Test de Lost Judgment : le retour de la mafia japonaise, spin-off de la saga Yakuza

Note des lecteurs0 Note
0
8

Après une belle surprise controversée en 2019 pour Judgment, le spin-off de la saga Yakuza, les studios Ryu ga Gotoku et Sega ont décidé de remettre le couvert avec une suite. On a donc le droit à Lost Judgment, mais est-ce une bonne suite ou un jeu qui tire un peu trop sur la corde ?

test lost judgment

On est reparti pour un tour

L’histoire de Lost Judgment débute plusieurs mois après la fin de Yakuza : Like a Dragon. Takayuki Yagami va reprendre du service dans une nouvelle enquête. En effet, il va enquêter sur une agression dans les transports publics qui pourrait sembler assez simple, mais qui s’avère bien plus complexe que prévu. En effet, on va devoir utiliser très rapidement la force pour faire réagir les bonnes personnes et comprendre le nœud de l’histoire. Avec cette histoire, on aborde alors des thématiques très actuelles que sont le harcèlement scolaire, le suicide et même la vengeance venant s’opposer à la justice.

L’histoire est alors bien structurée et amène habillement de nombreux rebondissements afin de nous surprendre et nous faire réagir avec quelques révélations bien choisies. Comme à son habitude avec ses productions, les studio Ryu ga Gotoku font toujours des jeux s’assimilant à des films et en reprenant les classiques polars et autres films de gangsters et comme avec le dernier Yakuza, c’est réussi avec une excellente mise en scène mais le lien entre Yakuza et Lost Judgment est moins fort au fur et à mesure du jeu, c’est dommage.

Mais comme je l’ai dit, Lost Judgment arrive nous transporter avec un excellent scénario. On est alors dans un établissement scolaire ce qui vient prendre à contre-pied les habituels jeux de de gangsters où tout se passe dans la rue. Le fait d’être dans un lieu différent pour la trame principale vient donner un coup de neuf au genre. De plus, on a un doublage en anglais et japonais d’excellentes qualité avec un acting d’excellente qualité permettant de transmettre de nombreuses émotions et d’avoir des animations faciales de qualité. On a ainsi une bonne histoire qui dure plus de vingt heures en ligne droite, ce que l’on ne fera pas bien évidemment. En effet, il faut aussi compter sur les dizaines de quêtes annexes à accomplir, les affaires secondaires qui nous sont confiées à l’agence de détective et les intrigues présentes au lycée qui vont venir doubler aisément le jeu.

Un magnifique paysage dépeint

Les studios Ryu ga Gotoku ont une spécialité étonnante mais importante de nos jours qui est de reconstituer des lieux à l’échelle 1:1, ce sont alors souvent des lieux de l’archipel Nippon. Dans le jeu Judgment, on avait alors droit à une visite grandeur nature de Kamurocho tandis que Lost Judgment, on a le droit de découvrir en plus du quartier de Tokyo, a celui de d’Isezaki Ijincho qui se trouve dans la ville de Yokohama. On a alors droit à une gigantesque visite des lieux et on passe très rapidement de simples touristes à habitant du coin. Il faut dire que le travail qui a été apporté au level-design est monstrueux.

Ballade dans Tokyo

Les changements d’ambiances se voient énormément en changeant de lieux tout comme lorsque l’on est en plein jour ou en pleine nuit. On y retrouve alors différentes occupations comme les salles d’arcades SEGA, shogi, les courses de drônes à faire… des restaurants pour manger et tout un tas d’autres activités à découvrir et qui sont à la fois plaisante mais surtout cela fait une reproduction assez fidèle des villes de Tokyo et de Yokohama : un travail de maître. Notons toutefois que le Dragon Engine se fait vieillissant et le moteur maison développé mérite un beaucoup de nettoyage. Cependant, le moteur reste bien et on a même droit à des améliorations techniques du plus bel effet.

On mène l’enquête

Comme avec Judgment, Takayuki Yagami, ancien avocat de la défense et maintenant un détective privé. Il va donc devoir résoudre des affaires qui lui sont confiées par différentes personnes et ne va pas hésiter à utiliser ses « talents » pour mener l’enquête, on y retrouve ainsi des mécaniques que l’on avait découvert dans l’opus précédent et qui avait fonctionné parfaitement : la filature, l’infiltration, la course poursuite et la recherche d’indices sont donc au rendez-vous mais on découvre aussi avec plaisir une nouvelle mécanique de jeu : le Parkour ! Oui, c’est surprenant mais cela fonctionne et apporte de nouvelles phases de gameplay. Les défauts que l’on avait pu constater dans l’ancien opus sont corrigés et on a alors une expérience moins rigide qui est plaisante à découvrir même si encore un poil dirigiste.

Le parkour dans le jeu

L’ajout du Parkour ajoute aussi du gameplay et notre héros devient en quelques sortes Spider Man arrivant à escalader de nombreux immeubles mais dans un contexte précis, il y a une raison pour escalader, ce n’est pas très libre. En fait, Lost Judgment reste dans la lignée des jeux Yakuza qui reste très formaliste dans l’approche. On a donc un peu plus de dynamisme sans pour autant quitter les chemins, on est dans une approche très linéaire. On s’amuse pourtant facilement grâce au gameplay, à l’histoire et au contenu généreux proposés et c’est une bonne chose.

A coups surs !

Comme dans le premier opus, être détective dans le quartier le plus chaud de Tokyo n’est pas une partie de plaisirs, une simple ballade. Takayuki Yagami sait heureusement se défendre comme il se doit face à la mafia locale. En effet, en plus de bonnes connaissances en droit et en infiltration, c’est aussi un maitre des arts martiaux qui n’hésite pas à utiliser les pieds et les poings pour battre ses ennemis et autres malfrats. On retrouve alors les 2 styles de combats déjà présents dans Judgment et un troisième vient alors se rajouter. C’est le style du Serpent qui est une technique prévue pour affronter une personne armée et dangereuse. Elle complète alors celui de la Grue ou du Tigre qui sont alors efficaces face à un groupe d’individus ou en 1 vs 1. Notre personnage devient de plus en plus habile dans les arts martiaux et c’est plaisant à jouer. En plus, on peut aussi profiter de notre environnement pour combattre, un petit plus qui s’avère utile.

Le système de combat n’a pas vraiment évolué à part l’ajout de la technique du Serpent. La jauge EX et les actions sont toujours aussi présentes et toujours redoutables. Cela donne des affrontements furieux et nerveux apportant aussi une bonne dose d’adrénaline comme avec la saga Yakuza et sa série spin-off. Au fur et à mesure de notre aventure, Takayuki Yagami déverrouille de nouvelles aptitudes pour ressentir tout au long du jeu des nouveautés. Surtout que ces compétences vont être fortes utiles pour affronter la rue et ses dangers mais aussi obtenir la vérité.

Lost Judgement est la suite tant attendue de Judgement et elle ne démérite pas. On a droit à des graphismes de qualité avec une excellente reconstitution de Tokyo mais aussi de Yokohama. Les combats sont toujours aussi intenses et diversifiés. L'ajout d'un cadre différent avec le lycée et de nouvelles thématiques abordées nous donne une réelle impression de renouveau, de changement surtout avec Yakuza. Quelques points sont à noter au niveau du gameplay qui reste trop dirigiste mais ce n'est pas très grave.
Graphisme
8.5
Gameplay
6.5
Durée de vie
8
Bande Son
8.5
Scénario
8.5
Note des lecteurs0 Note
0
Les thématiques abordées sont intéressantes et contemporaines
Le cadre du lycée change de ce que l'on a l'habitude de voir
Encore un excellent travail d'un point de vue cinématographique
Bonne durée de vie
Des combats intenses et techniques
La reconstitution à l'échelle 1:1 des quartiers
Doublages avec la présence de la VOSTFR
Trop dirigiste par moment
Dragon Engin se fait vieux
8