Test de Bulletstorm sur PS3

En plus de quelques séances de rattrapage au ciné, mes vacances m’ont permis de diminuer légèrement ma pile de jeux (elle me parait cependant toujours aussi grande T_T). Premier jeu en haut de la pile : Bulletstorm sur Playstation 3.

Bulletstorm est un FPS édité par Epic Games sorti sur PS3, PC et Xbox 360 le 24 février 2011. Vous pourrez le retrouver chez votre revendeur favori pour 20€.

Après un petit déballage et une légère mise a jour, j’ai été invité à rentrer le pass online sur le PlayStation Network, afin d’activer le mode multijoueur.
Voilà c’est fait ! Il est temps de passer au mode histoire.

Histoire :

Nous incarnons Grayson Hunt, membre leader du commando d’élite Dead Echo.

L’histoire commence au moment où l’unité Dead Echo se rebelle contre leur ancien chef : le général Saranno. En effet, pendant longtemps, cette équipe de mercenaires a effectué des missions plus ou moins louches, les conduisant à exécuter femmes, enfants et autre innocents. Voulant laver leur honneur, les voici partis dans une ultime mission : exécuter Saranno.

Après une première tentative suicidaire entre-mêlée de flashback qui sert de tutorial, nous nous retrouvons sur la planète Stygia, suite à l’écrasement de notre vaisseau.
Il y a deux survivants : Grayson Hunt et Ishi Sato (un chnow cyborguisé à l’arrache, suite à ces blessures obtenues lors de la mission suicide). Plus tard, notre équipe se verra incrémenter d’un nouveau membre Trishka Novak (la touche féminine du jeu), dont l’histoire vous sera révélée en cours de jeu.

Nous voila donc partis à l’aventure sur Stygia, à la recherche du général Saranno…

Réalisation et Jouabilité :

BulletStorm est un FPS assez fun prenant place dans un univers futuriste à la limite de l’utopique. Comme tout bon FPS vous devrez tuer les ennemis qui se présenteront à vous, mais attention vous devrez le faire avec classe !

En effet, tout au long du jeu, vous débloquerez des skillshots. Il en existe pour toutes vos armes, pour les environnements, pour toutes les situations. Chaque skillshot vous rapporte un certain nombre de points. A vous maintenant de combiner plusieurs skillshots afin d’augmenter le nombre de pts remportés. Les points vous serviront ensuite à améliorer vos armes, comme par exemple débloquer la charge.

Afin de vous aider dans la réalisation de vos combos, Grayson possède un lasso énergétique lui permettant de ramener les ennemis vers lui, de les projeter en l’air par groupe (sismochoc) ou encore de les faire empaler. Ce lasso vous servira également à débloquer certains passages ou encore à attraper les munitions inaccessibles à pied.

Niveau déplacement, le jeu est fluide. Les déplacements sont assez rapides. Même si le jeu est très linéaire, il n’en perd pas moins son dynamisme. L’action omni-présente nous permets de garder un style de jeu assez nerveux et qui nous poussera à tuer l’ensemble des ennemis en réalisant des kills de qualité.

Concernant les commandes; celles-ci sont instinctives et bien organisées sur le Pad. Petit bémol sur la balle télécommandée du sniper. Il est parfois assez difficile de bien viser.

Niveau graphisme : rien d’innovant mais que je le qualifierai de « pas mal ». Il faut également avouer que les différents décors sont bien réussis, mais surtout variés. Cela nous permettent de bien s’immerger dans l’histoire. Par contre un gros point négatif sur les textures. En effet, nous pouvons rencontrer quelques soucis d’affichage et il m’est même arrivé d’être bloquer dans un mur…
Cependant, il faut souligner que le jeu ne rencontre pas de soucis de framerate, même lorsque cela explose dans tous les sens.

Bande Son :

J’ai trouvé le doublage français assez bien réussi. La musique ambiante est bien rythmée et convient parfaitement au style du jeu. Un p’tit coup de coeur pour certaines répliques assez épiques.

Durée de vie :

Bulletstorm est court, voire trop court. De mon coté je l’ai fini dans la plus grande difficulté entre 8 et 9h en prenant le temps de bien fouiller les décors pour ne rien oublier et ainsi ne pas passer à côté de quelques trophées. A part quelques moments c’était « fingers in the nose ». Il faut avouer aussi que le lasso et le coup de pompe nous aident grandement dans la tâche. Il suffit parfois de trouver un élément du décor où il est possible d’empaler les ennemis, un coup de lasso et hop c’est épinglé ;-) .
BulletStorm possède un mode multijoueur assez bof, qui ne mérite pas pour le moment que l’on s’attarde dessus.

Conclusion :

Nous permettant de tuer nos ennemis de nombreuses façons et nous proposant des décors et une touche d’humour forts intéressants, Bulletstorm est un FPS déjanté qui mérite toute notre attention, surtout depuis sa baisse radicale de prix. Ce jeu vous permettra de vous défouler un peu.
Attention tout de même : BulletStorm ne révolutionne en rien le FPS et se retrouve avec un mode multijoueur plus que restreint.