Test de Fobia – St. Dinfna Hotel : Un petit goût de Rec

Je dois avouer une chose, j’ai été tellement absorbé par des jeux que Fobia – St Dinfna Hotel m’est passé à côté jusqu’à que je lance pour la première fois le jeu et que je plonge complètement dans l’aventure horrifique si intéressante et prenante. Vraiment ! Il est toujours bon de découvrir un jeu sans aucune attente, sans aucun préavis. Alors, on est ici sur un jeu d’horreur clairement et cela tombe, j’adore ça ! Mais Fobia – St. Dinfna Hotel arrive-t-il à surprendre en sachant que c’est le premier jeu de la part du studio Pulsatrix.

Un peu de Rec, un peu d’Alan Wake et même de Resident Evil

Il est toujours difficile d’aborder un jeu et c’est encore plus le cas ici. Il ne faut pas spoiler, il faut quand même parler de l’histoire. On joue ici un journaliste, Roberto Leito Lopez, qui cherche à comprendre ce qui se passe dans un village et qui se rend alors dans un Hotel pour commencer à investiguer. Il se réveille alors dans sa chambré ravagée. C’est alors que va commencer une aventure bien mystérieuse.

C’est là que je n’ose pas en dire trop pour ne pas vous priver de toutes les découvertes qui regorgent. Et honnêtement, rien que le début de l’histoire annonce du lourd. Un lieu qui regorge de secrets à découvrir, de réflexions à se faire sur le passé, le présent et même le futur. On se sent alors dans une insécurité permanente, on cherche toujours à trouver les indices mais aussi à se repérer dans les l’hotel. Mais nous allons en reparler dans la suite de l’article concernant le gameplay qui est une belle pépite, je vous l’annonce de suite.

Sortez l’appareil photo !

On comprend dès le prologue que l’on va devoir fouiller tous les objets du décor afin de comprendre l’histoire du jeu. On est alors à la recherche d’une clé pour quitter notre cellule pour commencer puis on doit fouiller un bureau… Bref, ce sont les genres de quêtes que l’on doit faire pour commencer et qui donnent ainsi une première idée de ce que l’on va avoir à faire. De plus, on a une petite phase de run qui rappelle Resident Evil mais je n’en dis pas plus.

On arrive maintenant à l’hôtel et le gameplay change, il devient plus profond. Dès la chambre, on découvre des coffres à ouvrir en recherchant les numéros dans les tiroirs, sur les papiers qui se trouvent un peu partout. Mais aussi la découverte de notre appareil photo qui va être la fonctionnalité principale du gameplay et qui va nous permettre de découvrir « des failles spatiotemporelles » permettant de traverser les murs, progresser dans les différents étages de l’hôtel.

On a ici un gameplay prenant et très riche, l’utilisation de l’appareil photo permettant de passer dans deux dimensions est une excellente idée de la part des développeurs. J’ai eu peur au départ que cela allait provoquer une certaine lourdeur dans le jeu mais il n’en est rien bien au contraire, on avance plutôt à tatons dans chacun des paysages et on recherche le moindre indice pour comprendre l’histoire qui se trame.

Deux niveaux de détails

A une époque, j’aurai été plutôt critique concernant les graphismes du jeu mais je suis en train de créer mon propre jeu (spoiler alert) et c’est ainsi que je prend maintenant du recul sur les jeux que je teste. Dans Fobia – St. Dinfna Hotel, les graphismes et autres textures sont bien travaillés et plutôt agréables visuellement. Le passage d’un monde à l’autre avec l’appareil photo est réussi avec un filtre à particules très réussi.

C’est aussi le cas pour ce qui est des personnages et autres monstruosités que l’on rencontre les couloirs du jeu. Ainsi que la colorimétrie qui est bien pensée et nuancée, nous amenant alors à être plongé dans l’angoisse et le stress du moindre mouvement.

Le son a aussi son importance

On ne va pas parler de musique mais réellement du son, des bruitages et de tous les effets sonores qui viennent nous plonger un peu plus dans l’histoire du jeu. L’immersion est aussi totale et on ressent le poids de l’ambiance qui se dégage de l’atmosphère désiré par les développeurs.

On est bel et bien dans un jeu d’horreur et de suspense. C’est un pari réussi de la part des développeurs. On ne peut nier que le jeu a une belle atmosphère et qu’on se sent pris dans une ambiance grandiose qui met à l’honneur les grands jeux d’horreur comme Resident Evil encore une fois.

Alors que puis-je dire de plus concernant Fobnia ? C’est un hôtel très particulier que l’on a envie de visiter dans ses moindres recoins au point de passer plus de temps que prévu dans le jeu qui a une bonne durée de vie mais qui est prolongé grâce à nos recherches perpétuelles d’indices.

En résumé !

Test de Fobia – St. Dinfna Hotel : Un petit goût de Rec

Pour un premier jeu de la part de Pulsatrix Studio, il est vachement bien réussi ! On a une histoire prenante, des graphismes de très bonnes qualités, un gameplay mûrement réfléchi et une ambiance sonore immersive. C'est finalement tout ce que l'on souhaite quand on joue à un jeu vidéo, non ? Ce qui est sûr, c'est que je vais suivre de très près dans les prochaines années, les réalisations du studio car on pourrait trouver de nouvelles pépites.
8.5
Excellent
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!