur chance en attaquant votre empire. Mais en suivant les tâches prescrites par le jeu (améliorer de tels bâtiments, tuer autant de monstres, construire un certain nombre de pièges…), construisez un royaume rapidement prospère et sécurisé, bien qu’il y ait généralement peu d’attaques extérieures. C’est assez simple.. Le PVP ajoute un peu de piment à la progression, mais ne présente pas forcément un vrai challenge.

Un autre aspect intéressant est la possibilité de former des alliances avec d’autres joueurs. Il n’est pas rare de recevoir des demandes pour rejoindre une telle « organisation », même si là encore, il n’y a rien de compulsif pour continuer sa progression. Rejoindre une alliance vous permet surtout de profiter de petits avantages, comme la possibilité de vous aider à améliorer des bâtiments, mener des recherches techniques, construire des forts ou encore participer à des guerres ou des missions spéciales. Parfois, il est nécessaire d’aider ses alliés à défendre certains forts ou à en attaquer d’autres. Enfin, qu’il s’agisse de coopération ou de PVP, il convient de noter que ces deux « modes » sont assez anecdotiques. Certes, c’est une bonne chose pour ceux qui veulent jouer dans les coins, mais d’autres seront bientôt confrontés à des limitations sur les deux fronts, certes ambitieuses mais trop faibles, sans doute à cause du support mobile. Il est toujours bien intentionné et peut vous occuper pendant des heures.

La magie au service des entreprises

En tant que tel, Clash of Kings propose pas mal de contenu tout en étant gratuit sur iOS et Android. Cependant, les joueurs peuvent toujours obtenir leurs portefeuilles pour accélérer la construction et l’amélioration des bâtiments. Hélas, au bout de quelques heures, il a failli coûter quelques euros pour acheter des pièces d’or afin d’évoluer plus vite. L’impression d’être immobile se fait vite sentir. À partir du niveau 10, certaines infrastructures peuvent prendre presque une journée complète pour s’améliorer. En attendant que les travaux soient terminés, tous les autres bâtiments sont en attente malgré la possibilité de quelques bonus gratuits, gênant considérablement la progression. Les revers ne sont donc jamais loin et les prix sont assez élevés. C’est frustrant et ennuyeux.

Encore plus malheureusement, l’univers de Clash of Kings est assez immersif. La direction artistique est très colorée, et malgré l’animation raide des soldats patrouillant sur nos terres, la modélisation du royaume est satisfaisante. Enfin, il y a deux petits défauts qui peuvent être gênants. A noter l’interface surchargée à l’écran avec de nombreuses icônes et autres informations qui forment un ensemble assez indigeste. Ensuite, il y a la connexion internet obligatoire, sans laquelle la carte du monde ne peut tout simplement pas se charger car il existe un titre à la sauce MMO. D’un point de vue purement technique, Clash of Kings est au milieu de ce que font actuellement les smartphones.

En résumé !

Test Clash of Kings

Il faut de la patience pour devenir un seigneur et construire son propre royaume pour gouverner le monde. Pour ceux d'entre vous qui cherchent à maintenir leur domination dans un empire virtuel, c'est ce que Clash of Kings nous a longtemps appris. Combat, gestion, alliances, stratégie et missions nous attendent dans cet ouvrage développé par Elex Wireless. Mais passer des journées à jouer en tant que paysan ou chef de guerre peut rapidement devenir intimidant, n'est-ce pas ? Voyons si cette bataille de rois est à la hauteur ! Un empire les gouvernait tous ! Dans Clash of Kings, le but est simple : construire un royaume vaste et puissant. Comme la plupart des jeux de ce type, au début du processus, vous devez commencer par rassembler des ressources tout en développant l'infrastructure de votre royaume. Le blé serait nécessaire pour nourrir et former les soldats, tandis que le bois aurait pour fonction de construire des bâtiments importants pour assurer la sécurité de l'empereur. Les forteresses serviront ainsi à construire des pièges pour vous protéger, les tours de guet sont conçues pour informer vos adversaires attaquants, les fournaises vous permettent d'améliorer l'équipement de l'Empereur, les centres de recherche ont des fonctions qui fournissent des compétences importantes à votre armée, et toutes les infrastructures du royaume. On est face à un jeu de gestion et de stratégie très classique mais super complet. Chaque bâtiment peut atteindre le niveau 30. Au fur et à mesure que l'un d'eux s'améliore, il débloque de nouvelles capacités ou de nouveaux combattants qui élargissent les rangs de votre armée. Car en plus de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour apporter la paix et la prospérité au royaume, il faut aussi rassembler une armée de plus en plus nombreuse et expérimentée pour mener à bien des missions et affronter de multiples types d'adversaires. Par conséquent, les écuries, les casernes, les champs de tir et les usines de chars vous permettent d'augmenter la force de vos guerriers tout en augmentant le nombre de soldats. L'exploration fréquente de l'immense carte de l'univers de Clash of Kings est fortement recommandée car la plupart des précieux trésors y sont cachés. Vos troupes peuvent également être envoyées dans des fermes de blé, de bois ou de minerai de fer pour récolter des ressources pour votre royaume. Cependant, pour explorer cette terre dangereuse, encore faut-il disposer de soldats relativement costauds, histoire de ne pas être déçu face à des créatures qui n'hésiteront pas à attaquer ou d'autres joueurs qui feront n'importe quoi. Parce qu'un autre titre à gros avantages développé par ELEX Wireless permet aux joueurs de coopérer pour surmonter l'adversité tout en s'affrontant. Dans cet ouvrage, on peut presque dire un véritable composant MMO. Seul/Ensemble contre tous En plus des monstres à affronter sur la carte pour gagner des points d'expérience ou d'autres récompenses, aux quatre coins de ce vaste continent, les royaumes créés par les joueurs ne manquent pas. Le but est d'envoyer un espion dans l'empire choisi afin qu'il puisse rapporter des informations vitales qui justifieront une éventuelle attaque. Si vous décidez d'envoyer une armée pour attaquer une région, la victoire vous permet de gagner de l'expérience et des ressources et d'établir la domination de votre empire sur la région. Attention à ne pas trop attirer l'attention car les conséquences peuvent être très graves si votre habitation est attaquée à grande échelle. Il existe donc un type de PVP (appelé aussi joueur à joueur), mais son intérêt est encore très limité. En effet, pour développer son propre royaume, il n'est vraiment pas nécessaire d'attaquer la faction adverse. C'est donc complètement facultatif, mais nous ne pouvons pas oublier que d'autres joueurs tenteront certainement leur chance en attaquant votre empire. Mais en suivant les tâches prescrites par le jeu (améliorer de tels bâtiments, tuer autant de monstres, construire un certain nombre de pièges...), construisez un royaume rapidement prospère et sécurisé, bien qu'il y ait généralement peu d'attaques extérieures. C'est assez simple.. Le PVP ajoute un peu de piment à la progression, mais ne présente pas forcément un vrai challenge. Un autre aspect intéressant est la possibilité de former des alliances avec d'autres joueurs. Il n'est pas rare de recevoir des demandes pour rejoindre une telle « organisation », même si là encore, il n'y a rien de compulsif pour continuer sa progression. Rejoindre une alliance vous permet surtout de profiter de petits avantages, comme la possibilité de vous aider à améliorer des bâtiments, mener des recherches techniques, construire des forts ou encore participer à des guerres ou des missions spéciales. Parfois, il est nécessaire d'aider ses alliés à défendre certains forts ou à en attaquer d'autres. Enfin, qu'il s'agisse de coopération ou de PVP, il convient de noter que ces deux "modes" sont assez anecdotiques. Certes, c'est une bonne chose pour ceux qui veulent jouer dans les coins, mais d'autres seront bientôt confrontés à des limitations sur les deux fronts, certes ambitieuses mais trop faibles, sans doute à cause du support mobile. Il est toujours bien intentionné et peut vous occuper pendant des heures. La magie au service des entreprises En tant que tel, Clash of Kings propose pas mal de contenu tout en étant gratuit sur iOS et Android. Cependant, les joueurs peuvent toujours obtenir leurs portefeuilles pour accélérer la construction et l'amélioration des bâtiments. Hélas, au bout de quelques heures, il a failli coûter quelques euros pour acheter des pièces d'or afin d'évoluer plus vite. L'impression d'être immobile se fait vite sentir. À partir du niveau 10, certaines infrastructures peuvent prendre presque une journée complète pour s'améliorer. En attendant que les travaux soient terminés, tous les autres bâtiments sont en attente malgré la possibilité de quelques bonus gratuits, gênant considérablement la progression. Les revers ne sont donc jamais loin et les prix sont assez élevés. C'est frustrant et ennuyeux. Encore plus malheureusement, l'univers de Clash of Kings est assez immersif. La direction artistique est très colorée, et malgré l'animation raide des soldats patrouillant sur nos terres, la modélisation du royaume est satisfaisante. Enfin, il y a deux petits défauts qui peuvent être gênants. A noter l'interface surchargée à l'écran avec de nombreuses icônes et autres informations qui forment un ensemble assez indigeste. Ensuite, il y a la connexion internet obligatoire, sans laquelle la carte du monde ne peut tout simplement pas se charger car il existe un titre à la sauce MMO. D'un point de vue purement technique, Clash of Kings est au milieu de ce que font actuellement les smartphones.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!