Test de Monster Hunter Stories 2 : Une suite plaisante

Note des lecteurs0 Note
0
7.9

Après un premier opus sorti exclusivement sur Nintendo 3DS en 2017, Monster Hunter Stories revient pour un second opus sur Nintendo Switch et PC cette fois-ci. Petite précision dès le départ, nous sommes ici sur un spin-off de la saga principale. Les Stories sont alors des jeux de rôle avec des combats au tour par tour. Cela permet ainsi d’avoir un style de jeux complètement différent, plus posé et plus accessible. Il faut dire que de base, l’objectif du premier opus était alors d’introduire l’univers de Monster Hunter à un public plus jeune. Alors pourquoi une suite ? Et peut-elle s’imposer comme un incontournable du genre pour la Nintendo Switch ?

Test de Monster Hunter Stories 2 : Wings of Ruin

Une histoire intéressante et prenante dans MHS 2

Capcom a décidé de mettre les bouchés doubles durant cette année 2021 en ce qui concerne la sortie de jeux vidéo. Il faut dire qu’avec la pandémie, les sorties ont tout simplement été décalées. Alors après la sortie de Monster Hunter Rise en mars, puis Resident Evil Village en mai, on a donc maintenant droit à Monster Hunter Stories 2. Alors à l’opposé des jeux classiques Monster Hunter, les Stories sont donc des jeux de rôle avec des combats au tour par tour dans lesquels on n’est pas un chasseur de monstre mais un Monster Rider (chevaucheur de monstres), ce n’est pas la même chose ! En effet, ces derniers viennent à se lier d’amitié avec les monstres afin de faire face aux différents dangers et peuvent ainsi compter sur eux pour les combats.

Monster Hunter Stories 2 est alors l’histoire d’un Rider novice qui est le petit fils ou la petite fille (en fonction de notre choix) du célèbre « Red », un héro local du village de Mahana qui est connu pour avoir chevaucher Ratha Gardien, un dragon qui est considéré comme étant une divinité sur l’île. Tandis qu’il débute alors sa formation notre personnage découvre alors que le monstre de son grand-père ainsi qu’e tous les autres Rathalos. De plus, les autres créatures de l’île perdent la tête à cause d’une lumière rouge qui apparaît à plusieurs endroits aléatoire. Les accusations se portent alors sur un oeuf laissé par la Ratha Gardien et qui serait alors celui du Ratha Destructeur, un monstre doté des ailes de la destruction et qui est donc capable de détruire le monde selon une certaine prophétie. Persuadé que la naissance de ce monstre n’y est pour rien, notre héro décide alors de partir à l’aventure avec ses amis afin de comprendre ce qui se passe véritablement.

Un voyage initiatique

On a donc un jeu qui va nous faire voyager rapidement dans différentes régions en s’appuyant sur un scénario fort : comprendre ce qui est à l’origine de ce phénomène étrange s’appuyant sur la prophétie. On va alors de village en village pour rendre des services aux différents habitants nous demandant bien souvent d’éliminer un monstre qui est alors bien souvent enragé par la fameuse lumière rouge.

Navirou

On a alors une histoire plutôt classique bien faite mais par moment trop classique mais que l’on apprécie fortement. On retrouve aussi quelques archétypes de personnages que l’on a l’habitude de voir dans les différents jeux japonais du genre. On a ainsi Navirou, un Felyne ( un petit chat qui parle) que l’on retrouvait déjà dans le premier jeu et qui va nous accompagner tout au long de l’histoire en tant que mascotte faisant de nombreuses blagues plutôt efficace.

A la découverte des Monsties

De plus tout comme le premier Stories, le jeu Monster Hunter Stories 2 repose sur les monstres apprivoisés que l’on nomme les Monsties. Ils sont alors ultra nécessaires en combat mais aussi dans les phases d’exploration où on peut utiliser leurs capacités pour progresser dans les différents environnements : sauter, nager, escalader ou casser une paroi…

les différents types de monsties

Pour pouvoir agrandir son équipe, on va devoir récupérer de nouveaux monstres en se rendant dans les tanières, récupérer un oeuf dans un nid sans réveiller le monstre qui veille dessus et obtenir ainsi une nouvelle créature. Dès lors, on doit retourner au village afin de le faire éclore aux écuries pour découvrir la créature qui se trouve à l’intérieur. On peut alors l’ajouter à notre équipe qui vient donc à s’agrandir mais on peut aussi en profiter d’être aux écuries pour effectuer une transmission de gênes.

éclosion d'oeuf de monsties

Cette option de transfert de compétences entre un monstre et un autre permet d’obtenir de nouvelle compétence mais en sacrifiant alors le donneur. C’est une fonctionnalité intéressante mais qui doit être fait avec précaution pour constituer la meilleure équipe en renforçant les statistiques de chacun de nos monstres.

Des phases de combat dynamique au tour par tour

Ce n’est pas pour rien que l’on souhaite augmenter les caractéristiques de nos créatures. En effet, plus elles sont puissantes et plus elles sont efficaces durant les combats qui constituent une partie non négligeable du jeu. On est ici sur un jeu au tour par tour avec un système de combat très intéressant pour MHS 2. Dans les phases de combat, on ne vient à contrôler que notre personnage tandis que le Monstie ou le compagnon qui nous accompagne sont alors contrôlés par l’Intelligence Artificielle. Par contre, on peut demander à un de nos monstres d’utiliser une compétence.

Combat contre un monstre

En débutant un combat, on doit prendre en considération plusieurs critères pour gagner. Tout d’abord, on doit faire attention à sélectionner la bonne arme afin d’attaquer l’ennemi avec laquelle il est le plus sensible mais aussi la partie du corps que l’on veut toucher et enfin quel type d’attaque, on va effectuer. C’est une particularité que l’on retrouve dans Monster Hunter Stories 2, le jeu repose sur un système de Shifumi, pierre-papier-ciseaux entre notre personnage et un ennemi. Afin de remporter un duel, on doit donc choisir le type qui est capable de contrer celui de l’adversaire : la force bat alors la technique, la technique bat la vitesse et la vitesse bat la force. De plus, si notre Monstie utilise le même élément que nous, une double attaque vient alors se déclencher. Celle-ci fait alors plus de dégâts et augmente une jauge d’amitié qui va permettre de d’activer des capacités dont la possibilité de monter sur le dos de notre Monstre pour une attaque ultime.

Duel Pierre feuille ciseau

On a donc droit à un système de combat très intéressant et riche grâce à de nombreuses fonctionnalités apportant une bonne diversité. On doit alors avoir faire toujours attention et apprendre scrupuleusement les attaques des monstres adverses afin de ne pas se faire surprendre et pouvoir toujours prendre la bonne décision. Dans ces combats, les animations sont un réel plus qui donnent de très bonnes sensations et de dynamismes. On constate tout de même que les combats peuvent très facilement durer pour le bon comme pour le pire…

Heureusement, on n’est pas sur les jeux Monster Hunter plus classiques où on doit passer énormément de temps dans un combat. Mais plus, on a de monstres puissants et plus les combats pourront être expéditifs. De plus, on pourra aussi récupérer de bons équipements en farmant les monstres afin d’avoir suffisamment de composants pour fabriquer des armes ou des armures. On est sur le parfait équilibre entre de la complexité pour les fans de J-RPG et une accessibilité pour ceux qui découvrent cet univers. Il est cependant moins accessible pour les plus jeunes.

De beaux graphismes colorés

Au niveau des graphismes, on a droit à de la couleur et Monster Hunter Stories 2 dispose d’un univers très chaleureux et presque enfantin. On y découvre au fil de l’aventure des environnements très variés comme la montagne, la forêt ou le désert, lac… On a un bon sentiment de voyage et de découverte comme j’en avais eu lors de The Legend of Zelda : Breath of the Wild : des lieux emplis de poésies et de magies.

Paysage et graphise dans Monster Hunter Stories 2

A ce niveau, on a un jeu avec un rendu graphique plus qu’agréable surtout pour la Nintendo Switch et bien suffisant pour la version PC avec un titre qui est plutôt gourmand malgré tout. Personnellement, j’ai joué sur cette dernière et avec ma configuration, je n’ai pas ressenti de baisse de framerate ou d’autres soucis. Il semble que sur la Nintendo Switch, la baisse d’image par seconde est assez conséquente avec une console qui a tendance à chauffer énormément surtout dans des endroits avec des champs de profondeur important. Peut-on en vouloir au jeu ? Certainement pas ! C’est une limitation qui est plutôt dû à la console qu’autres choses.

Une bonne durée de vie avec du contenu régulier

Au niveau de la durée de vie du jeu, on peut compter une trentaine d’heures en ligne droite afin de terminer l’histoire principale. Mais il faut aussi constater que l’on a des objectifs annexes comme tout le temps dans les J-RPG et plus particulièrement dans les autres Monster Hunter. On se retrouve alors plus de 200 monstres à rencontrer au fil de l’aventure et plus d’une centaine de Monsties à élever.

Bien évidemment, les développeurs jouent de variations au niveau des monstres pour que l’on puisse en noter autant. De plus, chaque village dispose d’un tableau avec des quêtes annexes pour accomplir ainsi de nombreuses missions. Elles sont alors nécessaires à accomplir pour obtenir de l’argent afin de fabriquer des équipements de haut niveau. Dès lors que l’aventure principale est terminée, le titre possède aussi d’un end-game assez conséquent rajoutant ainsi du temps de jeu.

De plus, les développeurs ont aussi pensé à intégrer du multijoueur que ce soit en local ou en ligne. On peut alors faire équipe avec d’autres joueurs afin d’explorer des zones qui sont accessibles uniquement à plusieurs pour y trouver alors des oeufs de monstres rares et affronter aussi quelques monstres spécifiques. De plus, on pourra aussi affronter d’autres joueurs dans un mode Versus. On comprend aisément que le jeu a pour but de perdurer dans le temps et que l’on n’est pas simplement sur un opus solo. On est donc avec une feuille de route prévue comme pour Monster Hunter Rise finalement. On va donc avoir des mises à jour mensuelles et gratuites jusqu’en octobre.

Une des références des J-RPG est donc de retour dans ce second opus et il réussit parfaitement à nous transporter dans une histoire que je vous laisse découvrir. On dispose d'un système de combat assez original et riche. Le contenu est intéressant et surtout conséquent, les graphismes sont beaux et nous transporte un peu plus mais cependant, le scénario reste assez classique, le rendu sur Nintendo Switch pêche de problèmes techniques avec des baisses de framerate.
Graphisme
7
Gameplay
8
Scénario
7.4
Durée
8.5
Bande Son
8.5
Note des lecteurs0 Note
0
Un système de combat original et agréable
Une grande variété de Monster à découvrir
De beaux graphismes colorés
Des combats ayant une belle mise scène
Un contenu riche qui va s'enrichir
Baisse de framerate sur Nintendo Switch
Des combats un peu longs par moment
Un scénario un poil classique
Mécaniques complexes pour les plus jeunes
7.9

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *