Test de Pikmin 3 sur Nintendo Wii U

Si des jeux comme les Smash Bros ont tendance à mettre tous les personnages phares de Nintendo sur un pied d’égalité, il est toujours bon de rappeler que l’univers de Big N ne s’est pas fait en un jour, mais une suite de projets apparus plus ou moins tardivement dans l’esprit de game designers.
C’est ainsi que bien après la naissance de Mario, Link et autres Fox McCloud, en 2001 (2002 en Europe) pour être exact, qu’arrive le premier épisode de Pikmin, la dernière trouvaille d’un certain Shigeru Miyamoto qui, alors qu’il s’occupait de ses plantes, imagina un nouveau jeu dont le maître mot serait « microcosme ».

Haut comme trois Pikmin

Il était une fois un équipage à la recherche du plus précieux des biens : la nourriture. Le capitaine Charlie, le vaillant Alph et la gourmande Brittany étaient prêts à affronter tous les périls et visiter de nombreuses planètes quand soudain, un incident survenu, forçant notre trio à atterrir en catastrophe sur une terre inconnue. Petit problème : si le vaisseau principal s’en est cette fois plutôt bien sorti (Olimar avait eu moins de chance…) plusieurs autres problèmes surviennes alors.
-Nos trois héros se retrouvent séparés.
-Leurs vivres s’épuisent rapidement, les contraignant à trouver de quoi se nourrir sur place.
-Une pièce de leur vaisseau a disparu. Sans elle, impossible d’envisager un retour à la maison.

Vous l’aurez compris, on abandonne cette fois ci notre bon vieil ami Olimar et son acolyte Louis au profit d’un tout nouveau trio ma foi fort sympathique avec lequel vous aurez tout le loisir de faire plus ample connaissance aux travers des nombreux dialogues ponctuants le début de chaque journée passé sur cette planète hostile.

Un jeu 100% BIO

Vous l’avez compris, nos braves petits compagnons n’ont aucune chance de survivre… aucune ? Non ! Il existe bien un moyen de se sortir de ce pétrin et elle résident dans la force de petite créatures végétales que l’on connait sous le nom de Pikmin. Bien que faibles au premier abord, ces petits monstres révèlent tout leur potentiel quand ils travaillent en équipe. Malheureusement, ils ont besoin de quelqu’un pour leur donner des ordres. C’est là que vous et votre sifflet entrez en jeu. Le fait est que les Pikmin sont très dociles et surtout en bas de la chaine alimentaire. Une bonne organisation leur est nécessaire pour survivre et c’est à vous qu’incombe le rôle de stratège.

Comment ça vous avez l’impression de relire un test de Pikmin 1 et 2 ? Rien à voir ! Ou peut être que si…

A vrai dire strictement rien n’a changé d’un point de vue gameplay. On retrouve une maniabilité rigoureusement identique aux épisodes précédents. Même la présence de trois nouveaux personnages n’apporte en fin de compte pas grand chose. On aurait aimé avoir un Alph plus rapide, un Charlie plus habile dans le lancé de Pikmin et une Britanny spécialiste des fruits (comme elle se qualifie elle-même), mais au bout du compte, il ne s’agit là que de trois clones d’Olimar…

Et pourtant la recette fonctionne toujours aussi bien. On commence par rassembler ses troupes en rapportant à l’oignon (vaisseau Pikmin) des nutriments à partir desquels sont créés de petits Pikmin qu’il faudra cueillir avant de les amener avec vous explorer le reste de la planète (découpée en plusieurs niveaux). Mais la progression est lente et nécessite une bonne planification car évoluer la nuit est comme d’habitude interdit. Vous devrez donc optimiser chaque journée de travail afin de ne pas perdre votre temps et par la même occasion, de précieuses provisions. Mais chaque action, qu’il s’agisse d’un simple déplacement, de défoncer un mur, de réparer un pont ou encore de ramener des fruits au vaisseau, tout, absolument TOUT prend du temps.

Starcraft pour les enfants…et les autres

Bien que la comparaison puisse paraitre un peu saugrenue, difficile en ces temps de « hardcore gaming » et de E-sport de ne pas faire le rapprochement entre Pikmin et les RTS qui se multiplient depuis des années sur PC.
De la même façon, il faudra bien récolter des ressources dans le but d’avoir de plus en plus d’unités, unités qui elles mêmes serviront de force militaire contre les nombreux ennemis et boss.
Exploiter au mieux les compétences des différents Pikmin est bien sur l’une des clés de la victoire mais on est clairement en droit de parler de « multi-tasking » (multi-tâche).
Ce terme bien connu des adeptes de jeux de stratégie définit votre faculté à faire plusieurs choses à la fois. Si il y a bien une chose que Pikmin 3 a réussi à améliorer, c’est bien cet aspect.

Mais on disait justement un peu plus haut que le gameplay n’avait pas bougé d’un iota. C’est en grande partie vrai, mais c’est sans compter sur le GamePad qui, pour la première fois depuis bien longtemps, s’avère être un outil particulièrement pratique puisqu’il vous fournit une carte interactive des lieux avec la position actuelle de vos Pikmin et même de vos objectifs. De la même façon, si l’on peut regretter le fait que les trois personnages principaux n’aient pas de talents propres, il n’empêche que le nombre fait la force dans cet univers et vous pourrez ainsi passer d’un héros à l’autre à tout moment afin d’optimiser votre vitesse de progression.
Vous pouvez par exemple garder Alph aux environs du vaisseau afin qu’il aide à la « récolte » de Pikmin tandis que Brittany s’occupera de l’exploration de terres inconnues avec une petite armée. Il ne s’agit là que d’un exemple « pratique », mais le jeu encourage ce genre d’initiative en proposant régulièrement des passages nécessitant la coopération de tout l’équipage. On retrouve donc cette bonne philosophie du « tutoriel à travers le level-design« .

C’est donc de manière très progressive que l’on apprendra à maitriser les aptitudes de nos divers Pikmin, les rouges sont très efficaces au combat et ne craignent pas le feu, les jaunes sont d’excellents conducteurs d’électricité et peuvent être lancés très haut tandis que les bleus vous accompagnerons dans toutes vos expéditions aquatiques. On vous laisse découvrir les petits nouveaux par vous même mais sachez que vous serrez de toute manière contraints d’utiliser l’intégralité du casting si vous voulez espérer arriver au bout de l’aventure.

Pour un Pikmin de plus…

Bon, peut on vraiment s’affirmer convaincu par ce troisième volet ?
Alors oui on retrouve un système de jeu ultra-efficace et original.
Oui, l’aspect scénario a été approfondi et se permet même quelques surprises du meilleur effet.
Oui, on retrouve un mode multi en coopération avec tout un tas de d’épreuves chronométrées.
Oui, le monde a explorer est absolument sublime et plein de références musicales.
Oui, il y a des nouveautés par ci par là comme l’ajout d’un Pikmin de métal capable de briser les parois en vert.

Mais…
Le fait est que malgré une qualité indéniable, le même reproche peut encore et toujours être fait à Nintendo : c’est du recyclage !
A force de se reposer sur ses acquis, Nintendo arrive de moins en moins à convaincre ses fans de la premières heures et ce Pikmin 3 ne fera que réalimenter cet éternel débat. Mais au delà de la guerre des consoles (et des trolls, soyons d’accord), Pikmin 3 n’en reste pas moins un soft accrocheur qui plaira aussi bien aux habitués de la série qu’aux joueurs désireux de s’essayer pour la première fois à ce titre pas tout à fait comme les autres et à l’ambiance enchanteresse.