Test d’Airblade sur PS2

On connaissait déjà le skate avec roues, voici venir une discipline légèrement dérivée : le skate sans roues ! Cependant le genre n’est pas inconnu puisqu’il existait déjà à l’époque le misérable Air Border 64 sur N64 ainsi que Trickstyle sur Dreamcast. Malgré cela, on aurait plus tendance à rapprocher Airblade à Tony Hawk, voyons pourquoi… 

Que c’est bon, la démesure … Après avoir subi pendant de longues années un vide ludique incontestable dans le domaine du skate board, Tony Hawk arriva sur PlayStation, nous tenions enfin LE jeu de skate ultime qui n’a cessé de s’améliorer à chaque nouvel opus. Nous avions droit à un gameplay accessible, entraînant et toujours très réaliste. C’est là qu’Airblade vient mettre son grain de sel, car si la maniabilité est quasiment la même à celle initiée par le jeu d’Activision, le gameplay n’a plus grand chose à voir avec ce qu’on connaissait jusqu’ici. Tout est exagéré à l’extrême ! A l’écran cela se traduit par un savant mélange de simulation et d’amplification de tricks à la mode extraterrestre. Des sauts monstrueux, ainsi que des vrilles et des flips s’enchaînant sans le moindre problème à une vitesse folle. Toutes ces figures sont pour la plupart très simples à réaliser, les grinds par exemple (glissade s’effectuant aussi bien sur les fils électriques que sur les véhicules), peuvent s’exécuter sur des distances hallucinantes avec pour seul impératif d’appuyer sur le bouton triangle et de maintenir votre rider le plus droit possible.

La prise en main est donc immédiate puisque la configuration des boutons est identique à celle de Tony Hawk, avec la croix pour sauter, le rond pour les grabs, le carré pour faire différents tricks, et les tranches pour switcher… C’est donc un vrai plaisir de se retrouver en terrain familier d’autant plus que le système de boost du fameux SSX a aussi été repris, plus vous faites de tricks plus votre barre de boost s’agrandie, plus vous pourrez aller vite. 

C’est beau, c’est fluide, c’est sur PS2 ? On serait presque tenté de dire que Criterion Studio a fait de véritables prouesses lorsque qu’on se laisse prendre à admirer l’espace de jeu et les graphismes, bien plus fins et détaillés que ceux de GTA 3. Les polygones foisonnent à travers des immeubles gigantesques. Les textures sont de grande qualité et leur affichage en haute résolution à l’écran est très net, les effets de lumières forts convaincants et la distance d’affichage très honorable. Pas de clippings ou de ralentissements, bref, pas la peine de tergiverser : c’est bien réalisé et on est bien content.
Les zones dans lesquelles vous évoluez sont toutes très différentes et bien conçues d’un point de vue architectural. Il est possible de passer quasiment de partout et chacun des 6 niveaux regorgent d’astuces à découvrir pour accéder à des plates-formes, qui peuvent sembler être au premier abord, inaccessibles. 

Des modes de jeux, en veux-tu ? En voilà ! Criterion s’est donner la peine de faire de très beaux décors, il serait donc dommage de ne les exploiter qu’à travers une poignée de modes de jeu… Ainsi Airblade en propose pas moins de 8. Vous pourrez donc vous adonner au mode Scénario (mode principal) mais aussi à un mode de Freestyle, de Score attack, de Stunt attack (que l’on débloque en finissant le mode scénario) et aux Trick List, Show Off, Ribbon Tag et enfin un mode multijoueur. On trouve aussi sur le DVD du jeu, un making off et une galerie de artworks.
L’histoire que l’on découvre petit à petit dans le mode scénario commence peu après qu’Oscar, un technicien de la GCP Corporation, découvre en travaillant sur la mise au point d’une énergie nécessaire au fonctionnement d’une planche anti-gravité, le moyen de produire cette énergie gratuitement et indéfiniment. La compagnie apprenant la nouvelle n’y va pas par quatre chemins, elle décide alors de supprimer Oscar qui vient juste de démissionner en prenant soin d’emmener avec lui le fameux airblade. La scène d’introduction du jeu nous montre les hommes de mains de la GCP investir le repaire d’Oscar et de ses amis pour récupérer le skate volant. Ethan arrive alors à s’échapper avec le skate et se retrouve en pleine rue avec à ses trousses toute l’organisation. Kat, une expert en informatique sera constamment en relation avec Ethan, lui indiquant des mini-missions à effectuer tout au long du jeu…

Les objectifs d’Airblade ne sont malheureusement pas très variés : éliminer les gardes, faire des grabs sur des véhicules ou divers éléments, esquinter du matériel de la GCP Corporation (caméras de surveillance, panneau publicitaires, antennes paraboliques, etc..). Heureusement le nombre de figures disponibles est manifestement très varié, d’autant plus que vous pourrez diriger en tout 4 personnages si vous réussissez à tous les débloquer.

Airblade plaira sûrement à tout ceux qui veulent de l’amusement immédiat, le système  »je fais n’importe quoi et ca marche » fonctionne à merveille et permet de finir le jeu… mais du coté esthétique n’espérez pas réaliser les plus belles figures. Ces dernières sont en effet difficiles à maîtriser et sans aucun doute destinées à un public d’acharnés… soucieux de découvrir toutes les subtilités du titre. 

Pirouettes + pirouettes + pirouettes … Si comme on l’a vu, la prise en main est super aisée, le principe d’Airblade est assez répétitif et redondant malgré tous les modes de jeux proposés. On se retrouve constamment en train d’effectuer des tricks augmentant la barre de boost dont l’utilisation est tout le temps décisive… Alors à chaque déplacement le personnage saute, fait des pirouettes, encore et encore, pour aller toujours plus vite avant que le compte à rebours de chaque missions n’atteigne son point nul et vous oblige à recommencer entièrement le stage.

Notons aussi que toutes ces galipettes sont effectuées sans que l’on ait à se soucier des chutes. En effet chaque figure est automatiquement réussie, même en réalisant une combinaison au hasard on ne risque aucune chute, seule la collision avec certains éléments (dont les murs principalement) peuvent faire tomber le rider par terre…

En résumé !

Test d’Airblade sur PS2

Répétitif et vite lassant, seraient au final les principaux qualificatifs que l'on pourrait attribuer à Airblade. Malgré une réalisation impeccable, le jeu souffre d'une monotonie qui s'installe dès les premières heures de jeu. Ajoutez à cela une difficulté élevée qui sent bon l'étirement forcé de la durée de vie… et on se sent obligé de conseiller ce jeu uniquement aux fans de tricks et de pirouettes… en d'autres mots, les skate-boarders, les patineurs ou autres snowboarders…
11.6
Gameplay
18
10
Graphiques
16
10
Scénario
/
10
Durée de vie
16
10
Audio
8
10
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!