Test de Poképark Wii : Pikachu’s adventure sur Nintendo Wii

Encore une fois la machine marketing Pokémon est en route, avec un spin-off pour le moins étonnant, Poképark Wii : la grande aventure de Pikachu. Petite précision avant de commencer la visite du parc : ce jeu s’adresse clairement à un très jeune public, ou à des fans inconditionnels de la série et de son coté mignon. Si vous considérez Pokémon comme un jeu à l’ambiance tout public et possédant un certains challenge pour les férus de rpg, passez votre chemin. Pour les autres, le Poképark nous ouvre ses portes, si vous voulez bien me suivre…

Un arrière-goût de Snap

La première chose qui frappe en observant l’univers de Poképark, c’est qu’il ressemble fortement à un certains Pokemon Snap sur Nintendo 64, ressorti depuis sur la console virtuelle de la Wii. On retrouve cette volonté des développeurs de recréer un décor naturel dans lequel nos charmantes créatures de poches pourront s’ébattre, loin de la tension et de l’ambiance feutrée des arènes de combat. Une volonté de rendre ce monde plus vivant en somme, qui fait plaisir, surtout lorsque cela est bien fait.

Mais la comparaison s’arrête à peu près ici, puisque le jeu proposé ici est plus un jeu d’aventure classique qu’un jeu de safari photo. C’est un bon point concernant l’univers du jeu, car on se retrouve dans des décors 3D que l’on peut explorer à notre guise. Pour ce qui est de l’histoire, vous incarnez Pikachu, et votre ami Mew vous a demandé de l’aide pour remettre en état le Poképark. Cet endroit idyllique où vivaient en paix plus d’une centaine de pokémon semble se dégrader de jour en jour. Autrefois amis, les habitants du parc semblent se plus vouloir se parler et ne sont plus du tout copains… Je vous avez prévenu, ce jeu est fait pour les enfants !

Pikachu est donc chargé d’amener la paix et l’amour dans le Poképark, ce qui ne sera pas chose facile et lui demandera beaucoup de courage et surtout de patience. Il y a au total 193 pokémon dans le parc, à qui vous pouvez parler, et surtout avec qui vous devrez faire ami ami, même si la plupart ne viendront que sous certaines conditions.

Des graphismes qui flashent

Nintendo n’y est pas allé de main morte avec les graphismes de Poképark Wii, on ressent de suite une envie de faire quelque chose de beau et de flamboyant. Le jeu est beau, et surtout très coloré, grâce une 3D lisse et faite de grands aplats de couleur. Une sorte de cel-shading en plus subtil en somme. Le fait que la caméra soit placée à hauteur de la petite souris électrique rend les décors encore plus grands et impressionnants qui plus est, même si on regrette que les décors soient si petits au final et si peu nombreux.

Un minimum syndical pour les décors, qui révèle heureusement le grand soin apporté aux personnages. Chaque habitant du Poképark est ainsi représenté avec brio. C’est un vrai plaisir de se balader un peu partout en entendant des « laporeille laporeille ! » et des « simularbre ! » à tout va. En vérité c’est une des raisons pour laquelle vous aurez sûrement envie de finir l’aventure à 100%, pour trouver tous les pokémon du parc et connaître ainsi leur façon de s’exprimer.

Un sacré court-jus entre les moustaches

A vrai dire les gros défauts du soft transparaissent surtout au niveau de son gameplay, c’est précisément de ce coté là que l’on tombe des nues. Premier choc : l’aventure se joue uniquement avec la Wiimote tenue à l’horizontale, alors que nous sommes bien dans un jeu en 3D. Cette idée est clairement déroutante, car se déplacer avec les flèches est un vrai calvaire. L’avantage, c’est que le jeu est destiné aux plus jeunes, et donc très assisté, cela évite de trop galérer, c’est déjà ça.

Au niveau des phases de jeux, finalement, le tout reste assez diversifié. Vous avez une grosse partie d’exploration avec Pikachu dans laquelle vous devrez résoudre des problèmes simple comme « trouver du bois et le ramener à Keunotor pour qu’il construise un pont ». A coté de ces énigmes, chaque pokémon vous proposera un défi qui vous permettra de devenir son ami si vous réussissez. Certains voudront faire la course, d’autres à cache-cache, certains vous proposeront de répondre à un quizz, et certains vous demanderont même de les battre en défi. Ces quatre types de gameplay sont assez prenants, même si à la longue cela devient assez répétitif.

A coté de cette « grande aventure » de Pikachu, il y a des attractions, des mini-jeux à la sauce Wii Play, dans lesquelles vous pourrez jouer avec les pokémon que vous aurez pris comme ami. Suivant son type chaque pokémon pourra ainsi participer à certaines attractions. Il y a des épreuves de courses, de surf, de vol et ainsi de suite, réparties un peu partout dans le Poképark. Le but du jeu sera en fait de débloquer toutes ces attractions et de réussir à les finir avec un certains score. Le gameplay de chacune est assez simple, balancer la WIimote pour courir, l’orienter pour surfer sur l’eau ou la glace, ou bien encore pour voler, et leur difficulté variera suivant la créature que vous prendrez pour la réaliser. Cependant ces mini-jeux ne sont pas jouables en multi, ce qui réduit un peu leur intérêt. De même il n’y a aucune forme de relation entre cet épisode Wii et un quelconque épisode DS. Pas de nouveau pokémon légendaire à débloquer.

Au final nous sommes donc devant un jeu parfait pour les enfants, répétitif mais peu prise de tête, malgré son gameplay un peu gênant au début. L’aventure se termine en ligne droite dans les 8 heures de jeu, ce qui est assez court, mais débloquer tous les pokémon prendra un petit peu plus de temps.