Test de Halo 3 : toujours aussi bon !

Après avoir livré une guerre sans merci contre les Covenants, des extraterrestres guidés par une prophétie guerrière, le Master Chief, dernier représentant de la division d’élite Spartan, doit désormais sauver l’univers, menacé d’anéantissement. Dans sa lutte, il est secondé par l’Arbiter, ancien officier Covenant déchu passé à  l’ennemi… Dès les premières minutes, Halo 3 justifie pleinement son existence : un environnement crédible, des graphismes fins et détaillés, une ambiance prenante, où l’on voit l’unité qui nous accompagne s’enfoncer dans la jungle et les marécages, à  la recherche d’une base militaire humaine. Quand l’action éclate, on retrouve sans peine ses réflexes acquis avec les premiers Halo : éliminer les petits fantassins, récupérer leurs armes pour s’en équiper – une dans chaque main –, puis mitrailler sans relâche les adversaires plus massifs, qui se font d’abord rares, mais qui n’hésiteront pas, plus tard, à  attaquer en meutes, voire à  se déplacer à  l’aide de jet-packs les propulsant directement sur vous.

Test Halo 3

Retrouver ses repères

Pour l’heure, vous regagnez le bunker tant espéré, pour y subir un assaut des Covenants, durant lequel quelques nouveautés font leur apparition.

La première d’entre elles consiste à  arracher de leur socle les lourdes mitrailleuses sur trépied, pour les trimballer avec soi au lieu de rester planté sous le tir adverse. Une trouvaille géniale, qui change pas mal le feeling FPS du jeu : la vue passe à  la troisième personne, et la progression se fait logiquement plus lente et plus lourde, mais aussi plus dévastatrice, compte tenu de la puissance de feu désormais entre vos mains. Attention, toutefois, les munitions illimitées sur trépied sont rationnées en version portative.

Mais, pas de panique, il y a quand même de la marge. Plus tard dans le jeu, les Covenants mettent le paquet en sortant des véhicules lourds et blindés, quasi impossibles à  détruire en recourant aux armes conventionnelles. Qu’à  cela ne tienne, c’est le moment de tester une autre technique inédite : sous un tir nourri, vous approchez du tank et sautez dessus, avant d’y coller une grenade, ici aussi en vue externe. Puis vous dégagez à  toute vitesse, avant que tout ne pète ! Détail important, la mitrailleuse avant du blindé vous crible pendant que vous opérez. Mieux vaut donc y aller avec une armure en parfait état.

Plaisir partagé

D’une manière générale, Halo 3 délivre une expérience de jeu dans la lignée des deux premiers opus. L’action y est fluide et instinctive. On jongle sans relâche avec les armes pour trouver la combinaison la mieux adaptée à  la situation. On se planque un moment pour récupérer en énergie (un concept que la série a d’ailleurs inventé), puis on repart à  l’assaut, n’hésitant pas à  aller au contact grâce aux lourdes haches ou épées récupérées sur les cadavres ennemis.

Tout est permis, surtout l’audace, dans une ambiance frénétique et démesurée qui n’est pas sans rappeler le film Starship Troopers, comparaison soulignée par les armées qui s’affrontent autour de vous.

On meurt souvent, mais cela n’est jamais frustrant, tant chaque passage peut être rejoué des dizaines de fois de manière différente, l’intelligence avancée des Covenants et l’espace ouvert nous libérant des contraintes du scénario. Un passage prévu initialement pour être une bataille de véhicules peut aussi bien se résoudre en se planquant derrière un rocher pour jouer du fusil sniper, ou l’inverse.

Dynamique et jouissif, le mode Campagne d’Halo 3 trouve cependant sa pleine mesure en coopération, à  deux en écran divisé ou à  quatre via Internet. Les zones de combat, ouvertes parfois jusqu’à  l’horizon, permettent toutes les actions combinées possibles et imaginables : se regrouper sur le même tank “scorpion” ou couvrir une partie des joueurs pendant qu’ils effectuent une opération d’infiltration derrière les lignes ennemies, ou mieux quand ils pénètrent dans un robot titanesque pour le faire exploser de l’intérieur. Démesuré et grandiose.

Au delà  de l’aventure

Grâce à  ses graphismes plus fins et à  sa fluidité, Halo 3 échappe de peu au piège de la redite, sachant que l’esthétique, les environnements et les situations n’ont, grosso modo, pas changé. Version HD des précédents épisodes, ce troisième opus est néanmoins pourvu d’améliorations appréciables, même si sa durée de vie laisse un peu à  désirer : une dizaine d’heures tout au plus. C’est pourquoi il ne faut pas prendre à  la légère les quelques fonctions inédites, qui enrichissent sensiblement le titre.

Tout d’abord, le mode Forge qui révolutionne la création de cartes en permettant au joueur de modifier une zone de jeu de l’intérieur, tout en gardant la vue et le déplacement en FPS.

On sélectionne en direct les armes, éléments de décor, véhicules ou bonus que l’on souhaite implémenter, on les installe à  sa convenance, et il ne reste plus qu’à  se flinguer entre potes. D’autant plus pratique que l’on voit déjà  à  quoi cela ressemblera lors de la partie. Astucieux également, un mode Replay enregistre toute votre partie (solo ou multi) : on peut arrêter le film à  tout moment pour balader librement la caméra dans l’image en 3D et prendre des photos sous le meilleur angle.

Mais c’est surtout par la profusion de ses modes de jeu en ligne (une dizaine au total) qu’Halo 3 se distingue de son prédécesseur, bien qu’il ne nous ait pas encore été donné d’en tester toutes les possibilités. En définitive, si Halo 3 ne révolutionne en rien la licence et exploite avant tout les capacités next-gen de la Xbox 360, il confirme le savoir-faire hors normes de Bungie et pousse encore plus loin l’expérience instinctive des premiers opus. Tous les éléments du genre FPS sont proposés ici à  leur sommet. Un must !

En résumé !

Test de Halo 3 : toujours aussi bon !

Halo 3 est finalement un excellent jeu digne héritier de la saga mais qui peut aussi décevoir les fans par les certaines maladresses. Le multijoueur est excellent, l'histoire un peu fade.
17.8
Gameplay
18
10
Graphiques
16
10
Scénario
17
10
Durée de vie
18
10
Audio
20
10
Points Positifs :
  • Une chanson magnifique
  • Des graphismes à la hauteur de la console mais on aurait pu espérer mieux
  • Une excellente jouabilité et un mode coop génial
  • Excellente durée de vie
Points Négatifs :
  • Une chanson magnifique
  • Des graphismes à la hauteur de la console mais on aurait pu espérer mieux
  • Une excellente jouabilité et un mode coop génial
  • Excellente durée de vie

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!