Test de LittleBigPlanet sur PSP

Soyons clairs: Si ce LittleBigPlanet n’a pas senti le besoin d’ajouter « PSP » à  son titre, c’est sans doute parce qu’il ressemble à  l’épisode PS3 comme son jumeau. Un jumeau dont on parviendrait malgré tout à  déceler quelques différences. Comme un grain de beauté présent chez l’un et absent chez l’autre. Au jeu des différences, on note surtout une aventure totalement inédite sur PSP. Une excellente nouvelle. Pourtant, comme son homologue PS3, Sackboy va à  nouveau parcourir le monde en cartons-pâtes de LittleBigPlanet en traversant ses différents continents. Si Media Molecule a passé le témoin aux développeurs du Studio de Cambridge de Sony Computer Entertainment, ces derniers ont conservé l’esprit du jeu : drôle, mignon et bourré de références (surtout dans le niveau cinéma, qui revisite certains classiques du septième art). On prend toujours plaisir à  traverser ces tableaux dressant un portrait intentionnellement caricatural de chacune des nations visitées. Un plaisir d’autant plus fort que cette aventure se révèle meilleure que sur PlayStation 3.

Rendez-moi ma croix directionnelle !

Lors de la sortie de LittleBigPlanet sur PS3, un détail avait fait débat. Celui de sa jouabilité. Les défenseurs du jeu targuaient que cette dernière, volontairement imprécise et flottante, faisait partie du charme. Toujours est-il que les développeurs ont légèrement amélioré la précision de la maniabilité, preuve que celle-ci posait malgré tout problème. On n’atteint pas encore la rigueur millimétrée d’un épisode de Super Mario, loin de là , d’autant que le pad analogique de la PSP annule quasiment le surplus apporté au contrôle du personnage. Mais pourquoi n’ont-ils pas opté pour une jouabilité à  la croix directionnelle ? La question reste entière. Qu’on se rassure, Sackboy répond malgré tout correctement à  nos ordres. Et comme les niveaux reposent moins sur la physique du jeu (puissance réduite de la PSP oblige), on sent que les développeurs se sont davantage concentrés sur le rythme et l’enchaînement des phases d’adresse. Pour le meilleur. Et bien que l’on soit passé de trois à  deux plans dans la profondeur, le titre en offre toujours une utilisation inspirée.

Ils sont où mes copains ?

L’une des particularités de LittleBigPlanet sur PS3 résidait dans son mode multijoueur. Bien qu’assez brouillon à  quatre, le jeu procurait d’excellentes sensations à  deux. Sur PSP, le mode multijoueur disparaît. Forcément regrettable et dommageable, cette absence rend l’aventure solo encore plus anecdotique (bien que sympathique). Mais comme sur le jeu PS3, le mode solo ne reste qu’une entrée en matière à  LittleBigPlanet. Son intérêt principal réside à  nouveau dans son éditeur de niveaux (quasiment aussi performant que sur la console de salon de Sony, excepté quelques temps de chargement fastidieux) et dans la communauté formée autour du jeu. Reste à  savoir si les joueurs voudront s’essayer sur PSP plutôt que sur PS3 ?

Partager ce post
Articles Similaires
0
0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Thanks for submitting your comment!