Test de Monster Energy Supercross 4 : en avant les bécanes !

Note des lecteurs0 Note
0
7

Les jeux de Motos ont un problème surtout ces dernières années, ils se ressemblent énormément et n’arrivent pas à trouver une innovation bluffante rendant les joueurs accros. On se retrouve alors avec peu d’avancées technique et du coup pas d’avancées dans le contenu non plus. Depuis sa sortie en 2018 pour son premier opus, la licence Monster Energy Supercross ne déroge clairement pas à cette règle. Mais on est sur une nouvelle saison et surtout une nouvelle génération de consoles qui peut permettre des nouveautés. Qu’en est-il ?

Test Monster Energy Supercross 4

Sur tous les jeux qu’a pu proposer le studio Milestone au fil des ans, Monster Energy Supercross 3 est celui qui donne cette amertume de “peu mieux faire”. J’aurai espérer mieux à l’époque et c’est dans ce sens que replonger dans un nouveau jeu m’intéressait fortement. Il faut dire que l’enjeu est de taille au vue d’un dernier épisode en dessous de la qualité habituellement proposée. Supercross doit donc maintenant passer la phase de transition de la next-gen, passage obligatoire mais qui peut s’annoncer complexe sur bien des points.

Un jour, je serai pilote !

Le premier défi à relever se trouve dans le mode Carrière qui est clairement la base de tous les jeux de sports et de course. Dans Monster Energy Supercross 2, nous avions pu retrouver une proposition intéressante dans laquelle on pouvait mettre en place son propre calendrier d’entraînement et d’opérations marketing, une nouveauté déjà bien connue de la plupart des jeux de courses mais avec le troisième volet de la franchise, ces options avaient purement disparus, ce qui était alors regrettable faisant régresser le jeu. On est donc sur Monster Energy Supercross 4 et on retrouve cette fois-ci un mode Carrière très agréable avec une trentaine de circuits, les pilotes officiels bien évidemment et quelques options intéressantes qui viennent dynamiser le mode. On se retrouve ainsi avec un arbre de compétence, nouveauté du jeu, avec des points à obtenir pour progresser. On obtient ces points grâce à des prouesses en compétitions, des entraînements à effectuer entre les courses ou quelques défis supplémentaires.

On a ainsi un vrai mode carrière qui se développe sur la forme et c’est très agréable, on passe alors de moments. Les scrubs, sauts, whips sont intuitifs et donnent un vrai style très agréable au jeu, apportant une touche dynamique que l’on aime surtout qu’en plus ceux-ci apportent un autre intérêt et non des moindres, ils boostent la jauge du Rewind. C’est le rembobinage qui permet de reprendre un virage lorsque l’on a loupé notre première tentative. On pourrait penser que c’est plutôt destiné aux joueurs amateurs pourtant c’est très bien dosé pour que l’on soit obligé de prendre des risques pour être le premier. On a alors une difficulté accrue, plus punitive où l’IA a été repensé pour être un réel défi à aborder mais en facile. Finalement, les novices pourront facilement se lassés et être exaspérés par ce nouveau niveau de calibrage mais les habitués en redemanderont aisément.

De la personnalisation en veux-tu, en voilà !

Le jeu arrive donc avec du contenu supplémentaire et c’est une bonne nouvelle pour une licence qui avait tendance à se tasser mais en plus de cela, on retrouve aussi des améliorations dans le gameplay. On pourrait dire que c’est normal puisque l’on passe de la Playstation 4 et la Xbox One à la Playstation 5 et Xbox Series. Un passage qui est obligé et qui apporte de réelles améliorations, un virage bien pris par Monster Energy Supercross 4. Au final, on a des améliorations d’un point de vue graphique avec plus de détails sur les circuits, les pilotes et les bécanes. De plus, on passe sur un 60 FPS amenant alors plus de sensation de vitesse, bien plus agréable.

De plus, on peut constater que l’aliasing est toujours présent mais clairement moins prononcé et surtout on a un rendu moins fade avec de nombreuses animations d’avant-courses bien plus nombreuses. Forcément qui dit Playstation 5, dit DualSense et dans ce sens, MES 4 fait un très bon boulot. En effet, un travail particulier a été apporté à la prise en main de la bécane avec différents ajustements en jeu que ce soit donc la moto (carénage, suspensions…). Le retour haptique de la manette est un réel plus, nous donnant de très bonnes sensations sur les impacts, les sauts. C’est immersif même si c’est dérangeant au début, on ne s’en lasse pas par la suite.

On en veut plus !

Ce 4ème opus est bien meilleur sur de nombreux aspects même si c’est surtout sur Playstation 5 et Xbox Series qui faut se tourner pour en profiter pleinement au niveau technique. Son mode carrière est bon et les nouveautés de l’arbre de compétences sont agréable. Le mode online présent est très stable et les possibilités de courses sont importantes permettant de faire des courses publics ou privées (courses en showdown, courtes ou Triple Crown sont présentes).

Mais néanmoins même si le jeu est bon, il manque ce petit truc qui nous fera décoller de la selle et replonger dans une autre course. Alors que faire ? C’est aux développeurs de réussir à nous accrocher. Je le conseille plutôt aux passionnés qui aimeront énormément ce jeu qu’aux amateurs qui pourraient avoir du mal à accrocher.

Monster Energy Supercross 4 est donc de retour et vient pour la première fois sur les consoles nouvelles générations que sont la Playstation 5 et la Xbox Series et il l'aborde très bien. Cependant même si la progression technique est au niveau, celle du contenu est encore un peu faiblarde, on en veut plus !
Graphisme
7.5
Gameplay
7
Durée de vie
6
Son
7.5
Note des lecteurs0 Note
0
Licences officielles (pilotes et circuits)
Dynamique et prenant
Editeur de circuit très complet
Un mode Rewind très bien réfléchi
Difficulté mal calibrée
Ecran Split en multi non disponible
Manque de très grosses nouveautés
7
Xbox Series

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *