Test de Neon White

Bon, je vous préviens de suite, Neon White est mon coup de cœur du mois de juin ! J’ai lancé le jeu sans a priori, sans but et sans espoir et je suis vite devenu accro. Il faut dire que le jeu dispose de nombreux bons points permettant de le rendre très agréable et j’espère qu’il va avoir du succès. Neon White est un jeu développé par Angel Matrix et Ben Esposito, le tout premier jeu et édité par Annapurna Interactive que l’on connaît pour Solar Ash, Twelves Minutes ou bien encore Journey. Alors quels sont les points qui font que c’est un bon jeu ?

La fin des temps

Dans ce jeu, nous allons jouer White, un assassin mort qui aurait dû finir en Enfer. Seulement, il débarque au Paradis pour une seule et unique mission : s’occuper de nettoyer le Paradis des démons présents. Ainsi, nous sommes une petite équipe rudement « entraînés » ou habituée à devoir faire le sale boulot. On est alors appelé les Neon. Vous venez de comprendre le titre du jeu : Neon White, notre personnage. Le jugement dernier arrive très prochainement, on a que 10 jours.

L’histoire est simple et n’a pas pour but de faire passer un message, de transmettre une philosophie de vie ou de raconter une aventure avec des péripéties. Elle vient juste donner un rôle, un devoir à notre personnage, mais elle le fait bien.

Des inspirations multiples

Il y a des jeux AAA remplis de défauts visuels avec même des moments où on se demande si on est bien sur un AAA et puis il y a des jeux indépendants qui nous mettent des claques et c’est ici le cas avec Neon White. Il représente le paradis de manière osée avec une inspiration ouvertement japonaise, mais qui est bien fait et un côté olympien aussi avec une architecture divine. Chacun des niveaux que constitue le jeu est différent, mais dans le même univers, rien n’est très bluffant à ce niveau-là, mais c’est en fait normal.

On n’est pas dans du réalisme non plus pour autant, la qualité est clairement rendez-vous comme vous pouvez le voir dans ces quelques captures d’écran.

Un gameplay dynamique

C’est peut-être la plus grande force du jeu ! Le gameplay est extraordinaire et super bien pensé. Commençons par le début, on a le droit à un tutoriel qui permet de comprendre les différentes fonctionnalités du jeu et les différentes situations à appréhender. On comprend alors le principe de saut, de tir et d’utilisation de lâcher d’armes pour en utiliser son atout. Certaines armes font faire un double saut, d’autres font faire un jump en avant… etc.

C’est cette jouabilité qui est géniale avec la mise en place de niveaux différents, des ennemis différents et des sauts différents à réaliser. De plus, les niveaux nous obligent à être les plus rapides possible grâce à des rigoles qui nous font accélérer, mais aussi grâce à des temps à battre pour atteindre des objectifs.

Et c’est à ce moment-là que le jeu fait mouche puisque l’on a le droit à un jeu nerveux qui mêle habilement Platforming et jeu de tir à la première personne. On en devient vite accro. En tout cas, c’est l’effet que j’ai ressenti dès les premières minutes. Le jeu est skillé et on le sent à chacun des mouvements. Au début, on va juste à suivre le parcours « tracé ». Mais par la suite, on va chercher à cut pour atteindre des records de temps.

Pour ce qui est du menu, l’interface est propre et très compréhensible avec des points d’exclamation pour les notifications et les lieux où on doit se rendre. Le jeu respire en fait la fluidité.

Speedrun avant tout !

Finalement, c’est le genre de jeux qui risque d’atterrir dans les speedruns et c’est une bonne chose. C’est d’ailleurs déjà le cas avec un record à moins de 40 minutes. Mais c’est un jeu qui a énormément de rejouabilité. Personnellement, j’ai passé une heure sur un niveau faisable en moins de 20 secondes afin de faire le meilleur temps.

Ainsi même si le jeu a une histoire, le joueur pourra se passionner pour le niveau qu’il veut pour atteindre les meilleurs temps possibles et les partager avec la communauté déjà bien présente.

Bande-son et autres détails

Tout d’abord, on est sur un jeu indépendant et pourtant, il a le mérite d’être sous-titré en français. Cela devrait être obligatoire, mais c’est quand même bien de le souligner. Du plus, l’OST produit par le studio est de très bonne facture et nous plonge dans l’atmosphère du jeu sans aucun problème. Il faut quand même souligner que le jeu a été développé par 16 personnes et c’est donc un tout petit studio qui a su réaliser un jeu fluide, sans bugs avec une identité forte et un OST agréable.

En résumé !

Test de Neon White

Finalement Neon White est donc un très bon jeu indépendant réalisé par une petite équipe de 16 personnes qui ont su prouver qu'il est tout a fait possible de produire un jeu visuellement agréable avec un gameplay très bien pensé et dynamique. Personnellement, j'en suis accro et c'est un jeu que je recommande vivement.
8.5
Excellent
Points Positifs :
  • Un gameplay ultra-dynamique
  • Une invitation aux speedruns
  • Une bonne OST
Points Négatifs :
  • Un gameplay ultra-dynamique
  • Une invitation aux speedruns
  • Une bonne OST

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!