Test d’Aarklash Legacy sur PC

Descriptif :

Aarklash Legacy est un RPG/Stratégique développé par Cyanide Studios. Le joueur sera de nouveau propulsé sur les terres d’Aarklash qui s’inspirent du jeu de plateau « Confrontation ». Le titre est disponible depuis le 12 septembre 2013 exclusivement sur PC.

Histoire :

Bienvenue en Aarklash ! Théâtre de guerres et de nombreuses disputes de partage, qui ont provoqué la création de la Guilde.

Celle-ci possède un pouvoir décisionnel puisqu’elle ne tient pour aucun camp et propose un prêt d’argent en échange de remboursements, si victoire il y a. Et pourtant, les rois ne sont pas toujours très réguliers dans leurs dotes.

Devant faire face à ce problème, la Guilde à créer « les Wheels Swords », des mercenaires surentraînés, venant piller les terres des rois afin d’honorer leurs dettes.

C’est ainsi que débute notre histoire ! Suite à l’appel de leur Guilde, notre groupe composé de Nella, Denzil, Wendaroo et de Knocka, se retrouve sur les terres des Lions D’Alahan à la quête d’un objet permettant de recouvrir l’ensemble des dettes du pays. Toutefois, les choses ne se dérouleront pas comme prévues…

Scénario :

Voici les bases qui composeront ce nouveau jeu de Cyanide Studios. Ainsi, on remarquera tout de suite que c’est assez classique. Toutefois, on ne le reprochera pas au jeu, car il arrive à remonter la pente par l’ensemble des personnages et de leur psychologie. En effet, ces « héros » si l’on peut leur donner cette signification, sont en tout point très plaisants à suivre. Le joueur s’en rendra très vite compte notamment en avançant dans le jeu et en se rapprochant de plus en plus d’eux. On tentera de découvrir avec ces derniers les terribles conspirations qui se trament, et cela nous surprendra par certaines révélations bien trouvées.

Même si l’histoire est menée plutôt correctement, à base de cut-scènes et des temps de chargements qui vous racontent les actions passées avec nos mercenaires. C’est aussi par ce système que vous apprendrez à aimer ou détester vos personnages, et ce sur plusieurs plans, de par leur design que nous évoquerons plus tard dans la partie graphisme, mais aussi dans leur façon de parler. Puisqu’il faut le dire, le titre mêle subtilement humour et sérieux, et ce tout au long du soft. Ainsi, vous pourrez voir nos héros se disputer, s’entraider, etc. C’est en passant par toutes ces phases que nous nous rapprocherons des quatre mercenaires et de leurs alliés.

Cependant, le récit comporte quelques petits problèmes dans sa narration. En effet, le seul moyen de pouvoir comprendre l’histoire se situe dans ses cut-scènes ou encore durant ces temps de chargements. Ainsi, le véritable problème réside sans doute dans le fait que le titre manque cruellement de cinématiques, ce qui en soi gâche un peu le plaisir de jeu. À défaut d’avoir une histoire et un background intéressant, il manque ce petit quelque chose qui nous maintiendra éveillé parmi les nombreuses phases de dialogue.

En somme, Aarklash Legacy possède un scénario intéressant que l’on suit de manière assez peu interactive par la présence des nombreuses phases de dialogue. Toutefois, ceci sera sauvé par des personnages hauts en couleur, à la fois drôles et touchants, parmi lesquels nous apprendrons ce qui se déroule en Aarklash.

Graphismes :

Nous débuterons par le level-design, celui est très correcte et respecte l’univers imposé par le jeu de plateau Confrontations de Rackham. De nombreuses zones composeront votre quête vers la vérité. En effet, le début du jeu se caractérisera par des zones éclairées riches en couleurs vives et chaudes. Ainsi, c’est avec un certain plaisir que l’on explore le niveau pour récupérer notre équipement ou encore détruire nos ennemis. Et pourtant, plus on avancera, plus le jeu se révèlera être de plus en plus sombre. Chose qui se confirme aussi avec l’environnement. On peut alors dire que l’ambiance du titre s’avère être réussie et que le joueur arrive à immerger dans l’univers d’Aarklash. Toutefois, le souci du détail manque à ses niveaux de la vie, ou encore on note l’imprécision des éléments du décor. Certains n’y trouveront aucune importance surtout pour un RPG/Stratégique, et pourtant, c’est toujours un véritable plaisir de pouvoir jouer dans un décor travaillé.

C’est alors que l’on peut dire que le character-design est le second point fort de ce titre. En effet, les différents personnages possèdent un design assez particulier, c’est à la fois ce qui les rend effrayants et attachants. D’ailleurs, on remarquera que ces derniers sont dessinés en fonction de leurs rôles, du mage au tank, aucun n’est oublié, c’est un vrai régal de suivre leur progression. Autre chose, ce groupe de mercenaires n’est pas seul et un nouveau héros vous aidera dans votre quête. C’est d’ailleurs par leur façon d’être ou encore par la gestuelle que nous les découvrirons sous différents jours. Comme chez les ennemis, dont le bestiaire s’avère être plutôt impressionnant. Ainsi, vous vous arracherez les cheveux devant la difficulté de certains d’entre eux, et pourtant, leur design est tout simplement exquis et c’est un vrai régal de les affronter. Malheureusement, on constatera très rapidement que le character-design s’avère être assez limité puisque les héros répèteront les mêmes actions que ce soit dans les dialogues ou encore dans les combats, chose qui s’avère à la longue ennuyeuse. Cela influe alors sur les ennemis qui disposent du même problème.

Bien évidemment, ce n’est pas la seule chose négative que l’on trouvera sur le jeu, en effet, on regrettera de ne pas avoir assez de choix dans les niveaux. Cela se remarque notamment par une trop grosse linéarité, qui à force devient une chose vite lassante. C’est d’ailleurs là, où prêche essentiellement le titre, car les différents embranchements ne sont pas assez intéressants pour s’y attarder, d’autant plus que certains d’entre eux n’apporteront aucun élément de réponse, ni même un quelconque objet pour personnaliser vos personnages. De plus, autre défaut notable dans Aarklash Legacy ce sont les items qui sont trop peu inspirés. Ces derniers se résument assez vite puisqu’il s’agira de boucles d’oreilles, de colliers, de reliques et de bracelets. On notera juste un changement de couleur pour montrer les différentes caractéristiques qu’ils apporteront à vos héros. Enfin, on terminera par l’apparition de clipping et d’alliasing sur la carte, rien de bien méchant, mais qui arrivent quand même à se voir durant les combats.

Pour conclure sur les graphismes du jeu, il faut parler d’un dernier point positif, mais pas des moindres, la fluidité. En effet, malgré tout ce qui apparaît à l’écran avec les sorts, les ennemis, les attaques, etc. Le jeu reste très fluide et c’est donc une excellente chose, il serait désagréable de jouer à Aarklash avec ce problème-là, ça rendrait le jeu plus compliqué qu’il ne l’est déjà.

En résumé, même si ce n’est pas une perle graphique, le jeu arrive à plaire par ses personnages, son level design et sa fluidité qui reste convenable et qui procure un bon plaisir de jeu. Toutefois, quelques notes défaillantes sont présentes et pourront faire naître chez le joueur un certain découragement pour la suite. Et pourtant, ce dernier doit rester sur ses gardes notamment par le biais d’un gameplay assez exigeant.

Gameplay :

Comme dit précédemment, le jeu demande beaucoup à ceux qui s’y attardent. Ainsi, comme tout RPG/Stratégique il faudra une certaine maîtrise des héros afin d’énoncer leur complémentarité dans les combats et de pouvoir vaincre vos ennemis.

Commençons donc par les bases du jeu. « Aarklash Legacy » demandera de simples clics pour déplacer vos héros et leur faire effectuer une action. Jusqu’ici rien de compliqué puisque c’est comme dans chaque jeu du même genre. Et pourtant, ce qui le différencie des autres softs de sa catégorie, c’est sans aucun doute, son système de combat.

Ce dernier n’est pas facile à maîtriser et à mettre en œuvre pour pouvoir gagner. Pour résumer, lorsque le joueur entrera dans un combat, le temps se mettra alors en pause. À ce moment, vous nous direz que c’est assez simple. Eh bien détrompez-vous ! Car ce temps de pause vous permettra d’étudier votre ennemi et d’élaborer une stratégie pour gagner. Ainsi, vous aurez le choix de pouvoir prévoir vos attaques ou de vous lancer directement dans le combat. C’est là que l’importance des rôles va donner la cohésion de l’équipe. Dès le début du titre, vous aurez le droit à un tank, un mage, un heal (soigneur) et un voleur. Chaque personnage possède donc ces propres caractéristiques que vous devrez mettre en œuvre pour obtenir la victoire. Il va de soi que le Tank attirera les ennemis, que le mage lancera les attaques de type magique, que le voleur baisse les caractéristiques et que le soigneur guérit en priorité le tank. On ne le dit pas assez, mais ce principe sera au cœur même du jeu et provoquera une certaine difficulté à jouer si elle n’est pas prise en compte. Suite à cette règle basique, parlons à présent des attaques. Chaque personnage a une attaque singulière qui coûtera un certain nombre de PM ou PV, à contrario de leurs compétences. Pour le tank, ce dernier donnera de sa santé pour provoquer les ennemis et se faire attaquer, le mage pourra utiliser des sorts de foudre, de soin, etc., le voleur pourra empêcher des personnages de s’attribuer des effets bénéfiques tandis que le healer pourra envoyer des sorts de soin tout simples afin d’apporter du soutien à l’équipe. Ainsi, tout est une question de réflexion et de stratégie pour savoir comment battre votre ennemi. Parfois, il faudra s’accrocher, car le titre ne s’avère pas être si facile que ça, mais nous y reviendrons plus tard.

Suite aux combats, les héros gagnent de l’expérience, jusqu’ici rien de plus simple puisqu’il faut tuer les groupes d’ennemis. Toutefois, les choses se corsent quand il faudra choisir vos compétences. En effet, rappelons que chaque personnage est fort dans une discipline donnée et il faut donc privilégier certaines compétences à d’autres. Une fois cela achevé, il vous arrivera de tomber sur un embranchement, de même, à vous de choisir ce qui vous semble être le meilleur pour chacun des personnages. C’est d’une importance capitale, car plus vous avancerez, plus le challenge sera élevé et croyez-nous, le jeu vous réserve de très bonnes surprises.

Au-delà de ce que peuvent nous offrir nos compétences, parlons aussi des items qui modifieront vos statistiques. Tout au long du jeu, vous aurez le choix de récupérer divers éléments dans le décor, comme des coffres, et de récupérer des items qui changeront les statistiques. Ces derniers peuvent aussi bien tomber des ennemis. On remarquera que ce sera souvent les mêmes et qu’ils ont juste quelques éléments qui changent. Ainsi, entre les bracelets, les colliers, les boucles d’oreilles et les reliques, chacun de ces objets interviendra sur vos personnages. De manière générale, ils pourront changer les dégâts, les soins reçus, les soins envoyés, la résistance au coup normal et au dégât magique, etc. Toutefois, il faut ici se méfier des objets et bien choisir à qui l’attribuer. Au pire des cas, vous pourrez remodifier si cela ne vous plaît pas. Enfin, on terminera par le fait qu’il n’y a pas de boutiques et que vous devrez détruire vos items. Toutefois, un mal pour un bien, puisqu’une fois que vous aurez rempli votre barre de destructions d’objets, vous récupèrerez un item élite qui apportera de nombreux avantages inattendus.

Ensuite, nous parlerons des différents types d’ennemis présents sur le soft. Ainsi, entre les soldats normaux et les archers il n’y aura pas de grande différence et leurs dégâts sont plutôt minimes. Malheureusement, ces derniers sont souvent accompagnés d’un mage ou d’une classe élite et c’est là qu’entrera en jeu vos diverses stratégies. On dira donc qu’il faut en permanence rester sur ses gardes et c’est sans vous évoquer les boss cachés de fin de niveaux qui sont assez coriaces ! L’important étant de garder un oeil sur ses PV, ses MP et surtout sur les ennemis les plus puissants afin de s’assurer la victoire.

Pour conclure sur le gameplay, on notera une difficulté quasi croissante et un challenge bien relevé dès le mode normal. Ainsi, le jeu ne vous épargnera jamais et c’est parfois avec un système de « die and retry » que vous pourrez passer certaines zones. Ajoutons alors que cette subtilité est un peu trop excessive et qu’elle procurera aux joueurs un sentiment de frustration. Toutefois, dans son ensemble, le jeu est difficile, complexe et demandera une certaine habileté à maîtriser son équipe. Rien que pour cela, c’est assez abouti et plus on avancera, plus on en comprendra les mécanismes. Malheureusement, nous sentons clairement le manque d’un multijoueur coopératif qui aurait pu être amené d’une très bonne manière, comme les quelques problèmes de pathfinding.

Durée de vie :

Il faudra entre 15-20 heures pour qu’un joueur moyen termine le jeu, ajoutez à cela des combats parfois ardus dès le mode de difficulté normal, et vous obtiendrez très vite une durée de vie plus que conséquente.

Même si la rejouabilité est assez faible, les puristes pourront toujours essayer le mode difficile ou les compétences de base ne sont plus mises en œuvre, car il faudra redoubler de stratégies et de tactiques afin de réussir à terminer le jeu. Tout ça pour juste vingtaine d’euros !

Bande-son :

Au niveau des musiques, on repassera. Ces dernières sont finalement assez discrètes, voire trop, et le joueur ne s’en préoccupe pas forcément. Toutefois, le doublage des personnages se révèle être de très bonnes qualités. Et c’est donc avec un malin plaisir que l’on écoute leurs discussions tantôt drôles, tantôt tragiques pour, au final, nous impliquer dans leurs combats.

En résumé !

Test d’Aarklash Legacy sur PC

Descriptif : Aarklash Legacy est un RPG/Stratégique développé par Cyanide Studios. Le joueur sera de nouveau propulsé sur les terres d'Aarklash qui s'inspirent du jeu de plateau « Confrontation ». Le titre est disponible depuis le 12 septembre 2013 exclusivement sur PC. Histoire : Bienvenue en Aarklash ! Théâtre de guerres et de nombreuses disputes de partage, qui ont provoqué la création de la Guilde. Celle-ci possède un pouvoir décisionnel puisqu'elle ne tient pour aucun camp et propose un prêt d'argent en échange de remboursements, si victoire il y a. Et pourtant, les rois ne sont pas toujours très réguliers dans leurs dotes. Devant faire face à ce problème, la Guilde à créer « les Wheels Swords », des mercenaires surentraînés, venant piller les terres des rois afin d'honorer leurs dettes. C'est ainsi que débute notre histoire ! Suite à l'appel de leur Guilde, notre groupe composé de Nella, Denzil, Wendaroo et de Knocka, se retrouve sur les terres des Lions D'Alahan à la quête d'un objet permettant de recouvrir l'ensemble des dettes du pays. Toutefois, les choses ne se dérouleront pas comme prévues... Scénario : Voici les bases qui composeront ce nouveau jeu de Cyanide Studios. Ainsi, on remarquera tout de suite que c'est assez classique. Toutefois, on ne le reprochera pas au jeu, car il arrive à remonter la pente par l'ensemble des personnages et de leur psychologie. En effet, ces « héros » si l'on peut leur donner cette signification, sont en tout point très plaisants à suivre. Le joueur s'en rendra très vite compte notamment en avançant dans le jeu et en se rapprochant de plus en plus d'eux. On tentera de découvrir avec ces derniers les terribles conspirations qui se trament, et cela nous surprendra par certaines révélations bien trouvées. Même si l'histoire est menée plutôt correctement, à base de cut-scènes et des temps de chargements qui vous racontent les actions passées avec nos mercenaires. C'est aussi par ce système que vous apprendrez à aimer ou détester vos personnages, et ce sur plusieurs plans, de par leur design que nous évoquerons plus tard dans la partie graphisme, mais aussi dans leur façon de parler. Puisqu'il faut le dire, le titre mêle subtilement humour et sérieux, et ce tout au long du soft. Ainsi, vous pourrez voir nos héros se disputer, s'entraider, etc. C'est en passant par toutes ces phases que nous nous rapprocherons des quatre mercenaires et de leurs alliés. Cependant, le récit comporte quelques petits problèmes dans sa narration. En effet, le seul moyen de pouvoir comprendre l'histoire se situe dans ses cut-scènes ou encore durant ces temps de chargements. Ainsi, le véritable problème réside sans doute dans le fait que le titre manque cruellement de cinématiques, ce qui en soi gâche un peu le plaisir de jeu. À défaut d'avoir une histoire et un background intéressant, il manque ce petit quelque chose qui nous maintiendra éveillé parmi les nombreuses phases de dialogue. En somme, Aarklash Legacy possède un scénario intéressant que l'on suit de manière assez peu interactive par la présence des nombreuses phases de dialogue. Toutefois, ceci sera sauvé par des personnages hauts en couleur, à la fois drôles et touchants, parmi lesquels nous apprendrons ce qui se déroule en Aarklash. Graphismes : Nous débuterons par le level-design, celui est très correcte et respecte l'univers imposé par le jeu de plateau Confrontations de Rackham. De nombreuses zones composeront votre quête vers la vérité. En effet, le début du jeu se caractérisera par des zones éclairées riches en couleurs vives et chaudes. Ainsi, c'est avec un certain plaisir que l'on explore le niveau pour récupérer notre équipement ou encore détruire nos ennemis. Et pourtant, plus on avancera, plus le jeu se révèlera être de plus en plus sombre. Chose qui se confirme aussi avec l'environnement. On peut alors dire que l'ambiance du titre s'avère être réussie et que le joueur arrive à immerger dans l'univers d'Aarklash. Toutefois, le souci du détail manque à ses niveaux de la vie, ou encore on note l'imprécision des éléments du décor. Certains n'y trouveront aucune importance surtout pour un RPG/Stratégique, et pourtant, c'est toujours un véritable plaisir de pouvoir jouer dans un décor travaillé. C'est alors que l'on peut dire que le character-design est le second point fort de ce titre. En effet, les différents personnages possèdent un design assez particulier, c'est à la fois ce qui les rend effrayants et attachants. D'ailleurs, on remarquera que ces derniers sont dessinés en fonction de leurs rôles, du mage au tank, aucun n'est oublié, c'est un vrai régal de suivre leur progression. Autre chose, ce groupe de mercenaires n'est pas seul et un nouveau héros vous aidera dans votre quête. C'est d'ailleurs par leur façon d'être ou encore par la gestuelle que nous les découvrirons sous différents jours. Comme chez les ennemis, dont le bestiaire s’avère être plutôt impressionnant. Ainsi, vous vous arracherez les cheveux devant la difficulté de certains d'entre eux, et pourtant, leur design est tout simplement exquis et c'est un vrai régal de les affronter. Malheureusement, on constatera très rapidement que le character-design s'avère être assez limité puisque les héros répèteront les mêmes actions que ce soit dans les dialogues ou encore dans les combats, chose qui s'avère à la longue ennuyeuse. Cela influe alors sur les ennemis qui disposent du même problème. Bien évidemment, ce n'est pas la seule chose négative que l'on trouvera sur le jeu, en effet, on regrettera de ne pas avoir assez de choix dans les niveaux. Cela se remarque notamment par une trop grosse linéarité, qui à force devient une chose vite lassante. C'est d'ailleurs là, où prêche essentiellement le titre, car les différents embranchements ne sont pas assez intéressants pour s'y attarder, d'autant plus que certains d'entre eux n'apporteront aucun élément de réponse, ni même un quelconque objet pour personnaliser vos personnages. De plus, autre défaut notable dans Aarklash Legacy ce sont les items qui sont trop peu inspirés. Ces derniers se résument assez vite puisqu'il s'agira de boucles d'oreilles, de colliers, de reliques et de bracelets. On notera juste un changement de couleur pour montrer les différentes caractéristiques qu'ils apporteront à vos héros. Enfin, on terminera par l'apparition de clipping et d'alliasing sur la carte, rien de bien méchant, mais qui arrivent quand même à se voir durant les combats. Pour conclure sur les graphismes du jeu, il faut parler d'un dernier point positif, mais pas des moindres, la fluidité. En effet, malgré tout ce qui apparaît à l'écran avec les sorts, les ennemis, les attaques, etc. Le jeu reste très fluide et c'est donc une excellente chose, il serait désagréable de jouer à Aarklash avec ce problème-là, ça rendrait le jeu plus compliqué qu'il ne l'est déjà. En résumé, même si ce n'est pas une perle graphique, le jeu arrive à plaire par ses personnages, son level design et sa fluidité qui reste convenable et qui procure un bon plaisir de jeu. Toutefois, quelques notes défaillantes sont présentes et pourront faire naître chez le joueur un certain découragement pour la suite. Et pourtant, ce dernier doit rester sur ses gardes notamment par le biais d'un gameplay assez exigeant. Gameplay : Comme dit précédemment, le jeu demande beaucoup à ceux qui s'y attardent. Ainsi, comme tout RPG/Stratégique il faudra une certaine maîtrise des héros afin d'énoncer leur complémentarité dans les combats et de pouvoir vaincre vos ennemis. Commençons donc par les bases du jeu. "Aarklash Legacy" demandera de simples clics pour déplacer vos héros et leur faire effectuer une action. Jusqu'ici rien de compliqué puisque c'est comme dans chaque jeu du même genre. Et pourtant, ce qui le différencie des autres softs de sa catégorie, c'est sans aucun doute, son système de combat. Ce dernier n'est pas facile à maîtriser et à mettre en œuvre pour pouvoir gagner. Pour résumer, lorsque le joueur entrera dans un combat, le temps se mettra alors en pause. À ce moment, vous nous direz que c'est assez simple. Eh bien détrompez-vous ! Car ce temps de pause vous permettra d'étudier votre ennemi et d'élaborer une stratégie pour gagner. Ainsi, vous aurez le choix de pouvoir prévoir vos attaques ou de vous lancer directement dans le combat. C'est là que l'importance des rôles va donner la cohésion de l'équipe. Dès le début du titre, vous aurez le droit à un tank, un mage, un heal (soigneur) et un voleur. Chaque personnage possède donc ces propres caractéristiques que vous devrez mettre en œuvre pour obtenir la victoire. Il va de soi que le Tank attirera les ennemis, que le mage lancera les attaques de type magique, que le voleur baisse les caractéristiques et que le soigneur guérit en priorité le tank. On ne le dit pas assez, mais ce principe sera au cœur même du jeu et provoquera une certaine difficulté à jouer si elle n'est pas prise en compte. Suite à cette règle basique, parlons à présent des attaques. Chaque personnage a une attaque singulière qui coûtera un certain nombre de PM ou PV, à contrario de leurs compétences. Pour le tank, ce dernier donnera de sa santé pour provoquer les ennemis et se faire attaquer, le mage pourra utiliser des sorts de foudre, de soin, etc., le voleur pourra empêcher des personnages de s'attribuer des effets bénéfiques tandis que le healer pourra envoyer des sorts de soin tout simples afin d'apporter du soutien à l'équipe. Ainsi, tout est une question de réflexion et de stratégie pour savoir comment battre votre ennemi. Parfois, il faudra s'accrocher, car le titre ne s'avère pas être si facile que ça, mais nous y reviendrons plus tard. Suite aux combats, les héros gagnent de l'expérience, jusqu'ici rien de plus simple puisqu'il faut tuer les groupes d'ennemis. Toutefois, les choses se corsent quand il faudra choisir vos compétences. En effet, rappelons que chaque personnage est fort dans une discipline donnée et il faut donc privilégier certaines compétences à d'autres. Une fois cela achevé, il vous arrivera de tomber sur un embranchement, de même, à vous de choisir ce qui vous semble être le meilleur pour chacun des personnages. C'est d'une importance capitale, car plus vous avancerez, plus le challenge sera élevé et croyez-nous, le jeu vous réserve de très bonnes surprises. Au-delà de ce que peuvent nous offrir nos compétences, parlons aussi des items qui modifieront vos statistiques. Tout au long du jeu, vous aurez le choix de récupérer divers éléments dans le décor, comme des coffres, et de récupérer des items qui changeront les statistiques. Ces derniers peuvent aussi bien tomber des ennemis. On remarquera que ce sera souvent les mêmes et qu'ils ont juste quelques éléments qui changent. Ainsi, entre les bracelets, les colliers, les boucles d'oreilles et les reliques, chacun de ces objets interviendra sur vos personnages. De manière générale, ils pourront changer les dégâts, les soins reçus, les soins envoyés, la résistance au coup normal et au dégât magique, etc. Toutefois, il faut ici se méfier des objets et bien choisir à qui l'attribuer. Au pire des cas, vous pourrez remodifier si cela ne vous plaît pas. Enfin, on terminera par le fait qu'il n'y a pas de boutiques et que vous devrez détruire vos items. Toutefois, un mal pour un bien, puisqu'une fois que vous aurez rempli votre barre de destructions d'objets, vous récupèrerez un item élite qui apportera de nombreux avantages inattendus. Ensuite, nous parlerons des différents types d'ennemis présents sur le soft. Ainsi, entre les soldats normaux et les archers il n'y aura pas de grande différence et leurs dégâts sont plutôt minimes. Malheureusement, ces derniers sont souvent accompagnés d'un mage ou d'une classe élite et c'est là qu'entrera en jeu vos diverses stratégies. On dira donc qu'il faut en permanence rester sur ses gardes et c'est sans vous évoquer les boss cachés de fin de niveaux qui sont assez coriaces ! L'important étant de garder un oeil sur ses PV, ses MP et surtout sur les ennemis les plus puissants afin de s'assurer la victoire. Pour conclure sur le gameplay, on notera une difficulté quasi croissante et un challenge bien relevé dès le mode normal. Ainsi, le jeu ne vous épargnera jamais et c'est parfois avec un système de "die and retry" que vous pourrez passer certaines zones. Ajoutons alors que cette subtilité est un peu trop excessive et qu'elle procurera aux joueurs un sentiment de frustration. Toutefois, dans son ensemble, le jeu est difficile, complexe et demandera une certaine habileté à maîtriser son équipe. Rien que pour cela, c'est assez abouti et plus on avancera, plus on en comprendra les mécanismes. Malheureusement, nous sentons clairement le manque d'un multijoueur coopératif qui aurait pu être amené d'une très bonne manière, comme les quelques problèmes de pathfinding. Durée de vie : Il faudra entre 15-20 heures pour qu'un joueur moyen termine le jeu, ajoutez à cela des combats parfois ardus dès le mode de difficulté normal, et vous obtiendrez très vite une durée de vie plus que conséquente. Même si la rejouabilité est assez faible, les puristes pourront toujours essayer le mode difficile ou les compétences de base ne sont plus mises en œuvre, car il faudra redoubler de stratégies et de tactiques afin de réussir à terminer le jeu. Tout ça pour juste vingtaine d'euros ! Bande-son : Au niveau des musiques, on repassera. Ces dernières sont finalement assez discrètes, voire trop, et le joueur ne s'en préoccupe pas forcément. Toutefois, le doublage des personnages se révèle être de très bonnes qualités. Et c'est donc avec un malin plaisir que l'on écoute leurs discussions tantôt drôles, tantôt tragiques pour, au final, nous impliquer dans leurs combats.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!