Test de Prinny 1 & 2 : du combo loufoque à gogo

Prinny 1 & 2 Exploded and Reloaded est une bonne compilation regroupant 2 jeux que sont Prinny : Can I Really Be The Hero ? et Prinny 2 : Dawn of Operation Panties, Dood ! qui sont 2 épisodes spin off de la saga Disgaea. Ils étaient à la base sortis sur PSP en novembre 2008 et mars 2010. On est donc de retour pour un test pas tout à fait rétro qui reviennent sur une console de jeux hybride.

Test Prinny 1 & 2 Exploded and Reloaded

L’histoire folle de Disgaea dans 2 spin-off

Forcément lorsque l’on se rend compte que cela fait parti des jeux les plus populaires et déjantés, on est forcément intéressé par les spin off de la saga Disgaea. Une licence qui a clairement fait sa place dans le paysage vidéoludique. A tel point que l’on se retrouve avec un personnage secondaire dans une aventure fun dans Prinny.

Les Prinny sont des humains réincarnés en pingouins qui sont utiles dans les combats car ils sont lancés pour exploser à l’impact. Dans le premier opus de la saga, la maîtresse Etna souhaite que les Prinny trouve le dessert ultime et dans le second, on doit partir à la recherche de la petite culotte d’Etna qu’elle s’est fait voler. Vous aurez compris que l’on se trouve dans des jeux assez loufoques qu’il ne faut pas prendre au sérieux.

Une histoire de culotte volée

De la plateforme et du die’n try à gogo !

Vu que l’on se trouve dans une compilation d’une saga, on découvre forcément un schéma similaire ou identique dans les 2 jeux. Dans chacun des jeux, on va donc retrouver un hub principal qui va nous permettre de nous rendre dans 10 niveaux ou 10 mondes. Chacun de ses niveaux sont immenses avec de nombreux ennemis à tuer, de plateformes à parcourir. C’est d’ailleurs le but. Parcourir chaque stage avec un total de 1000 vies tout de même et vaincre aussi les boss en moins de 3 minutes pour réussir.

Nombre de vie important

Finalement un jeu de plateforme assez classique mais qui prouve qu’avec les 1000 vies disponibles, il va falloir rester concentrer et sérieux. On se trouve clairement dans un die ‘n retry avec des sauts difficiles, des pièges partout. Cela rappelle forcément des jeux rétro avec des contrôles assez rigides qui vont nous permettre d’avoir une maîtrise totale de nos mouvements. Forcément, on y retrouve aussi les limites de ce genre de jeux puisque l’on ne peut faire demi-tour lorsque l’on effectue un saut, ce qui amène des morts inévitables. Pourtant les actions de la manette ne sont pas complexes à prendre en main. On peut soit étourdir l’ennemi avec un coup de hanche ou le frapper avec son épée. A chaque coup que l’on porte, on augmente une jauge qui nous permet de déclencher notre combo augmentant ainsi notre puissance. Bien évidemment si on commet une erreur, notre jauge recommence à 0 et forcément on sait que les erreurs sont assez simple à faire avec des sauts que l’on loupe, des plateformes où se trouvent un monstre que l’on n’avait pas vu… De la difficulté bien présente qui donne envie d’aller plus vite dans le jeu.

Combo à gogo

Par contre, la difficulté du jeu et des ennemies peut freiner les joueurs occasionnels ou moins habitués et on peut les comprendre pour le coup. On n’est finalement pas dans un plateformer simpliste mais terriblement efficace avec un niveau de difficulté très important. Nous n’avons pas de manière de récupérer de la vie et seulement 3 coups peuvent nous tuer. Heureusement, de nombreux checkpoints sont nombreux pour nous “faciliter un peu la vie”.

Des graphismes dignes de meilleurs jeux rétro

Le jeu est un excellent retour au source au niveau des graphismes pour garder un côté très rétro que l’on peut apprécier ou non. Certains pourront considérer que les graphismes sont moches et vieillissants n’apportant aucune profondeur. Personnellement, c’est tout le contraire. Par contre, on ne peut parler d’une remasterisation à mes yeux surtout que les jeux étaient d’une très bonne qualité graphique lorsqu’ils sont sortis sur PSP à l’époque même si on a des textures floues par moment.

Des graphismes agréables

Au niveau de la bande-son, elle est tout bonnement excellente, on se plonge carrément dans le jeu avec des musiques qui mettent clairement en avant les différentes ambiances que ce soit la forêt hantée, le japon médiéval ou l’aventure sous-marine. Les voix sont en anglais mais il y a les textes qui sont intégralement traduits en français.

Une bonne durée de jeu pour un jeu de plateforme

L’avantage principale de Prinny 1 & 2 est le fait de justement les retrouver dans une seule et unique cartouche de jeux sur la Nintendo Switch mais par contre, on ne trouve aucune nouveauté supplémentaire, c’est peut-être dommage. On en aurait espérer plus. On a alors 2 épisodes de Prinny qui sont donc composé de 10 niveaux avec une durée de 10 heures pour chacun des jeux. Pour les personnes habituées, on retrouve alors un mode Couche-Culotte dans le jeu Prinny 2 : Dawn of Operation Panties, Dood qui va donc rajouter une bonne dose de difficulté.

Prinny 1 & 2 : Exploded and Reloaded est un très bon jeu dont le portage apporte la possibilité du jouer sur grand écran surtout mais qui aurait dû ajouter de meilleurs graphismes et quelques nouveautés. L'avantage principal se trouvant sur le fait que l'on retrouve les 2 jeux sur une même cartouche.
Histoire
80
Graphisme
70
Gameplay
70
Durée de vie
65
Note des lecteurs0 Note
0
71

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
destiny 2 report de la maj au dela lumiere
Destiny 2 : Le jeu va être retéléchargeable en avance