TEST DE COMMANDOS 2 HD REMASTER SUR NINTENDO SWITCH : VIVE LA PORTABILITÉ !

Après un test de la version Playstation 4 qui s’accompagné de Praetorians HD, on reparle aujourd’hui de Commandos 2 HD Remaster qui débarque sur Nintendo Switch. La console venant apporter un intérêt supplémentaire avec la portabilité qui donne ainsi une manière de jouer différentes.

Cela va faire 20 ans que le jeu est sorti sur PC, une éternité dans l’univers du gaming ! Il méritait donc d’un petit coup de jeune, un bon dépoussiérage pour revenir dans les mains des joueurs. Une référence du jeu de stratégie en temps réel qui débarque à une époque où on est peut-être tourné vers d’autres jeux assez différents. Alors on accroche ?

Toujours la même Histoire

Et oui, on parle d’Histoire avec un grand H puisque la version remasterisée de Commandos 2 Men of Courage reprend l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale. On est en 1940 et Adolf Hitler et son armée ont annexé une bonne partie de l’Europe. C’est le début de la Résistance qui se met en place un peu partout pour contre-carrer les plans de l’Allemagne Nazi et du Führer. On va devoir donc prendre part à cette guerre en dirigeant une troupe de commandos d’élites spécialisés dans l’infiltration et qui vont devoir saboter au maximum les agissements des ennemis.

Un contenu riche et dense

L’histoire du jeu se compose donc de 10 missions linéaire, les unes à la suite des autres et 2 missions d’entraînement afin de découvrir les différentes touches et une manière de prendre en main le jeu tout simplement. Dans chacun de ces niveaux se trouvent des photos que l’on va devoir reconstituer. Dès lors cela débloque des missions bonus que ce soit des phases d’opérations militaires ou des parcours en bateau, il y en aura pour tous les goûts et cela rajoute une dose non négligeable au jeu pour le terminer entièrement.

Des missions élaborés qu’il faut prendre en main

Chacune des missions débutent avec le commandant qui nous confie les différents objectifs à accomplir et que l’on peut retrouver très facilement par la suite via le menu pause, dans le carnet. On y trouve aussi des indices sur comment effectuer chacun des objectifs.

L’intérêt du jeu se trouve dans la manière de l’aborder puisqu’il n’existe pas une seule mais de multiples manières. En effet, on dispose avec nous de 9 commandos complètement différents avec des spécificités qui leur sont donc propres. On a alors le bérêt vert, spécialiste des combats, l’espion apte à se déguiser, l’artificier pour les explosifs, le voleur pour dérober des documents, le nageur de combat. Avec ces différentes possibilités, c’est à nous de mettre en place une stratégie efficace pour réussir l’intégralité de la mission.

Néanmoins, il faut avouer que la plupart des missions sont plus dans un modèle d’infiltration ou en tout cas, c’est la méthode la plus simple pour progresser que l’on peut effectuer un schéma assez similaire sur chacune d’entre elles. A nous de tenter d’être originale ! Durant les missions, on peut afficher très simplement la vision des ennemis nous permettant de nous infiltrer plus facilement et surtout de ne pas se faire voir. Si on se fait détecter, il n’est pas rare que notre commando soit tué et il n’y a alors que 2 possibilités : la possibilité de le soigner en faisant venir un autre commando ou l’échec de la mission. Honnêtement, je vous conseille de recommencer. Je vous laisse les stratégies pour avancer lorsqu’il y a de nombreux ennemis. Un conseil, je vous invite à vous accroupir !

Vous l’aurez donc compris, ce jeu implique de nombreuses possibilités et ce n’est que notre stratégie qui va orienter notre gameplay.

La meilleure de stratégie reste l’attaque ?

Il faut dire que je suis plutôt du genre bourrin dans les jeux vidéo et dans Commandos 2, on est plutôt dans un jeu de stratégie avec 3 niveaux de difficulté : Normal, Difficile et Réaliste. Honnêtement, le mode normal est déjà très propre en termes de difficultés et nous propose quelques alternatives et challenges. Au point que vouloir foncer dans le tas n’est pas possible ou très rarement, j’ai donc dû apprendre la patience et la stratégie.

La première erreur que j’ai souvent commise dans le jeu est d’avoir voulu me précipiter et surtout de ne pas avoir sauvegarder régulièrement. J’ai appris là encore pour pouvoir progresser en faisant des erreurs. Par contre, les temps de chargement du jeu sont importants et j’ai du prendre mon mal en patience à quelques occasions surtout en comparaison de la version Playstation 4.

D’ailleurs à ce sujet, il en revient les défauts présents sur la version PS4, c’est-à-dire que l’on a la fameuse problématique de se passer d’une interface souris/clavier à un jeu manette. C’est toujours une réelle difficulté pour les développeurs et certains s’en sortent mieux que d’autres surtout en fonction du style de jeu. Ici, je trouve que le portage est plutôt réussi, on prend du plaisir dans la prise en main du jeu. On constate certains compromis surtout au niveau des déplacements qui ne sont pas fluides et simple à prendre en main amenant quelques situations délicates en infiltrations. On a alors facilement tendance à rager de ces erreurs qui sont dues à la manette et non à une erreur de notre part.

Une amélioration graphique flagrante ?

Vu que l’on est sur une version remasterisée de Commandos 2, il est normal de parler des graphismes du jeu et c’est agréable ! On passe en effet d’un jeu en 4/3 à l’époque à de la 16/9 maintenant. On se retrouve alors avec une image plus nette et donc plus agréable. Néanmoins cela reste un soft datant de 20 ans qui charmera plutôt les joueurs nostalgiques.

De plus, on retrouve aussi des cinématiques prises avec des séquences vidéos d’époque qui permettent de se plonger un peu plus dans l’atmosphère du jeu, la bande son nous plonge aussi en pleine guerre, c’est réussi. On n’est pas dans le jeu de l’année mais dans un bon portage qui va permettre aux joueurs de découvrir la seconde guerre différemment.

Au niveau des bugs, j’ai pu en constater quelques uns qui sont dérangeants surtout lorsque l’on doit retourner sur une ancienne sauvegarde. Mais cela règle le problème à chaque fois.

Les portages de jeux sont toujours plaisants surtout lorsque l'on a droit à des jeux qui sortent un peu de ce que l'on trouve habituellement. En effet, les jeux de stratégie en temps réel ne sont pas à la mode. Passer d'un jeu PC à un jeu sur Nintendo Switch est un plaisir même si la jouabilité est par moment complexe et rageante.
Graphisme
70
Durée de vie
70
Jouabilité
60
Bande-Son
75
Note des lecteurs0 Note
0
Amélioration des graphismes
Passage du PC à la Switch réussi
Doublage français
Temps de chargement longs
Bugs présents
Difficulté dans les déplacements à la manette
69