Le jeu associé :

Test d’Ape Escape 3

L’Homme descend du singe paraît-il. Et en y regardant de plus près il semblerait même que les singes déjantés d’Ape Escape, contrôlés par le diabolique Specter, soient sur le point de réaliser l’évolution inverse : remplacer l’Homme après avoir assimilé son mode de vie ! C’était sans compter sur Satoru et Sayaka, nos deux jeunes héros, partis une fois de plus à l’aventure, épuisettes en bandouillère, pour capturer tout ce petit monde et le remettre là d’où il s’est échappé : au zoo !

Quelque peu délaissée depuis la sortie d’Ape Escape 2 il y a deux ans sur PS2, cette série haute en couleur signée Sony revient en fanfare avec deux nouveaux épisodes PSP et un troisième jeu PS2 ! C’est ce dernier qui nous intéresse en l’occurrence puisqu’il vient d’arriver en Europe après avoir reçu un accueil très chaleureux de la part du public nippon !

Satoru et Sayaka se retrouvent une fois de plus embarqués dans les sombres desseins de Specter … Celui-ci avait réussi à l’époque à s’emparer d’un casque décuplant ses neurones et c’est fort de ses nouvelles aptitudes mentales qu’il avait réussi à rassembler sous sa bannière des centaines de singes tous plus cinglés les uns que les autres ! Specter remet une fois de plus le couvert, mais ce dernier a semble t’il su tirer profit de ses erreurs passées : plus malin, il s’est entouré d’une véritable armée avoisinant les 500 spécimens simiesques, ainsi qu’une équipe de 5 redoutables primates baptisés à la manière des Super Sentaï « Les Wookie Five » ! Pire encore Specter a eu la brillante idée de lancer son offensive en s’accaparant le monde audiovisuel en pleine effervescence chez les humains et véritable source de pouvoir … C’est sans surprise qu’il vous faudra arpenter muni de votre filet les divers plateaux de télé et de cinéma afin de débusquer tout ce petit monde faisant des singeries devant les caméras !
De la Planète Bleue à la Planète des Singes, il n’y a qu’un pas qu’il vous incombe de ne pas laisser franchir !Mille et Une Façons de Capturer un Singe !Un scénario basique, mais propice aux changements de décors et à la diversité. Là où Ape Escape 3 fait fort, c’est que non content de changer de lieux, l’ambiance et votre personnage changent eux aussi radicalement de niveau en niveau ! Cette variété de tous les instants est le principal atout d’Ape Escape 3, chaque niveau est l’occasion de découvrir de nouvelles phases de jeu : les développeurs ne sont à aucun moment tombés dans le piège de la facilité en recyclant leurs trouvailles ! Seules quelques phases comme la course en F1 ou les scènes de shoot avec le robot angelot réapparaissent plusieurs fois en cours de jeu. La vingtaine de niveaux proposés est l’occasion de revisiter en long en large et en travers l’univers du cinéma et du petit écran, aussi on oscille entre le monde merveilleux de Cendrillon & Co, celui des Cowboys, des Ninjas, du Kung-fu, des batailles spatiales, d’Aladdin, du parc d’attraction, de l’épouvante ou encore un monde futuriste et des plateaux télé ! Les singes sont habillés en rapport avec le niveau pour les moins hargneux, tandis que les singes qui vous poseront le plus de problème se manifesteront dans des costumes reconnaissables entre mille, Darth Vader, Jason, La Belle et La Bête ou encore Superman en tête d’affiche. Chaque membre des « Wookie Five », l’équipe d’élite de Specter, sera l’occasion d’un niveau à part entière; certaines batailles durant parfois une dizaine de minutes !

Il y a de quoi faire et comme dans les précédents Ape Escape vous serez équipés d’une batterie de gadgets sophistiqués pour traquer efficacement vos proies … De ce côté là, et c’est peut-être l’une des rares déceptions du jeu, rien n’a réellement changé. Vous retrouverez toujours l’épuisette pour capturer les singes, le sabre laser pour les assommer, le cerceau pour aller plus vite, le radar pour repérer les singes planqués, la voiture télécommandée pour les endroits exigus et biensur l’hélice pour sauter plus haut et planer un court instant !
Concernant la maniabilité cette fois, le jeu utilise toujours les deux sticks analogiques : le gauche pour vous diriger et le droit pour frapper ou capturer les singes. Une combinaison très agréable à jouer et optimale au maniement de l’épuisette vous permettant d’utiliser votre filet à 360° et non pas seulement pour tout ce qui se trouve juste devant vous ! C’est d’autant plus utile que les singes ont pris du poil de la bête et se permettront TRES souvent de vous filer entre les doigts au moyen d’une esquive de dernière minute symbolisée par un court ralenti « à la Matrix », si bien qu’il faut parfois s’y reprendre à 4 ou 5 fois pour capturer les plus retords d’entre eux à condition de ne pas se faire dégommer entre temps …

Des singes mieux équipés … Mieux préparés à vos assauts et plus agiles … Un arsenal de gadgets sensiblement identique à celui des épisodes précédents … Pas évident d’être à la hauteur ! Mais c’était sans compter sur les transformations qui vous seront proposées à chaque fois que vous récupérerez l’un des disques adéquats ! Il existe 7 transformations, proposant toutes une nouvelle panoplie de coups, d’attaques spéciales et d’une nouvelle manière de capturer les singes autre que l’épuisette. Mieux encore ces transformations changent suivant si vous avez choisi Satoru ou Sayaka ! Chaque transformation effectuée via le stick analogique droit vous permettra de bénéficier de ces nouveaux pouvoirs pendant 30 secondes, rallongeables à volonté à condition de ramasser les petits cristaux verts disséminés un peu partout qui vous octroieront du temps supplémentaire.
Le chevalier et la magicienne disposent tous deux d’un bouclier magique, d’une arme lourde ou d’une attaque magique puissante ainsi qu’un sceau pour capturer les ennemis. Les Cowboys peuvent tirer à distance, locker les ennemis et tirer une bollasse pour capturer les singes à quelques mètres. Les Ninjas peuvent se démultiplier, marcher sur une corde pour atteindre d’autres hauteurs et capturer les singes à distance. Les experts en arts martiaux peuvent casser certains murs, déchaîner une furie enflammée ou encore utiliser une épuisette nunchaku pour capturer les singes à 360° qu’ils soient devant ou derrière vous sans même qu’ils puissent tenter une esquive. Le Super Sentaï, aux couleurs aussi criardes que Great Saiyaman dans Dragon Ball Z, peut envoyer des boules d’énergie, effectuer des Dash en plein air et s’en servir pour capturer plusieurs singes en même temps. Enfin le dernier costume est plus un gag qu’autre chose puisqu’il s’agit d’un déguisement de singe, vous permettant de communiquer avec vos nouveaux compères à poils dans une petite danse bien ridicule à souhait, mais surtout de repérer les « BackStages » de chaque niveau où se cachent systématiquement 4 singes qu’il vous faudra débusquer pour terminer entièrement la capture et ainsi profiter d’une seconde fin !

Vous l’aurez compris, c’est dans ces transformations et dans la diversité des niveaux qu’Ape Escape 3 tire tout son intérêt et renforce son gameplay, réussissant ainsi à redynamiser avec brio une série que l’on pouvait penser oubliée depuis le temps qu’elle n’avait pas eu droit de citer sur une PlayStation.Une réalisation sans faille …Ce n’est pas pour autant que le jeu a été bâclé techniquement, bien au contraire même ! Les décors sont très colorés et assez détaillés, sans être surchargés, et dépourvus de toutes traces d’aliasing ! On pourra toujours regretter qu’ils soient découpés en salles au lieu d’être présentés dans un ensemble, néanmoins les temps de chargement quasiment inexistants ne pénalisent en rien l’affaire. Seuls les contours du décor pourront paraître un peu « cheap » au regard du reste. Les personnages sont quant à eux finement modélisés et les attaques spéciales des différentes transformations en mettent souvent plein la vue, tout comme la capture d’un singe avec le filet ! La caméra manuelle ne pose pas non plus le moindre problème. Mais ce qui frappe avant tout, c’est la fluidité de l’animation … Aucune chute de framerate intempestive et chaque mouvement semble avoir été décortiqué avec soin pour le plaisir des yeux. C’est suffisamment rare pour être souligné et finalement sans être exceptionnelle, la réalisation technique ne souffre d’aucun défaut majeur. C’est bien là l’essentiel ! Concernant la bande-son, les morceaux s’accordent parfaitement avec l’ambiance de chaque niveau, tandis que chaque transformation est l’occasion d’un thème différent et rythmé rajoutant ce petit côté « pressé » et « pressant » par le temps limite imparti et la volonté d’en découdre rapidement.Snake et PipoSnake main dans la main !Au niveau de la durée de vie, sachez qu’il ne vous faudra qu’une petite douzaine d’heures pour boucler le scénario … Mais nettement plus pour décrocher la timbale ! Finir la vingtaine de niveaux vous permettra de découvrir la fin, récupérer l’intégralité des singes dans les niveaux vous octroiera la possibilité d’affronter un second boss et de visionner une seconde fin, et comble du comble décrocher les 100% vous permettra de découvrir encore d’autres bonus cachés ! Pour décrocher ces fameux 100% il vous faudra tout d’abord récolter un maximum de pièces en cours de jeu, afin d’acheter des objets pour l’aventure, mais aussi et surtout les cinématiques, les musiques du jeu, quelques conseils, des artworks, et biensur les fameux mini-jeux ! A ce moment vous pourrez vous frotter au Time Attack dont la difficulté est comparable à celle des épreuves de permis d’un Gran Turismo : arriver dans les temps ? Sans problème ! Décrocher l’Or ? C’est une autre histoire … Mieux encore le mode Challenge débloqué une fois le jeu terminé une première fois, vous permettant de rejouer l’intégralité du jeu d’une seule traite avec tous vos bonus, gadgets et transformations, mais sans interface et sans vie … Quand bien même il est possible de sauvegarder entre les niveaux, pas facile de se braquer les 20 stages et 8 boss sans vie supplémentaire …

Toujours pas rassasié ? Vous pourrez toujours vous frotter aux 3 différents mini-jeux ! Si le lancer de singe et la Salutimate Fighting ne vous occuperont pas bien longtemps, le fameux Mesal Gear Solid, parodie de la série culte estampillée Konami (pour rappel les singes déjantés d’Ape Escape avaient fait une apparition remarquée dans un mini-jeu de Metal Gear Solid 3), est un véritable jeu dans le jeu !
Les développeurs ont fait très fort en poussant le vice jusqu’à reprendre l’interface complète du jeu : menus, conversations au codec, musiques et bien sûr de nombreux clins d’oeil qui raviront les fans de la série. Un jeu dans le jeu puisque mine de rien il faut bien une bonne heure pour le boucler, les développeurs prévoyants sur ce coup là ayant eu la bonne idée d’ajouter un système de sauvegarde !
Le mini-jeu se termine en apothéose, après un âpre combat contre un singe déguisé comme un des ennemis récurrents de la série, par une rencontre improbable et cultissime à la fois !
Dire que Mesal Gear Solid mériterait à lui seul l’achat d’Ape Escape 3 est évidemment osé, néanmoins ce jeu dans le jeu est suffisamment long et bien réalisé pour faire pencher une balance déjà largement penchée en sa faveur grâce à ses propres qualités ! Un argument de taille en plus, dirons-nous…Une version PAL séduisante (par Sebb)Notre version PAL bénéficie d’une traduction intégrale en français. Les voix de Satoru et Sayaka, des voix de gamins tout gentils et tout droit sortis d’un dessin animé, sont en parfaite adéquation avec le monde délirant d’Ape Escape. Vous pouvez, dans les options, activer ou désactiver les sous-titres, sélectionnez le format 4/3 ou 16/9 et même mettre le tout en Dolby Pro Logic II, le must pour pouvoir écouter l’ambiance sonore du jeu. Une localisation de qualité donc. Un jeu aussi accrocheur méritait bien cela.

Partager ce post
Articles Similaires
0
0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Thanks for submitting your comment!