Test Darksiders II : Deathinitive Edition

Après la faillite de THQ, la grande majorité du catalogue de l’éditeur a été acquise pièce par pièce par diverses sociétés. Koch Media pour Saints Row, Crytek pour Homefront et Ubisoft pour South Park. Cependant, une licence a plus de mal à trouver de nouveaux acheteurs que d’autres : Darksiders, une saga débutée en 2010, dont le premier volet mettait en scène War in v.o, celui des Four Horsemen of the Apocalypse. En 2012, Darksiders 2 est sorti, et dans un monde plus ouvert, les joueurs endossent cette fois le rôle de Reaper, un anti-héros agile et torturé à la recherche d’un moyen de ressusciter l’humanité et de débarrasser ses compagnons d’honneur de la guerre. . Il est maintenant de retour dans des versions remaniées du jeu sur PS4 et Xbox One.

Avec une nouvelle orientation basée sur l’exploration et le loot, ce deuxième opus mêle sauce RPG et Hack’n Slash avec un air « adulte Zelda » qui fera bonne impression dans l’ensemble. Cependant, cette impression a été entachée par un scénario un peu mou et quelques problèmes techniques. C’est finalement Nordic Games qui a racheté la licence en 2013 et confié le soin méticuleux des anciens membres de Vigil (regroupés sous la bannière du nouveau studio Gunfire Games) pour relancer la franchise plutôt qu’un nouvel épisode. Darksiders, mais après un temps de refonte, il propose un deuxième opus sous le jeu de mots douteux Deathinitive Edition sur consoles et PC. Graphismes améliorés, gameplay légèrement équilibré, butin amélioré, tous les DLC disponibles dispersés dans tous les DLC disponibles, combien vaut cette version de la mort ?

Ce test abordera les détails de cette version, pas la qualité et les défauts du jeu original, rendez-vous sur Playtest pour en savoir plus.

L’ombre est parfaite pour vous

Première fonctionnalité de cette Deathinitive Edition, elle va sauter aux yeux de tout le monde, elle peut inspirer certains à faire ou refaire l’aventure, le moteur graphique du jeu a été repensé pour mieux coller à la technologie des consoles actuelles caractéristique. Darksiders 2 a souffert lors de sa sortie dans un rendu graphique qui n’a jamais été à la hauteur de ses ambitions artistiques. Si le travail de Vigil sur l’atmosphère doit être salué, le rendu du jeu est à bien des égards sous-technique, avec un manque de finesse dans les textures, des détails de sol médiocres et des environnements parfois clairsemés. Maintenant, quelque chose a été repensé dans cette version, la plupart de ses textures ont été agréablement rénovées et sont maintenant beaucoup plus raffinées grâce au 1080p natif disponible ici. Cependant, ne vous attendez pas à un énorme succès par rapport à la version de base du jeu, les améliorations les plus notables du rendu sont en fait une refonte de la façon dont les ombres et l’éclairage affectent l’environnement. A première vue, le jeu sera sans aucun doute plus sombre que l’original. En effet, l’illumination globale du titre a été retravaillée pour produire un rendu plus contrasté avec des ombres plus prononcées et un aspect général moins terne. Enfin rendu selon l’ambiance et le thème de ce Darksiders 2.

En tout cas, les textures ne semblent pas être un grand saut par rapport à la version PC du titre. Si, de manière générale, le titre est sensiblement plus riche en éléments décoratifs et effets de lumière, la version PC des textures d’environnement est tout de même en plus haute résolution. Donc, à ce stade, cette Deathinitive Edition se démarque plus que la version PC par rapport aux précédentes versions PS3 et Xbox 360. D’autant plus que sa fréquence d’images est toujours plafonnée à 30 images par seconde, ce qui est encore plus dommage maintenant que les consoles sont tout à fait capables d’afficher des jeux de ce calibre à des taux de rafraîchissement plus élevés. Lorsque les effets abondent à l’écran, la chute du framerate se fait toujours sentir par moments.

En plus de ces ajustements techniques, les environnements s’enrichissent de nouveaux détails visuels. Certes, ils présentent une végétation plus dense, des paysages plus détaillés, ou encore des apparences repensées pour de nombreux ennemis dont l’armure ou l’apparence change de manière discrète, mais suffisante pour leur donner un peu d’élan. Jeune. La mort et la plupart des PNJ ont des textures plus nettes, tout comme les armes et les armures. Au niveau des niveaux, des donjons et autres endroits sombres à explorer, nous n’avons pas remarqué de changements majeurs au niveau du level design ou du branching ; fait côte à côte sur notre version PS4 et le classique sur PC, seule différence à noter est depuis ce test ceux mentionnés depuis le début. En tant que tel, nous ne parlerons pas d’un remake du jeu ici, Darksiders 2 Deathinitive Edition est toujours très proche de son original, mais il a été légèrement modifié pour aplanir certains des bugs signalés par la presse et les joueurs à sa sortir.

J’ai besoin de butin, woohoo! ! !

Darksiders 2 a toujours été subtilement repensé et corrigé certains pics de difficulté, apportant quelques ajustements à son combat. À moins que vous ne sortiez d’une version classique récente du jeu, cette chose ne vous apparaît pas particulièrement. Nous avons remarqué ici et là que certains ennemis ont été supprimés ou remplacés par d’autres, et que certains mobs ont légèrement modifié leurs schémas pour laisser une fenêtre d’attaque plus ou moins large au joueur. Le titre s’est doté d’un nouveau mode de difficulté qui ne laisse aucune place à la moindre erreur en combat. En tant que joli hack’n slash orienté loot, Darksiders 2 offre pour la première fois (et la dernière fois ?) la possibilité de ramasser tout un tas d’équipements allant des armes primaires et secondaires aux différentes armures. Il s’agit d’augmenter le potentiel destructeur de la mort. Le butin avait une fâcheuse tendance dans le jeu original à devenir un peu intrusif, le mauvais équipement était collecté trop fréquemment et nos sacs étaient pleins de bibelots qui pouvaient être revendus contre de l’or. Cette édition Deathinitive améliore sa quête et augmente la fréquence des largages d’objets plus utiles. De même, le butin rare et les objets nommés tombent plus fréquemment de créatures précieuses comme les boss, comme un moyen de récompenser les joueurs pour leur investissement et leurs compétences.

L’interface, le menu, la carte et le panneau de compétences sont immobiles, tout comme les coups de jeu, qui sont toujours volontaires en mode de verrouillage de cible. Nous apprécierions quelques efforts à cet égard, car les batailles avec des hordes d’ennemis présentent souvent un joyeux carnage difficile à comprendre lorsque nous concentrons nos attaques sur des cibles verrouillées à l’écran.

Contient un vrai DLC

Cerise sur le gâteau, tous les DLC du jeu (payants ou inclus dans les bonus de précommande selon les revendeurs) se retrouvent à l’intérieur du jeu. 20h et 30h sur papier). Alors que certains n’introduisent que des armes et armures simples dans le jeu, d’autres comme Tomb of Agur ou Abyssal Forge ajoutent du contenu supplémentaire, y compris de nouveaux donjons et ennemis, pour prolonger l’expérience. Remarquée pour sa pléthore de DLC payants, cette version met tous les joueurs sur un pied d’égalité, et tout le monde aura tout le contenu disponible pour le jeu depuis son lancement. Disponible au prix conseillé de 29,99 euros, cette version ne lésine pas sur les choses.

En résumé !

Test Darksiders II : Deathinitive Edition

Après la faillite de THQ, la grande majorité du catalogue de l'éditeur a été acquise pièce par pièce par diverses sociétés. Koch Media pour Saints Row, Crytek pour Homefront et Ubisoft pour South Park. Cependant, une licence a plus de mal à trouver de nouveaux acheteurs que d'autres : Darksiders, une saga débutée en 2010, dont le premier volet mettait en scène War in v.o, celui des Four Horsemen of the Apocalypse. En 2012, Darksiders 2 est sorti, et dans un monde plus ouvert, les joueurs endossent cette fois le rôle de Reaper, un anti-héros agile et torturé à la recherche d'un moyen de ressusciter l'humanité et de débarrasser ses compagnons d'honneur de la guerre. . Il est maintenant de retour dans des versions remaniées du jeu sur PS4 et Xbox One. Avec une nouvelle orientation basée sur l'exploration et le loot, ce deuxième opus mêle sauce RPG et Hack'n Slash avec un air "adulte Zelda" qui fera bonne impression dans l'ensemble. Cependant, cette impression a été entachée par un scénario un peu mou et quelques problèmes techniques. C'est finalement Nordic Games qui a racheté la licence en 2013 et confié le soin méticuleux des anciens membres de Vigil (regroupés sous la bannière du nouveau studio Gunfire Games) pour relancer la franchise plutôt qu'un nouvel épisode. Darksiders, mais après un temps de refonte, il propose un deuxième opus sous le jeu de mots douteux Deathinitive Edition sur consoles et PC. Graphismes améliorés, gameplay légèrement équilibré, butin amélioré, tous les DLC disponibles dispersés dans tous les DLC disponibles, combien vaut cette version de la mort ? Ce test abordera les détails de cette version, pas la qualité et les défauts du jeu original, rendez-vous sur Playtest pour en savoir plus. L'ombre est parfaite pour vous Première fonctionnalité de cette Deathinitive Edition, elle va sauter aux yeux de tout le monde, elle peut inspirer certains à faire ou refaire l'aventure, le moteur graphique du jeu a été repensé pour mieux coller à la technologie des consoles actuelles caractéristique. Darksiders 2 a souffert lors de sa sortie dans un rendu graphique qui n'a jamais été à la hauteur de ses ambitions artistiques. Si le travail de Vigil sur l'atmosphère doit être salué, le rendu du jeu est à bien des égards sous-technique, avec un manque de finesse dans les textures, des détails de sol médiocres et des environnements parfois clairsemés. Maintenant, quelque chose a été repensé dans cette version, la plupart de ses textures ont été agréablement rénovées et sont maintenant beaucoup plus raffinées grâce au 1080p natif disponible ici. Cependant, ne vous attendez pas à un énorme succès par rapport à la version de base du jeu, les améliorations les plus notables du rendu sont en fait une refonte de la façon dont les ombres et l'éclairage affectent l'environnement. A première vue, le jeu sera sans aucun doute plus sombre que l'original. En effet, l'illumination globale du titre a été retravaillée pour produire un rendu plus contrasté avec des ombres plus prononcées et un aspect général moins terne. Enfin rendu selon l'ambiance et le thème de ce Darksiders 2. En tout cas, les textures ne semblent pas être un grand saut par rapport à la version PC du titre. Si, de manière générale, le titre est sensiblement plus riche en éléments décoratifs et effets de lumière, la version PC des textures d'environnement est tout de même en plus haute résolution. Donc, à ce stade, cette Deathinitive Edition se démarque plus que la version PC par rapport aux précédentes versions PS3 et Xbox 360. D'autant plus que sa fréquence d'images est toujours plafonnée à 30 images par seconde, ce qui est encore plus dommage maintenant que les consoles sont tout à fait capables d'afficher des jeux de ce calibre à des taux de rafraîchissement plus élevés. Lorsque les effets abondent à l'écran, la chute du framerate se fait toujours sentir par moments. En plus de ces ajustements techniques, les environnements s'enrichissent de nouveaux détails visuels. Certes, ils présentent une végétation plus dense, des paysages plus détaillés, ou encore des apparences repensées pour de nombreux ennemis dont l'armure ou l'apparence change de manière discrète, mais suffisante pour leur donner un peu d'élan. Jeune. La mort et la plupart des PNJ ont des textures plus nettes, tout comme les armes et les armures. Au niveau des niveaux, des donjons et autres endroits sombres à explorer, nous n'avons pas remarqué de changements majeurs au niveau du level design ou du branching ; fait côte à côte sur notre version PS4 et le classique sur PC, seule différence à noter est depuis ce test ceux mentionnés depuis le début. En tant que tel, nous ne parlerons pas d'un remake du jeu ici, Darksiders 2 Deathinitive Edition est toujours très proche de son original, mais il a été légèrement modifié pour aplanir certains des bugs signalés par la presse et les joueurs à sa sortir. J'ai besoin de butin, woohoo! ! ! Darksiders 2 a toujours été subtilement repensé et corrigé certains pics de difficulté, apportant quelques ajustements à son combat. À moins que vous ne sortiez d'une version classique récente du jeu, cette chose ne vous apparaît pas particulièrement. Nous avons remarqué ici et là que certains ennemis ont été supprimés ou remplacés par d'autres, et que certains mobs ont légèrement modifié leurs schémas pour laisser une fenêtre d'attaque plus ou moins large au joueur. Le titre s'est doté d'un nouveau mode de difficulté qui ne laisse aucune place à la moindre erreur en combat. En tant que joli hack'n slash orienté loot, Darksiders 2 offre pour la première fois (et la dernière fois ?) la possibilité de ramasser tout un tas d'équipements allant des armes primaires et secondaires aux différentes armures. Il s'agit d'augmenter le potentiel destructeur de la mort. Le butin avait une fâcheuse tendance dans le jeu original à devenir un peu intrusif, le mauvais équipement était collecté trop fréquemment et nos sacs étaient pleins de bibelots qui pouvaient être revendus contre de l'or. Cette édition Deathinitive améliore sa quête et augmente la fréquence des largages d'objets plus utiles. De même, le butin rare et les objets nommés tombent plus fréquemment de créatures précieuses comme les boss, comme un moyen de récompenser les joueurs pour leur investissement et leurs compétences. L'interface, le menu, la carte et le panneau de compétences sont immobiles, tout comme les coups de jeu, qui sont toujours volontaires en mode de verrouillage de cible. Nous apprécierions quelques efforts à cet égard, car les batailles avec des hordes d'ennemis présentent souvent un joyeux carnage difficile à comprendre lorsque nous concentrons nos attaques sur des cibles verrouillées à l'écran. Contient un vrai DLC Cerise sur le gâteau, tous les DLC du jeu (payants ou inclus dans les bonus de précommande selon les revendeurs) se retrouvent à l'intérieur du jeu. 20h et 30h sur papier). Alors que certains n'introduisent que des armes et armures simples dans le jeu, d'autres comme Tomb of Agur ou Abyssal Forge ajoutent du contenu supplémentaire, y compris de nouveaux donjons et ennemis, pour prolonger l'expérience. Remarquée pour sa pléthore de DLC payants, cette version met tous les joueurs sur un pied d'égalité, et tout le monde aura tout le contenu disponible pour le jeu depuis son lancement. Disponible au prix conseillé de 29,99 euros, cette version ne lésine pas sur les choses.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!