Test de GoldenEye 007 sur Nintendo Wii

Avec la Wii, Nintendo a créé un paradoxe. Une console de salon à  la manette révolutionnaire parfaite pour les FPS (jeux de tire à  la première personne) qui n’en a quasiment aucun dans sa ludothèque. Il y a eu Red Steel qui a ouvert la voie dès la sortie de la console et… plus rien. The Conduit a fait beaucoup de bruit pour pas grand chose, c’est finalement un jeu moyen qui a pris la tête des FPS de la Wii. Goldeneye 007 représente le dernier espoir, le remake d’une légende, le dernier FPS qui peut nous sauver de la médiocrité, le dernier avant de se résigner au fait qu’il n’y aura jamais de bon FPS sur Wii.

Le remake de la légende des FPS qui vient crier haut et fort que OUI la Wii est FAITE pour ce type de jeux. Ce serait sympa non ? Voyons ça tout de suite.

Réveillez l’Espion qui est en vous

Goldeneye 007 commence d’un manière terriblement classique. En effet, c’est dans une salle d’entrainement que vous débarquez dès le lancement de l’aventure. Sans perdre de temps, on vous demande de vous familiariser avec quelques joujoux allant du P99 à  la mitraillette en faisant la fête à  de pauvres cibles en carton. De quoi vous familiariser avec le gameplay avant de partir à  l’assaut des pas beaux qui essai de détruire le monde (et qui contrairement aux cibles en carton ne se laisseront pas faire, vous êtes prévenu).

Le gameplay est simple, intuitif, réglable, précis, bref c’est nickel. Vous pointez la Wiimote pour viser, B pour tirer et le nunchuck sert au déplacement. La base d’un FPS sur Wii en somme. Par défaut, la visée est assez sensible mais il est possible de la régler selon vos envies dans les paramètres en cas de besoin comme dans The Conduit. La seule subtilité est la possibilité de passer en mode « Time Crisis ». Pour cela il suffit de vous cacher derrière un meuble ou une caisse, d’un simple appui sur un bouton vous sortez alors de votre cachette à toute vitesse en dégommant les fou qui ont osé se poster à  portée de tir du meilleur des espions anglais grâce à  une visée semi-automatique.

Si vous ne supportez vraiment pas le gameplay à  la Wiimote, Goldeneye 007 propose absolument toutes les alternatives possibles. Wii Zapper, Manette classique, les développeurs ont pensé à  tout.

Le blond, la brute et des AK47

Les missions du jeu se déroulent toujours de la même façon. Petit briefing du MI6 qui vous raconte la petite histoire et vous donne vos objectifs puis vous êtes balancé en territoire ennemis avec un beau costume et un petit pistolet (la routine quoi). L’objectif principal est repéré sur la carte, vous pouvez l’atteindre en ligne droite. Les objectifs secondaires quand à  eux sont plus sournois, on ne vous donne absolument aucune indication sur leur emplacement dans le niveau. Il faut donc tout fouiller pour effacer des vidéos de sécurité, trouver des documents compromettants cachés, etc. En mode facile ces objectifs sont facultatifs, mais dans tous les autres mode de difficultés vous devez obligatoirement les effectuer sous peine de devoir recommencer la mission si vous en oubliez un seul ! Autant dire que cela peut devenir contraignant, si vous n’avez pas envie de fouiller l’environnement, il faudra forcément jouer en mode facile. Un choix intéressant des développeurs, forcer les joueurs à  réaliser ces objectifs secondaires rend le jeu plus réaliste.

Même si ces objectifs sont cachés, ils sont tout à  fait réalisables grâce au votre super gadget. Il n’y en a qu’un seul et unique dans Goldeneye 007 Wii, mais attention on ne parle pas du petit gadget d’espion d’opérette. Il s’agit ici du roi des smartphones, même votre iPhone flambant neuf fait clairement pitié à  coté. Figurez vous que le smartphone de 007 fait radar, système de piratage a distance, appareil photo, balise GPS aimant et même téléphone ! Il vous sera donc extrêmement utile tout au long de l’aventure pour envoyer des clichés au MI6, pirater des tourelles et surtout téléphoner a l’un des copines de James. Recevoir un appel dans le jeu est d’ailleurs très marrant car le vibreur s’active et vous devez alors mettre votre wiimote à  l’oreille pour écouter votre interlocuteur dans le haut parleur intégré. Vous aurez l’air d’un gland c’est certain, mais c’est le genre de détail fabuleux qui vous immerge dans l’aventure.

Goldeneye, tout beau tout neuf

Goldeneye 007 Wii reprend la trame de la légendaire version Nintendo 64, la passe à  la moulinette et transforme l’aventure pour qu’elle soit parfaitement à  l’air du temps. C’est donc Daniel Craig, le dernier James Bond en date, qui prête son image au héros du jeu. Dans la peau de ce super espion blond, vous devez contrecarrer les plans d’un marchant d’armes qui fournit de dangereux groupes terroristes. Enfin, ça ce n’est que la partie visible de l’iceberg, et c’est une histoire pleine de rebondissement qui vous attend.

Les missions sont pour la plupart clairement orientés infiltration. Vous êtes seul en territoire ennemi, il est donc indispensable de faire preuve de discrétion pour vous en sortir en un seul morceau si vous n’êtes pas un as de la gâchette. Le moindre faux pas vous fait repérer, les forces spéciales ennemis interviennent alors lourdement armées pour vous débusquer. Il faut alors sortir le fusil a pompe et se la jouer Rambo pour régler le problème définitivement et faire péter quelques murs au passage. Le jeu vous laisse le choix ! Même si vous décidez de vous la jouer furtif, impossible de s’ennuyer car des courses poursuites et autres scènes d’actions à  la bad boys comme s’enfuir d’une base en feu qui explose de partout viendront clore en beauté les missions.

James, pourquoi t’est carré ?

Évidemment le jeu n’échappe pas au fléau de la Wii, l’aliasing. Les développeurs de Goldeneye 007 ne sont pas des magiciens, il leur a donc était impossible de surmonter cette limitation technique de la console. Le jeu est donc aussi beau qu’il peut l’être, ce qui est excellent. Les personnages en forme d’escalier et certaines textures hideuses comme les roues de véhicules gâchés un peu le plaisir mais seront vite oubliés grâce à  la mise en scène haletante et au moteur physique vraiment bien fichu.

A la façon d’une grosse production hollywoodienne Goldeneye 007 vous fait enchainer les passages du jeu en ayant juste le temps de respirer. Les décors sont très variés (neige, jungle, bunker…) et détaillés. Des scènes scriptées (par exemple des combat au corps a corps pendant lesquels vous devez parer les coups en agitant la wiimote façon Resident Evil 4) entrecoupent l’action donnant tout son sens au scenario. De l’excellent travail.

Multijoueurs, la récréation des espions

Ce qui a fait la grande renommée de Goldeneye Nintendo 64, c’est aussi son multi très complet. Cette version Wii remet les couverts et ressort les grands classiques avec brio. Il est possible de joueur en écran splittés avec vos amis, mais aussi en ligne pour des affrontement à 8 joueurs.

Tout y est, le mode chacun pour soi de base, les combats 4 vs 4 en équipe, des modes plus orientés contrôle du territoire dans lesquels ils faut prendre possession des consoles de commande du satellite Goldeneye et évidemment le fameux mode pistolet d’or. Pour ceux qui ne connaissant pas, la particularité est qu’un pistolet doré au look old school surpuissant est quelque part dans la map. Il est capable de tuer en 1 coup même à  2 kilomètres de distance et en plus vous rapporte plus de points ! Donc le but est évidemment de mettre la main dessus et de le garder le plus longtemps possible pour décimer vos adversaires.

Que ce soit en ligne ou en local c’est très fluide, mais c’est au prix de quelque concessions graphiques. En gros, le jeu est encore plus alaisé et moins fin qu’en mode solo. Un choix logique car quand on joue en ligne le principal est vraiment la fluidité. Vous pouvez choisir de ne jouer qu’avec des joueurs français dans les options si votre ligne internet est un peu faible, mais dans ce cas il faudra attendre plus longtemps pour trouver des parties. Les maps sont pour la plupart tirées du solo et offre donc des environnements très variés pour se fritter.

Derniers points sympa du multijoueur que j’aborderais, c’est le petit coté RPG ajouté par les développeur. C’est très habituels sur PC et chez les concurrents, mais pas super courant sur Wii. Chaque partie que vous jouez en ligne vous fait gagner des points d’expérience selon votre efficacité au combat, ces points vous font monter de niveau et vous permettent de vous offrir des armes ainsi que des gadget plus puissants. Largement de quoi s’amuser en multi.

Pour conclure, Goldeneye 007 offre un solo riche et palpitant, et comme-ci ce n’était pas suffisant nous offre un multi complet et sympa. Enfin un FPS « classique » qui tient vraiment la route sur Nintendo Wii. Si vous aimez les FPS, c’est un achat que vous pouvez faire sans hésiter. La seule vraie question est : pourquoi avons nous dû attendre aussi longtemps pour avoir un bon FPS sur Wii ??