Test de Naruto Shippûden Dragon Blade sur Nintendo Wii

Naruto sur Wii, nous le connaissions pour son jeu de combat assez nerveux et désormais jouable en ligne. Mais Naruto Shippûden Dragon Blade se veut différent, cette fois-ci nous avons à faire à un jeu d’aventure, sorte de Zelda à la sauce Ninja. Était-ce une bonne idée de changer de recette ? Pas vraiment lorsque tout tourne au vinaigre…

Seul au monde…

J’aurais aimais vous raconter l’histoire de Naruto Dragon Blade en exagérant un peu pour la rendre encore plus comique, mais en y réfléchissant, cela ne sert à rien : elle est déjà ridicule sans avoir besoin d’en faire des tonnes.

Cet épisode inédit, créé pour les 10 ans de la série Naruto au Japon, est un spin-off. Il raconte l’histoire d’une jeune fille, Akari Tatsuhiro, dont le frère souffre de ce syndrome qu’ont la plupart des méchants dans les manga : il se sent seul. La société le rejette lui et sa sœur à cause des cornes qu’ils ont sur sa tête, voilà pourquoi il décide de détruire le monde. Car le bougre est doté du pouvoir du dragon de la lumière, et il compte bien utiliser ce pouvoir pour réveiller les 5 autres dragons élémentaires.

Sa petite sœur étant plus gentille (ou juste moins écervelée) que lui, décide de lui barrer la route et demande à Naruto et ses amis de l’aider. C’est ainsi qu’elle lui remet le Ryujin. Ils partent alors tous au temple des dragons (le Koryuzan) pour stopper la folie meurtrière du grand frère. Mais avant de partir il faut que cahcun s’équipe d’un costume spécial, car la région des dragons draine le genjutsu de ceux qui n’en portent pas. Un bon prétexte (ou pas) pour faire porter aux héros de nouveaux équipements, plutôt bien réussis dans l’ensemble.

Ha oui, et pour faire plaisir aux fans, on a rajouté les personnages de l’Akatsuki, guidé par Itachi Uchiwa, ainsi que la bande de Sasuke Uchiwa, bien décidé à tuer son grand frêre. Ils ne servent à rien dans l’histoire, mais ils sont là. De toute façon le scénario est tellement simpliste que vous passerez les cinématiques sans aucun remord, mis à part celui d’avoir acheter le jeu.

Un Ninja Storm en moins bien

Sur Wii, nous avons déjà un bon jeu de combat Naruto, le plus abouti en terme de possibilité de gameplay dans cette licence. Mais sur les consoles HD il existe la série Ninja Storm, qui propose de nous faire revivre le manga au travers de cinématiques HD et de combats rappelant le gameplay de A-rpg tel que Okami.

Naruto Dragon Blade
surf lui aussi sur cette idée, mais l’approfondie encore plus. Alors que Ninja Storm ressemble furieusement à un jeu de combat, Dragon Blade se la joue jeu d’aventure en mélangeant combats et plates-formes. Un concept solide, mais qui se révèle catastrophique.

Nous avons, dans le désordre : 5 monstres basiques différents au total durant tout le jeu, un gameplay lourd et répétitif, un level-design chaotique sans la présence de carte pour se repérer, des caméra semi fixe parmi les pires qui soient dans toute la création, des combats contre les boss trop simples et au contraire des combats contre les ennemis de bases totalement déloyaux et impossible à passer si on joue de manières « normale ». En clair, le jeu est tellement mal fait qu’il faut se servir de ses bugs pour arriver à la fin.

Le pire, c’est que les graphismes sont tout à la fois : carrés, pixellisés, saccadés (on passe assez facilement en mode « 20 images par seconde »), c’est vraiment la totale. Le mieux reste ce passage au pays de la brume, on l’on se croirait téléporté à l’intérieur d’un jeu de Playstation 1 tellement l’effet brouillard appauvri encore plus les textures. Dommage, car on sent bien que le jeu partait d’un bon sentiment.

Si seulement…

Et pourtant le jeu proposait un gameplay riche en promesse. Jouable au combo Wiimote/Nunchuk comme à la manette, le joueur peut attribuer à la flèche de direction quatre sorts d’attaques aux effets bien différents (certains aident même à résoudre des énigmes). On incarne en alternance Naruto et Sasuke, aidés tous deux par leurs amis, et chacun d’entre eux possède une technique spéciale qui est déclenchée par un simple pression sur le bouton « ami ».

Seulement voilà : les cinématiques sont longues et ennuyeusement répétitives, les combats sont frustrants car les ennemis sont soit trop faible soit étrangement résistants, et le nombre des techniques à attribuer à son perso n’est pas si grande qu’elle n’a l’air. En mode solo le jeu se termine en 5 heures à peine, même en jouant en mode difficile et en mourant à de très nombreuses reprises, c’est tout dire.

Il existe aussi un mode versus, peut-être le foutage de poire ultime pour celui qui aura dépenser ses sous pour cet immonde produit vidéoludique. Le mode versus dispose de seulement deux persos jouables (Naruto et Sasuke) et la map de combat est toute en longueur et ridiculement petite. Un mode inutile donc, pour un jeu qui l’est tout autant.