Test CT Special Forces : Back to Hell

Avez-vous remarqué que les militaires en parlent depuis quelques temps, que ce soit à travers des actions au Moyen-Orient (nous ne détaillerons pas ce point oblique car ce n’est pas notre propos), des mangas et de l’animation (le retour de G.I. Joe est surprenant à cet égard, notamment en termes de manga (manga) ou de jeux vidéo qui s’avèrent plus matures que l’anime. En tant que tel, le PSone est livré avec le deuxième épisode de CT Special Forces, qui arrive aux côtés de son homologue GBA.

Commençons par une erreur. On est bien passé à côté du premier épisode de CT qui est sorti sur PSone il n’y a pas si longtemps, personne n’est parfait et comme exploiter ses « erreurs » est toujours bon, on ne peut pas prolonger la seconde partie de CT Special Forces sur GBA sortie récemment . Ainsi, la version PSone est presque une réplique de sa version GBA. « Presque » car malheureusement vous ne pourrez pas jouer avec des amis comme vous le pouvez sur la portable de Nintendo.

On a donc affaire ici à un jeu d’action qui propose plusieurs étapes de jeu différentes associées à trois personnages jouables (Invisible Owl, Raptor et Aquila One). Ainsi ces trois lascars vous permettront de piloter un hélicoptère (qui profite du scrolling vertical lors de la phase de tir, le tout rappelant fortement les vieux shooters comme SWIV), un tank ou encore une jeep, cette dernière n’étant disponible que dans certains niveaux. La plupart du temps, il vous suffit de parcourir le paysage à défilement latéral et de dessouder tout ce qui bouge. Comme vous l’avez peut-être deviné, nous sommes un jeu qui emprunte beaucoup à Metal Slug, à la fois dans la conception et dans le principe.

Vingt cours vous attendent, et si vous n’avez pas peur de vider le magazine à plusieurs reprises, il n’y aura pas de barrières entre vous et le titre de LSP. Pour en revenir au principe, disons qu’à travers une scène, vous allez parcourir plusieurs environnements, et après avoir compris vos objectifs, vous entrerez sur le terrain. Dès lors, on constate que les LSP souhaitent vraiment diversifier les tâches du logiciel. Des convois de camions aux escortes, du petit circuit en jeep (avec des bombes larguées par des bombardiers et des parachutistes qui vous tombent dessus avec une grâce animale) aux étapes de sniping en passant par le parachutisme ou les passages traditionnels avec plateformes, vous devrez tout faire exploser (des ennemis aux barils de gaz qui ont été laissés par inadvertance devant eux) et ramasser quelques objets et armes, vous n’avez vraiment pas le temps de vous fatiguer.

Comparé à Metal Slug X, qui est né sur le même support, le logiciel LSP est un peu peu convaincant dans sa conception. Les décors sont variés, jolis et détaillés, mais les personnages font du travail, ce dernier s’accordant mal avec les décors. En fait, les gens ont l’impression qu’ils flottent autour du niveau et qu’ils fonctionnent selon un second plan par rapport aux décors. Maintenant, ce n’est pas si évident non plus, et vous ne remarquerez probablement plus ce petit détail. Pour le reste, on est en droit de plier les niveaux sous le poids des fortes chutes de neige, des déserts, de la jungle dense, des environnements plus industriels, etc. Bref, le level design est très épuré, et si le character design n’est pas trop réussi (pas dans l’apparence du personnage très G.I Joe, mais dans la représentation à l’écran du héros), ce CT Special Forces a meilleure allure.

Mis à part la lenteur des déplacements du personnage (ou de l’hélicoptère), le gameplay n’a pas grand chose à lui reprocher. Tout est routinier (ce n’est pas censé être péjoratif, remarquez), mais comme les étapes du jeu sont assez gérables, je ne sais pas vraiment ce qui va vous décourager. Aussi, comme je l’évoquais plus haut, la variété des tâches est un gros avantage, sachant que les actions sont mises à jour régulièrement. Il n’en reste pas moins que le titre se termine trop vite (malgré trois niveaux de difficulté), et au final, on est quand même un peu mécontents des graphismes, surtout quand on le compare à Metal Slug X, sorti il ​​y a plus d’un an ! Le résultat est un très bon jeu, varié et ludique, et abordable. Parfait pour une soirée énergique.

En résumé !

Test CT Special Forces : Back to Hell

Avez-vous remarqué que les militaires en parlent depuis quelques temps, que ce soit à travers des actions au Moyen-Orient (nous ne détaillerons pas ce point oblique car ce n'est pas notre propos), des mangas et de l'animation (le retour de G.I. Joe est surprenant à cet égard, notamment en termes de manga (manga) ou de jeux vidéo qui s'avèrent plus matures que l'anime. En tant que tel, le PSone est livré avec le deuxième épisode de CT Special Forces, qui arrive aux côtés de son homologue GBA. Commençons par une erreur. On est bien passé à côté du premier épisode de CT qui est sorti sur PSone il n'y a pas si longtemps, personne n'est parfait et comme exploiter ses "erreurs" est toujours bon, on ne peut pas prolonger la seconde partie de CT Special Forces sur GBA sortie récemment . Ainsi, la version PSone est presque une réplique de sa version GBA. "Presque" car malheureusement vous ne pourrez pas jouer avec des amis comme vous le pouvez sur la portable de Nintendo. On a donc affaire ici à un jeu d'action qui propose plusieurs étapes de jeu différentes associées à trois personnages jouables (Invisible Owl, Raptor et Aquila One). Ainsi ces trois lascars vous permettront de piloter un hélicoptère (qui profite du scrolling vertical lors de la phase de tir, le tout rappelant fortement les vieux shooters comme SWIV), un tank ou encore une jeep, cette dernière n'étant disponible que dans certains niveaux. La plupart du temps, il vous suffit de parcourir le paysage à défilement latéral et de dessouder tout ce qui bouge. Comme vous l'avez peut-être deviné, nous sommes un jeu qui emprunte beaucoup à Metal Slug, à la fois dans la conception et dans le principe. Vingt cours vous attendent, et si vous n'avez pas peur de vider le magazine à plusieurs reprises, il n'y aura pas de barrières entre vous et le titre de LSP. Pour en revenir au principe, disons qu'à travers une scène, vous allez parcourir plusieurs environnements, et après avoir compris vos objectifs, vous entrerez sur le terrain. Dès lors, on constate que les LSP souhaitent vraiment diversifier les tâches du logiciel. Des convois de camions aux escortes, du petit circuit en jeep (avec des bombes larguées par des bombardiers et des parachutistes qui vous tombent dessus avec une grâce animale) aux étapes de sniping en passant par le parachutisme ou les passages traditionnels avec plateformes, vous devrez tout faire exploser (des ennemis aux barils de gaz qui ont été laissés par inadvertance devant eux) et ramasser quelques objets et armes, vous n'avez vraiment pas le temps de vous fatiguer. Comparé à Metal Slug X, qui est né sur le même support, le logiciel LSP est un peu peu convaincant dans sa conception. Les décors sont variés, jolis et détaillés, mais les personnages font du travail, ce dernier s'accordant mal avec les décors. En fait, les gens ont l'impression qu'ils flottent autour du niveau et qu'ils fonctionnent selon un second plan par rapport aux décors. Maintenant, ce n'est pas si évident non plus, et vous ne remarquerez probablement plus ce petit détail. Pour le reste, on est en droit de plier les niveaux sous le poids des fortes chutes de neige, des déserts, de la jungle dense, des environnements plus industriels, etc. Bref, le level design est très épuré, et si le character design n'est pas trop réussi (pas dans l'apparence du personnage très G.I Joe, mais dans la représentation à l'écran du héros), ce CT Special Forces a meilleure allure. Mis à part la lenteur des déplacements du personnage (ou de l'hélicoptère), le gameplay n'a pas grand chose à lui reprocher. Tout est routinier (ce n'est pas censé être péjoratif, remarquez), mais comme les étapes du jeu sont assez gérables, je ne sais pas vraiment ce qui va vous décourager. Aussi, comme je l'évoquais plus haut, la variété des tâches est un gros avantage, sachant que les actions sont mises à jour régulièrement. Il n'en reste pas moins que le titre se termine trop vite (malgré trois niveaux de difficulté), et au final, on est quand même un peu mécontents des graphismes, surtout quand on le compare à Metal Slug X, sorti il ​​y a plus d'un an ! Le résultat est un très bon jeu, varié et ludique, et abordable. Parfait pour une soirée énergique.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!