Test de Au Pays des PooYoos : Activités d’Eveil sur Nintendo DS

Vous connaissez certainement l’empire des hardcore gamers, ce groupe d’individus se croyant (parfois à tort) expert en jeux vidéo et allant vomir sur les forums pour alimenter toujours plus la guerre des consoles. Sur une petite planète voisine cependant, un pays résiste encore et toujours à l’envahisseur : le Pays des Pooyoos.

Teletubbies-like

Entièrement jouable au stylet, le jeu se compose d’un menu principal à partir duquel vous pourrez accéder à 6 types d’ateliers proposant chacun 3 activités d’éveil. Ce seront les Pooyoos, des animaux mignons et haut en couleur, qui se chargeront de guider votre enfant. Aucun instruction n’est écrite : l’enfant est informé oralement de toute consigne de jeu pour un maximum d’accessibilité. En suivant un atelier, il sera soumis à deux exercices pratiques tel que l’apprentissage des lettres et des chiffres via des mini-jeux ultra dirigés (impossible de « perdre » ou de se retrouver « à cours de temps »). Chaque paire de défi réussi sera gratifiée d’une pause récrée lors de laquelle lui sera proposé un coloriage. Enfin les parents pourront garder un oeil via menu prévu à cet effet sur le temps de jeu de leur enfant et même fixer à l’avance une durée fixe d’arrêt du jeu pour éviter les abus du bambino.

Ce n’est que pour les enfants !

Le jeu se destine à un publique extrêmement restreint et c’est là à la fois son plus grand défaut et sa qualité principale. N’espérez pas vous amuser si vous n’avez pas entre 3 et 5 ans (le boitier du jeu indique 3 à 6 ans…A la rigueur). Les activités proposées sont très clairement du niveau maternel et ne constituent en rien un substitut à l’enseignement que l’enfant pourrait suivre à l’école. Il s’agit là uniquement d’un petit plus ludique qui permettra aux plus jeunes de s’amuser un moment avec leur DS tout en apprenant quelques bases élémentaires.
En revanche, le trop faible nombre d’activités et le manque de renouvellement de celles ci est assez regrettable. On aurait préféré une difficulté progressive plus accentuée qui accompagnerait d’avantage le jeune joueur au fils de ses années maternels.