Test de Battlefield 1943

Pour qui connaît la série développé par DICE (également responsable du récent Mirror’s Edge), Battlefield 1943 ne surprendra pas. La différence la plus notable vient en fait des lieux où se déroulent l’action. Les batailles se déroulent en effet sur trois îles du Pacifique qui ont marqué l’histoire : L’île Wake, Iwo Jima ou encore Guadalcanal. Depuis la sortie du jeu, une quatrième map, la Mer de Corail, a été débloquée puisque, comme l’avait promis les développeurs, plus de 43 millions de frags ont été enregistrés. Sur ces îles, deux camps ennemis s’affrontent. D’un côté les américains, de l’autre, les japonais. Exclusivement jouable en multi, de un à  vingt-quatre joueurs, l’objectif de Battlefield 1943 consiste à  s’emparer du maximum d’avant-postes adverses. Pour cela, le joueur dispose de trois types de soldats : fusilier, fantassin et sniper. Outre leurs armes principales, chacun d’eux dispose d’armes lourdes qui vont de la grenade au lance-roquettes en passant par la dynamite. Ce dernier offre en effet la possibilité de détruire la majorité des bâtiments présents sur l’île. Comme dans Bad Company, l’interaction avec les décors se veut assez poussée et permet généralement de prendre à  revers l’ennemi. Puisque Battlefield 1943 se veut exclusivement multijoueur, la réussite de votre mission dépend en grande partie de vos coéquipiers et de votre capacité à  jouer ensemble. Ainsi, de nombreux véhicules sont mis à  votre disposition à  différents points de la carte : jeep, tank, barque de débarquement, mais aussi avion de combat. L’avion excepté, chaque engin permet de monter à  plusieurs afin que l’un prenne place sur une mitrailleuse ou bien utilise son arme sur le siège d’à  côté. Hélas, il n’est pas rare de voir un autre joueur passer devant soi avec une jeep vide, attendant désespérément qu’il daigne s’arrêter pour vous faire monter avec lui. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de ce type de jeu exclusivement multijoueur.

« Je veux qu’on ait cette colline avant le crépuscule ! »

L’autre grande force de Battlefield 1943 réside dans l’immersion qu’il procure. Avec les avions qui sifflent au-dessus de nos têtes, le son des obus projetés par le canon des tanks et le feu nourri incessant, l’impression de se retrouver en plein champ de bataille est très bien rendue et offre de belles sensations. Dommage que la maniabilité, parfois un peu rigide pour un FPS et faisant regretter le combo clavier-souris du PC, ne soit pas toujours irréprochable. En revanche, bien que très arcade, la conduite des véhicules s’avère très réussie. Seul l’avion demande un petit temps d’adaptation avant de pouvoir prendre un plaisir total. Du côté du moteur graphique, ce dernier est similaire à  Bad Company. Autrement dit, il est plus que correct. Surtout, on ne recense aucun ralentissement au cours du jeu. Et pour ne rien gâcher, après des débuts chaotiques dus à  un succès inattendu, il suffit d’un très court temps de chargement pour accéder à  une partie en ligne.