Test de Death Stranding Director’s Cut sur PS5 : un voyage inattendu

Note des lecteurs0 Note
0
9.3

Cela fait presque 2 ans qu’Hideo Kojima nous a proposé une aventure particulière avec Death Stranding. Un jeu qui avait fait parlé la communauté des joueurs comme de la presse par son style si particulier. Il s’en est passé des choses depuis avec une révélation presque prophétique où seul de valereuses personnes se déplacent à l’extérieur. On est donc en 2021 et le jeu est de retour sur Playstation 5 dans une version « Director’s Cut » apportant ainsi des améliorations notables et un tout nouveau contenu nous amenant alors à retrouver Sam Porter Bridges. On est parti pour mon test de Death Stranding Director’s Cut.

De nombreuses améliorations proposées grâce à la PS5 pour Death Stranding Director’s Cut

C’est la première chose que l’on constate lorsque l’on débute le jeu : c’est beau ! On a le droit à des graphismes époustouflants qui vont permettre de nous transporter dans cet univers si ambitieux. On a d’ailleurs droit à une qualité en 4K pour la résolution et un framerate à 60 FPS constant qui permet d’avoir une expérience ultra-fluide et agréable. En tout cas, c’est ce que j’ai constaté grâce à mon écran qui est compatible avec les fonctionnalités de la Playstation 5. De plus, le fameux SSD de la console permet aussi de faire disparaître le loading « caché » à chacune des arrivées du « Time Fall », la pluie sombre qui détériore l’environnement et qui accélère l’usure et fait apparaître les Echoués.

Au niveau du sound-design, j’ai pu pleinement profité de mon home-cinéma et c’est très appréciable. J’ai tout d’abord pu apprécié les compositions originales qui sont justes magnifiques avec des morceaux surprenants mais qui arrivent à nous plonger un peu plus dans cette ambiance si particulière. L’audio 3D booste est encore plus présent et nous plonge encore un peu plus dans ce jeu réaliste et immersif. Une qualité que j’ai rarement vu mais qui est dû aussi à la qualité des appareils que j’ai : télé et home-cinéma en plus de la Playstation 5.

Un gameplay particulier mais qui joue sur le réalisme

Au niveau du gameplay, Death Strandig Director’s Cut dispose de quelques nouveautés qui viennent apporter plus de profondeur à l’histoire mais aussi du réalisme par moment. On note ainsi la catapulte à marchandise qui est assez utile, le bot compagnon et un stabilisateur genre jetpack qui viennent faciliter le boulot de livreur, il faut l’avouer mais qui permettent aussi de souffler un peu dans ce gameplay un peu lourd. Cela donne surtout le choix dans notre manière de jouer. Mais il faut avouer que cet aspect purement pénible et voulu dans l’accomplissement des quêtes de Sam est un peu dénaturé par ces ajouts. On note toutefois qu’on les débloquera que tard dans la progression.

stand de tir test death stranding ps5

Dans les modes de jeu, on note l’arrivée du stand de tir afin de s’entraîner sur les différentes techniques de combat et c’est plutôt une bonne chose pour ceux qui ont un peu de mal à s’habituer rapidement ou aisément à un gameplay. On y apprend alors à se battre contre les MULE, les terroristes et surtout les Echoués. Dans ce lieu, on peut alors se battre sans risquer d’abîmer son matériel et de se perfectionner au passage gratuitement, un bon petit bonus.

Les phases de combat restent cependant en dessous de ce que l’on pourrait espérer du jeu mais cela reste compréhensible, ce n’est pas le facteur principale de l’histoire et intégrer plus de réalisme ici serait probablement dérangeant.

Le circuit Fragile, la futilité de trop ?

En effet, le circuit Fragile apparaît comme décalé dans le jeu, n’ayant quasiment pas sa place. On a presque l’impression de se trouver dans un jeu de voiture et de compétition qui ne correspond pas à l’ambiance du jeu, qui est plutôt dans la coopération. En fait, le jeu devient trop ludique, un peu plus banal et c’est dommage. Il semble que pour gommer cet aspect très intéressant du jeu qui est le réalisme, on y a intégré de la simplicité et un aspect arcade que personnellement, je reproche alors.

circuit fragile

On a de base une oeuvre oppressante, mélancolique, proposant un certain spleen pour se retrouver avec de la fantaisie venant nous sortir de cet univers si particulier et pas forcément apprécié mais qui avait le mérite d’exister et de naître au départ du jeu et persister jusqu’à la fin. Je parlerai de gâchis à ce niveau.

Alors puisqu’elles sont là, la compétition est présente dans le stand de tir et sur le circuit Fragile qui porte bien son nom avec donc du scoring à tout va avec du contre-la-montre particulièrement.

Au niveau de la difficulté du jeu, le jeu Death Stranding Director’s Cut dispose de 5 modes de difficulté afin de convenir à tous les joueurs que l’on soit sur le jeu pour se familiariser avec l’histoire, le gameplay ou relever un vrai défi. Mais il est à noter que cette édition est plutôt permissive et accueillante afin de ne pas effrayer les joueurs peu expérimentés.

Un scénario toujours réalisé avec brio

Au niveau des ajouts scénaristiques, on retrouve dans cette version les missions exclusives présentes sur la version PC, fruits d’un travail avec deux univers très proches que sont Half-Life et Cyberpunk 2077. De nouvelles missions sont exclusives à cette version PS5 mais qui sont très orientées infiltration, on sent alors la patte Metal Gear Solid, elles n’apportent pas un intérêt supplémentaire au jeu surtout qu’elles sont trop courtes.

paysage in game

Bien évidemment avec un scénario et un gameplay si particulier, il est difficile de faire des ajouts aussi intéressants et aboutis que l’oeuvre d’origine mais elles sont présentes et facultatives donc cela reste appréciable.

Je me concentre finalement sur ce test que sur la partie Death Stranding Director's Cut et honnêtement, le jeu est sublime, immersif et avec un gameplay appréciable. On pourrait lui reprocher d'aller dans la facilité pour le joueur ou d'avoir des parties de scénario peu profondes, il n'en reste pas moins un excellent jeu à découvrir. Du fait de son scénario et son gameplay particulier, il est un ovni dans l'univers du jeu vidéo qui mérite clairement sa place : un chef d'oeuvre pour certains, une honte pour d'autres. Personnellement, je le juge comme excellent !
Graphisme
10
Gameplay
8.5
Durée de vie
9
Bande Son
10
Scénario
9
Note des lecteurs0 Note
0
Une ambiance particulière et un univers riche
Une expérience prometteuse dans le gameplay
Durée de vie énorme
Un choix scénaristique prenant
Un gameplay technique mais facilité sur cette version Director's Cut
Une OST planante et exceptionnelle
La Playstation 5 sublime le jeu
De nombreuses nouveautés
Les combats sont peu intéressants
Certaines nouveautés sont décalés niveau scénario et gameplay
9.3