Test Conquest : Frontier Wars

Conquest : Frontier Wars est une merveille de jeu vidéo qui n’a pratiquement jamais existé ! C’est grâce à la détermination et aux efforts inlassables de ses créateurs (obligés de recréer un studio de développement pour finir le jeu) que l’on peut désormais profiter de ce RTS de grande qualité.

Tout a commencé comme un bon film de science-fiction. Au plus profond de l’espace, un croiseur terrestre commandé par l’amiral Hawkes subit les foudres de la flotte Mantis, une race extraterrestre très hostile. Un message de détresse a été envoyé et des équipes de secours ont été dépêchées sur les lieux, prêtes à enquêter. Vous êtes placé en tant que chef de l’équipe et votre première mission sera de trouver des Hawks. Bien sûr, vous devrez rencontrer la mante, puis vous rencontrerez le Sierralion, une autre race extraterrestre un peu plus amicale que la mante. Ainsi, la campagne de Conquest : Frontier War se déroule dans le contexte d’une guerre interstellaire. Une campagne composée de seize missions, correspondant à autant de systèmes solaires que possible.

Jusque-là, on se dit « un STR qui fait trois jeux dans l’espace » et ça ressemble beaucoup à StarCraft. En effet, l’impact du titre Blizzard est évident, mais la conquête ne s’arrête pas là. Le jeu apporte quelques éléments qui le distinguent des autres RTS. Premièrement, les missions se déroulent sur plusieurs cartes en même temps. Ce principe n’est pas nouveau (rappelez-vous les trois royaumes), mais il culmine ici, nécessitant parfois de gérer 16 cartes simultanément. Heureusement, pour vous aider dans cette tâche extrêmement délicate, vous pouvez déléguer certaines de vos fonctions à des amiraux dotés d’une bonne IA. Ce dernier sera alors chargé de s’assurer du bon fonctionnement des parcelles que vous lui confierez la gestion. Notez que les systèmes solaires sont interconnectés par des vortex, qui doivent être contrôlés pour empêcher les adversaires de les utiliser.

La dimension stratégique de la conquête comprend également le ravitaillement des troupes. Étant donné qu’aucune unité ne peut rester indéfiniment éloignée de sa base, des centres de ravitaillement doivent être établis tout en avançant. Mais rien n’est simple dans STR, vous ne pourrez construire un centre nulle part, seules les planètes peuvent abriter une telle structure. Cela vous obligera donc à constamment conquérir Nova pour installer tout ce dont vous avez besoin. Une fois le centre opérationnel, il exercera une zone d’influence suffisante pour restituer son énergie et ses munitions lorsqu’un vaisseau se trouvera à l’intérieur. Une autre façon de se réapprovisionner est d’amener des navires de ravitaillement, qui peuvent aider les navires dans le besoin, mais doivent également se rendre à la base de temps en temps pour se réapprovisionner. Je sais, ce n’est pas facile à expliquer, mais je fais de mon mieux…

Comme avec la plupart des RTS, trouver et extraire des ressources est une partie importante du jeu. Dans l’espace, les ressources se présentent sous trois formes : minerai, gaz et équipage. Les raffineurs peuvent extraire ces trois ressources de la surface de la planète, mais peuvent également extraire du minerai et du gaz en envoyant des moissonneurs dans des nébuleuses ou des ceintures d’astéroïdes.

Côté interface, Conquest propose un système à la fois simple et très complet. On apprécie particulièrement ces deux mini-cartes qui permettent de se repérer dans le système solaire actuel et de passer d’un système à l’autre en un clin d’œil. Il est donc utile de surveiller toutes ses cartes, d’autant plus que le système clignote en rouge en cas de confusion. Le reste de l’interface est assez classique, mais offre tout de même une bonne jouabilité.

Graphiquement, le jeu ne culmine pas, et j’avoue que j’étais terrifié à l’idée de voir les cinématiques d’introduction. Mais une fois la résolution configurée, tout rentre dans l’autre, sauf les cinématiques toujours aussi mauvaises. Le jeu est en faux 3D, c’est-à-dire qu’il est impossible de se déplacer librement dans les trois plans de l’espace. Toutes les unités sont destinées à rester sur une surface plane, tout comme le jeu 2D original. Cependant, la caméra peut être tournée et agrandie. Ensuite, nous exploitons tous les détails de la structure. Si les unités sont très différentes d’une race à l’autre, elles ont tendance à toutes se ressembler au sein d’une même faction. Cela est particulièrement vrai pour les bâtiments terriens qui manquent de couleur. Après quelques missions, nous n’avons pas fini par nous y habituer, mais plus de couleurs et de bizarreries dans l’architecture seraient les bienvenues.

En plus de la grande campagne du côté humain, deux tutoriels vous permettent d’apprendre à gérer les races extraterrestres afin de les contrôler correctement en multijoueur. En effet, malheureusement, il n’y a aucune activité de la part de Mantis ou Celareon. Alors, si vous voulez être un grand commandant extraterrestre, il faudra vous tourner vers l’excellent mode multijoueur de Conquest en attendant une éventuelle extension. Avec jusqu’à huit joueurs sur un réseau local (seulement quatre via Internet), ces sections promettent de grands moments stratégiques et la possibilité de former des alliances entre les joueurs. Bref, Conquest : Frontier War est un STR très intéressant avec de multiples possibilités, seul ou à plusieurs, et qui mérite bien votre attention.

En résumé !

Test Conquest : Frontier Wars

Conquest : Frontier Wars est une merveille de jeu vidéo qui n'a pratiquement jamais existé ! C'est grâce à la détermination et aux efforts inlassables de ses créateurs (obligés de recréer un studio de développement pour finir le jeu) que l'on peut désormais profiter de ce RTS de grande qualité. Tout a commencé comme un bon film de science-fiction. Au plus profond de l'espace, un croiseur terrestre commandé par l'amiral Hawkes subit les foudres de la flotte Mantis, une race extraterrestre très hostile. Un message de détresse a été envoyé et des équipes de secours ont été dépêchées sur les lieux, prêtes à enquêter. Vous êtes placé en tant que chef de l'équipe et votre première mission sera de trouver des Hawks. Bien sûr, vous devrez rencontrer la mante, puis vous rencontrerez le Sierralion, une autre race extraterrestre un peu plus amicale que la mante. Ainsi, la campagne de Conquest : Frontier War se déroule dans le contexte d'une guerre interstellaire. Une campagne composée de seize missions, correspondant à autant de systèmes solaires que possible. Jusque-là, on se dit "un STR qui fait trois jeux dans l'espace" et ça ressemble beaucoup à StarCraft. En effet, l'impact du titre Blizzard est évident, mais la conquête ne s'arrête pas là. Le jeu apporte quelques éléments qui le distinguent des autres RTS. Premièrement, les missions se déroulent sur plusieurs cartes en même temps. Ce principe n'est pas nouveau (rappelez-vous les trois royaumes), mais il culmine ici, nécessitant parfois de gérer 16 cartes simultanément. Heureusement, pour vous aider dans cette tâche extrêmement délicate, vous pouvez déléguer certaines de vos fonctions à des amiraux dotés d'une bonne IA. Ce dernier sera alors chargé de s'assurer du bon fonctionnement des parcelles que vous lui confierez la gestion. Notez que les systèmes solaires sont interconnectés par des vortex, qui doivent être contrôlés pour empêcher les adversaires de les utiliser. La dimension stratégique de la conquête comprend également le ravitaillement des troupes. Étant donné qu'aucune unité ne peut rester indéfiniment éloignée de sa base, des centres de ravitaillement doivent être établis tout en avançant. Mais rien n'est simple dans STR, vous ne pourrez construire un centre nulle part, seules les planètes peuvent abriter une telle structure. Cela vous obligera donc à constamment conquérir Nova pour installer tout ce dont vous avez besoin. Une fois le centre opérationnel, il exercera une zone d'influence suffisante pour restituer son énergie et ses munitions lorsqu'un vaisseau se trouvera à l'intérieur. Une autre façon de se réapprovisionner est d'amener des navires de ravitaillement, qui peuvent aider les navires dans le besoin, mais doivent également se rendre à la base de temps en temps pour se réapprovisionner. Je sais, ce n'est pas facile à expliquer, mais je fais de mon mieux... Comme avec la plupart des RTS, trouver et extraire des ressources est une partie importante du jeu. Dans l'espace, les ressources se présentent sous trois formes : minerai, gaz et équipage. Les raffineurs peuvent extraire ces trois ressources de la surface de la planète, mais peuvent également extraire du minerai et du gaz en envoyant des moissonneurs dans des nébuleuses ou des ceintures d'astéroïdes. Côté interface, Conquest propose un système à la fois simple et très complet. On apprécie particulièrement ces deux mini-cartes qui permettent de se repérer dans le système solaire actuel et de passer d'un système à l'autre en un clin d'œil. Il est donc utile de surveiller toutes ses cartes, d'autant plus que le système clignote en rouge en cas de confusion. Le reste de l'interface est assez classique, mais offre tout de même une bonne jouabilité. Graphiquement, le jeu ne culmine pas, et j'avoue que j'étais terrifié à l'idée de voir les cinématiques d'introduction. Mais une fois la résolution configurée, tout rentre dans l'autre, sauf les cinématiques toujours aussi mauvaises. Le jeu est en faux 3D, c'est-à-dire qu'il est impossible de se déplacer librement dans les trois plans de l'espace. Toutes les unités sont destinées à rester sur une surface plane, tout comme le jeu 2D original. Cependant, la caméra peut être tournée et agrandie. Ensuite, nous exploitons tous les détails de la structure. Si les unités sont très différentes d'une race à l'autre, elles ont tendance à toutes se ressembler au sein d'une même faction. Cela est particulièrement vrai pour les bâtiments terriens qui manquent de couleur. Après quelques missions, nous n'avons pas fini par nous y habituer, mais plus de couleurs et de bizarreries dans l'architecture seraient les bienvenues. En plus de la grande campagne du côté humain, deux tutoriels vous permettent d'apprendre à gérer les races extraterrestres afin de les contrôler correctement en multijoueur. En effet, malheureusement, il n'y a aucune activité de la part de Mantis ou Celareon. Alors, si vous voulez être un grand commandant extraterrestre, il faudra vous tourner vers l'excellent mode multijoueur de Conquest en attendant une éventuelle extension. Avec jusqu'à huit joueurs sur un réseau local (seulement quatre via Internet), ces sections promettent de grands moments stratégiques et la possibilité de former des alliances entre les joueurs. Bref, Conquest : Frontier War est un STR très intéressant avec de multiples possibilités, seul ou à plusieurs, et qui mérite bien votre attention.
0
Awful
Points Positifs :
    Points Négatifs :

      Also Check Out

      0

        Leave a Reply

        Your email address will not be published. Required fields are marked *

        Gameplay
        Graphics
        Longevity
        A mininum rating of 0 is required.
        Please give a rating.
        Thanks for submitting your rating!

        Thanks for submitting your comment!