Test de ArmA II

Dans le genre très prisé du FPS « guerre moderne », trois catégories émergent : à  ma gauche les titres misant sur de l’action survoltée façon blockbuster hollywoodien (exemple : Modern Warfare), au milieu les jeux « réalistes, mais pas trop » tels que Ghost Recon, et enfin à  ma droite, les simulations hardcore, réservées aux tatoués du sceau de l’US Navy. Soyez prévenu, Arma 2 s’adresse essentiellement à  la troisième catégorie. Vous pensez pouvoir lancer une partie, vous balader tranquillement en rase campagne tout en snipant négligemment quelques têtes ? Perdu. à peine quelques mètres parcourus et vous voilà  déjà  à  terre, une balle logée dans la cuisse. Il ne vous reste plus qu’à  relancer une partie et ramper laborieusement sur 100 mètres pour apercevoir au loin le sniper embusqué derrière une fenêtre. Vous épaulez doucement votre fusil, vous vous concentrezÂ… Bam ! Trop tard, l’ennemi a été plus vif. Chargement rapide, encore.

Balades champêtres

Une seule « map » pour l’intégralité de la campagne, cela peut paraître maigreÂ… Sauf que cette dernière fait plusieurs centaines de km2 (650 selon les développeurs) et peut être parcourue de bout en bout d’une traite. Le terrain de jeu est donc immense et n’a rien à  envier à  un RPG récent comme Fallout 3 par exemple. Cette immensité couplée à  une véritable liberté de mouvement reste la plus grande qualité d’Arma 2. D’autant plus que Tchernaruss n’est pas qu’un vaste champ vide. De nombreux villages, avant-postes et autres usines désaffectées la peuplent et l’ambiance rappelle parfois l’excellent S.T.A.L.K.E.R. La comparaison avec le hit de THQ s’arrête cependant là , tant Arma 2 s’avère plus complexe (et pourtant, S.T.A.L.K.E.R l’est déjà  suffisamment).

Bug ! Yes bug !

Arma 2 est donc un titre étonnamment peu scripté et offre une liberté d’approche totale. Cependant, l’ambition qu’il nourrit a un prix : une pelletée de bugs et d’approximations. Le premier Arma reste un cas d’école dans le genre « nid d’aberrations » et, heureusement, ce second épisode redresse, un peu, le tir. Un premier conseil : mettez à  jour les pilotes de votre carte vidéo (surtout si vous possédez une carte ATI) sous peine de bugs d’affichage intempestifs. Par la suite, vous ne pourrez malheureusement pas échapper à  des alliés qui mettent parfois plusieurs longues secondes à  se regrouper, des scripts qui se déclenchent aléatoirement ou des dialogues complètement à  l’ouest. Au final, cette quantité de petites frustrations pèse quelque peu dans la balance, mais on finit par faire avec, en priant pour que les patchs salvateurs débarquent rapidement.

Appelé à  briller

à l’image du premier épisode, Arma 2 reste donc un vaste terrain à  débroussailler, mais est appelé au final à  accomplir des miracles. Techniquement tout d’abord, le titre s’avère plutôt gourmand, mais offre suffisamment de réglages pour tourner sur des machines modestes. Certes, ce n’est pas Crysis, mais certains environnements en imposent et encore une fois, l’immensité de la carte force le respect. Si le titre en solo souffre de son manque de finition, la partie multijoueur quant à  elle dispose d’un énorme potentiel, que ce soit en coopération ou en versus. à ce titre, la communauté autour du jeu semble déjà  très active et nul doute que de nombreux mods de qualité verront le jour dans les mois à  venir. Bref, Bohemia reste fidèle à  sa réputation et nous offre un titre ambitieux, peut-être trop, mais destiné avant tout à  un public exigeant, appréciant les échauffourées dans les hautes herbes et la règle d’or « une balle, un mort ». Les autres retourneront rapidement jouer à  Call of Duty.

En résumé !

Test de ArmA II

Enfilez un treillis et préparez vos rations de combat : la simulation militaire la plus pointue du moment est de retour. Arma 2 se pose en effet comme un titre misant avant tout sur le réalisme… Au détriment du plaisir ?
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!