Test de Need For Speed : Hot Pursuit

Il y a sept ou dix ans, si on nous avait demandé quelle est la meilleure série de course arcade, sans hésiter, nous aurions répondu Need For Speed. Normal. C’était l’époque des Porsche Challenge, Most Wanted et autre Underground. Mais depuis, quelques casseroles sont passées par là  et la licence a perdu de son aura.

Quand on y pense, Need For Speed a en fait connu un parcours inverse à  celui du Burnout de Criterion, qui n’a cessé de progresser au fil des épisodes. Des destins qui ont fini par se croiser en 2008 avec d’un coté un superbe Burnout Paradise, de l’autre un NFS Undercover qui achevait de faire sombrer la série dans des abîmes de déception. La faute à  un EA Black Box en panne d’inspiration ? Probablement. Toujours est-il qu’avec Criterion en pleine réussite, l’éditeur s’est dit qu’il était temps de mettre ses Âœufs dans le même panier et de confier sa licence phare au challenger de toujours. Soit dit en passant, la meilleure idée d’EA depuis longtemps.

Hot Pursuit, Criterion introduit un système innovant appelé Autolog. Pour faire simple, à  chaque fois que vous battez un temps en solo, ce « succès » apparaitra sur votre mur et le jeu enverra un défi à  vos amis. Si ce sont eux qui font exploser le chrono, vous aurez vous aussi droit à  une notification. Le tout déboulant sur les inévitables classements et autres titillages d’ego. Ca n’a l’air de rien comme ça, mais se faire prendre deux secondes sur une course qu’on pense maitriser réveille forcément l’esprit de compétition. Mais l’Autolog sert aussi à  s’envoyer des messages, créer des groupes, partager des photos de course,Â… Bref, un vrai outil social bien conçu qui tranche avec l’aspect souvent froid des autres jeux de course. D’ailleurs, l’idée semble tellement bonne que l’Autolog devrait bientôt devenir un classique des jeux de courses EA. Mais ça, on vous en reparlera bientôt.

En plus de ce multi par chronos interposés, Need For Speed Hot Pursuit propose évidemment des vraies épreuves jusqu’à  huit joueurs en simultané. De la simple course bien évidemment, mais surtout de la poursuite. Flics contre voyous, à  l’ancienne. Et là  où ça devient fun, c’est que sous réserve que tout le monde soit d’accord, l’hôte de la partie pourra paramétrer la course comme il veut. Et croyez-nous, dur de faire son malin quand on tente d’échapper à  sept policiers en Lamborghini Gallardo ! Entre l’Autolog et les parties à  plusieurs, Hot Pursuit est en tout cas paré pour de très, très longues heures d’éclate sur le Net. Avant de conclure, on notera tout de même l’absence regrettable de jeu en écran splitté, tout simplement incompréhensible. Surtout que les anciens Need For Speed le proposaient il y a plus de dix ou quinze ans. Sans hésitation, le (seul ?) point noir du jeu.

En résumé !

Test de Need For Speed : Hot Pursuit

Entre deux virages simu, Need For Speed s’offre un retour aux sources. En quelques lignes, on vous explique pourquoi Hot Pursuit est le meilleur NFS de la décennie.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!