Test d’Age of Empires II : The Age of Kings une adaptation sur PS2

Deux ans après avoir conquis les joueurs PC du monde entier, la référence en matière de jeux de stratégie temps réel se voit convertie sur la nouvelle machine de Sony. Ainsi, voici qu’Age of Empire II : Age of Kings débarque sur Playstation 2 sous l’égide de Konami.

Cette arrivée peut sembler, de prime abord, étonnante lorsque l’on sait que l’auteur du soft n’est autre que Microsoft, dont la première console s’apprête à concurrencer le célèbre monolithe noir. Toutefois, il convient de rappeler que ce portage n’est nullement le fruit du hasard puisqu’il est la résultante d’un accord passé il y a quelques années entre la société de Bill Gates et l’éditeur à la petite vague, et donc l’une des clauses permettait ce type de transfert. Maintenant que la situation a été quelque peu éclaircie, place au test. . 
     Des modes de jeu variés Après une assez belle cinématique d’introduction présentant deux rois en pleine partie d’échecs, celle-ci symbolisant une bataille réelle, l’écran titre s’offre à nous avec divers choix distincts. Outres les habituels menus d’options et de gestions de vos sauvegardes, vous aurez la possibilité d’entamer une partie en jouant seul, ou bien d’affronter un adversaire humain grâce au port I-Link.
Intéressons-nous, tout d’abord si vous le voulez, à ce qui constitue la substantifique moelle du soft, à savoir le mode solo. Ce dernier se divise en trois grandes catégories occasionnant des manières de jouer totalement différentes. Tout d’abord, ce seront les campagnes qui s’offriront à vous. Au nombre de quatre, elles permettent de revivre quelques-unes de plus grandes épopées moyenâgeuses en incarnant des personnages historiquement importants en les personnes de Jeanne d’Arc, Genghis Kahn, Barberousse et Saladin. Durant ces missions vous devrez bien évidemment imposer vos armées en réduisant à néant celles de l’ennemi. Notez également que vous pouvez jouer une mission totalement aléatoire dans les mêmes conditions qu’un affrontement normal.
Ensuite, vous trouverez le Régicide qui, comme son nom l’indique, vous oblige à tuer le roi adverse pour remporter la bataille.
Enfin, le combat à mort vous obligera à anéantir les rangs de l’opposant pour pouvoir célébrer dignement la victoire.
Une fois que vous aurez fait le tour de ce mode, et vous en aurez pour un bon moment, pourquoi ne pas inviter un de vos amis pour pouvoir le défier à ce jeu et définir ainsi qui dispose des meilleures aptitudes afin de mener à bien une guerre. Pour ce faire, prévoyez un matériel suffisant, à savoir deux Playstation 2, deux softs, deux téléviseurs et un câble I-Link. Ainsi, vous pourrez combattre un ami, qui pour l’occasion deviendra votre ennemi sur une carte sélectionnée au hasard.
Pour ceux qui débuteraient dans le genre, les développeurs ont eu la très bonne idée d’inclure un Didacticiel qui vous fera prendre part à une campagne où William Wallace est le héros. Vous pourrez ainsi apprendre à maîtriser, outre les commandes, les compétences nécessaires afin de devenir le plus fin stratège qui soit.
Enfin, l’Historique est une initiative à saluer puisqu’il permet de se renseigner sur les civilisations et autres armes rencontrées au cours de votre progression. Idéal donc pour se plonger plus facilement au cœur de l’action. 
     La guerre est en marche ! J’en vois déjà qui, à la lecture de ce titre, s’imaginent de sanglants affrontements où l’unique obsession qui demeure réside en l’anéantissement de l’adversaire. Malheureusement pour eux, il en va autrement dans Age of Empire 2 puisque avant de se lancer à corps perdu dans la bataille il vous faudra construire votre civilisation. En effet, il vous incombe de bâtir votre cité afin que celle-ci dispose des agréments nécessaires pour vous permettre d’évoluer. Ainsi, il vous faudra élever des demeures pour collecter la nourriture, diverses ressources naturelles mais aussi et surtout pour vous loger. En plus de cela, il vous sera nécessaire, bien évidemment, d’ériger une armée suffisamment solide pour pouvoir résister à l’ennemi. Notez que celle-ci se divise en quatre sections à savoir l’archerie, l’infanterie, les armes de siège, la cavalerie et que ces dernières sont également constituées d’éléments divers tels que les fantassins ou les lanciers. Ajoutez à cela les treize différentes tribus disponibles, parmi lesquelles les Francs, les Britanniques, les Celtes, les Mongols et les Vikings, et vous aurez alors une idée de la richesse de ce soft. Une fois vos concitoyens prêts, vous pourrez alors partir explorer d’inconnues et lointaines contrées à conquérir aux dépens de l’ennemi. Enfin, une fois au cœur de la bataille, alors même que seules les armes ont droit de citer, vous pourrez diriger vos compagnons afin que ceux-ci soient portés tantôt sur l’offensive, tantôt sur la défensive, ou bien qu’ils changent de formation afin de venir à bout de l’opposant. 
     Une réalisation décevante S’il est un reproche qui peut être fait à ce jeu, celui-ci concerne assurément sa réalisation. Nous sommes malheureusement à des années-lumières de ce que nous avions il y a deux ans sur PC. Tout d’abord, la surface de jeu affiché à l’écran est d’une taille minuscule puisqu’elle occupe à peine la moitié, l’autre partie étant prise par les options de jeu. Ceci est notamment dû au fait de jouer sur un téléviseur induisant ainsi une résolution d’affichage bien moindre que sur un moniteur. En conséquence, vos unités et autres bâtisses sont bien moins détaillés que sur PC et dès qu’un certain nombre de personnages est affiché l’action devient irrémédiablement confuse. D’autre part, l’animation est, elle aussi, loin d’être irréprochable puisque d’énormes ralentissements sont fréquemment visibles. Lors des phases de construction, cela reste peu gênant mais, une fois à l’assaut des fortifications ennemies, il en va tout autrement et cela devient très vite agaçant. Malgré tous ces désagréments d’ordre visuel, la bande sonore réussit à relever le niveau grâce à de bons morceaux de musique.
Souris et clavier indispensables !
L’une des craintes que pouvait légitimement avoir tout fan de jeux de stratégie concernant le portage de Age Of Kings sur Playstation 2 réside assurément dans la jouabilité à la manette. Et, force est de constater que de ce point de vue, le seul mot qui vient à l’esprit est  »désastreuse ». En effet, manier ses troupes est un réel calvaire avec la Dual Shock 2. Lors des séquences tranquilles, comme l’édification de sa cité, ce défaut est oubliable mais une fois en pleine guerre, alors que vous devez commander des dizaines d’unités, vous risquez de débrancher bien vite votre manette et connecter tout aussi rapidement une souris et une manette USB indispensables dès lors que vous souhaitez profiter un minimum de votre acquisition. Malgré ce changement, la prise en main s’avère bien moins précise que sur PC, malheureusement…

En résumé !

Test d’Age of Empires II : The Age of Kings une adaptation sur PS2

L'adaptation du mythe Age of Empires 2 sur Playstation 2 ne s'est donc pas faîte sans difficulté. Les développeurs se sont malheureusement contentés d'un simple portage, sans procéder à l'ajout de quelques missions pour ceux qui l'auraient déjà fini sur PC. De plus la réalisation très décevante, ainsi que la désastreuse jouabilité à la manette, décourageront rapidement la plupart des joueurs. Seuls les férus de stratégie temps-réel trouveront en fin de compte leur bonheur avec ce jeu qui demeure quoiqu'il advienne bien moins bon que son homologue PC.
10
Excellent
Gameplay
8
10
Graphiques
8
10
Scénario
8
10
Durée de vie
12
10
Audio
14
10
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!