Test de Ratchet & Clank : Rift Apart : enfin un vrai jeu Playstation 5

Note des lecteurs0 Note
0
9.9

On a attendu un moment pour pouvoir bénéficier d’une réelle exclusivité de la part des studios Sony sur la PlayStation 5 afin de voir l’étendue de la puissance de la console à ses débuts. De plus, c’est avec une des franchises les plus emblématiques sur lesquelles on va pouvoir se replonger : Ratchet & Clank: Rift Apart qui est donc la suite de la franchise et la vitrine technologique de la PS5. Bien évidemment pour que l’aspect vitrine d’une console fonctionne, il faut aussi que le jeu ait du succès et qu’il soit aussi d’excellentes qualités. Je vous le dis de suite, il est très bon en tant que jeu d’action plate-forme. On est peut-être même sur le meilleur épisode de la licence d’Insomniac Games !

Test de Ratchet & Clank Rift Apart

Mégalopolis de retour !

Nous voilà donc de retour à Mégalopolis qui fête les 2 héros que sont donc Ratchet & Clank. Hélas, Nefarious en a décidé autrement et vient donc gâcher la fête. Il s’empare alors du Dimensionator, un objet qui permet d’ouvrir des failles dimensionnelles et qui entre ses mains devient alors une arme tandis qu’elle aurait dû permettre à Ratchet de retrouver sa famille. Forcément, c’est le bordel dans toute la galaxie et de nombreux portails viennent à détruire l’équilibre entre les mondes. En voulant poursuivre Nefarious, Ratchet & Clank sont pour la première fois séparés dans un monde parallèle où notre grand méchant domine toute sa galaxie. C’est donc en pleine difficulté surtout que Clank est blessé qu’il va trouver une nouvelle alliée en la personne de Rivet, le double dimensionnel de Ratchet. Elle est donc, elle aussi, une Lombax, mais à par contre une grande méfiance envers les robots. Elle va cependant aider Clank et tenter de sauver la galaxie. L’aventure commence !

A la découverte de Mégalopolis

Il était une fois dans une galaxie fort lointaine

Alors bien évidemment, je vais éviter de vous spoiler les différents scénarios que l’on retrouve dans le jeu Ratchet & Clank : Rift Apart mais on peut déjà affirmer que le tout se suit avec une grande facilité et que l’histoire est à mon sens très intéressante. On est alors sur une double lecture, une pour les enfants, l’autre pour les adultes ou adolescents. En fait, on y retrouve, à mon sens, les codes utiliser dans les films d’animation des studios Pixar, Dreamworks ou même Disney dans cette double lecture racontant finalement une histoire prenante.

Un vrai jeu d'animation

Bien évidemment, inspirés des films d’animation, la narration tire des ficelles bien connues mais qui sont très bien utilisées. On découvre alors des personnages qui surmontent leur propre peur et en ressortent alors plus fort. Les personnages font aussi alors la rencontre de leurs doubles dans des scènes intéressantes et profondes. L’arrivée de Rivet apporte un vent de fraîcheur nécessaire apportant plus de fougue que Ratchet. On y découvre un univers plus dangereux et plus dense que celui que l’on a l’habitude de connaître. Rivet s’intègre ainsi parfaitement dans l’histoire du jeu et nous amène à avoir une nouvelle attitude intéressante.

Il faut dire qu’avec cette saga, on a toujours eu droit à une écriture prononcée et cet épisode respecte ceci scrupuleusmeent. D’ailleurs tous les dialogues ont été très bien travailler afin d’apporter un intérêt certain à l’histoire avec même des dialogues amusants. Le casting français est à la hauteur aussi. On retrouve alors Cyrille Artaux dans le rôle de Ratchet qu’il joue depuis 2007, Clank est joué par Martial Le Minoux, Philippe Peythieu campe le rôle du Dr Nefarious, Rivet est joué par la grande Barbara Tissier que l’on connaît pour être la voix de la Princesse Fiona dans Shrek par exemple. C’est clairement un casting pour les voix de haute qualité. Je vous laisse découvrir les traits humoristiques présent auprès de certains personnages secondaires de haute voltige.

De l’action interdimensionnelles

Une des très bonnes surprises du jeu Ratchet & Clank : Rift Apart se trouve dans les failles dimensionnelles qui sont surprenantes au départ et qui vont être le cœur du jeu. Elles sont tout d’abord le point déclencheur de l’histoire. Dès lors, elles font voyager nos héros à travers les différents univers, mais elles s’intègrent aussi dans le gameplay en les traversant dans un certain nombre de niveaux. À ce sujet, c’est une technique bluffante qu’utilise le titre. Alors bien évidemment, elles viennent d’abord souligner la capacité du SSD de la PlayStation 5, mais c’est aussi une possibilité de les utiliser pour parcourir des chemins difficiles d’accès. Dès lors, les chargements de nouvelles zones s’enchaînent sans que l’on puisse s’en rendre compte et c’est merveilleux de ne voir aucun temps de chargement transparaître. Bon à la limite, une fois ou deux, mais de manière insignifiante.

Les failles interdimensionnelles dans le jeu

De plus, on a aussi droit à des combats gigantesques face à de nombreux ennemis assez variés comme des robots géants ou d’autres monstres provenants d’autres dimensions. On se plonge alors aisément dans l’univers que nous propose le jeu et il est très difficile de lâcher la manette. Il faut dire que Ratchet & Clank : Rift Apart est sublime avec un rendu visuel époustouflant mettant en avant les capacités de la console. On a alors des panoramas impressionnants et des textures ultra détaillées. On le remarque surtout sur l’effet de la fourrure de Ratchet et Rivet qui est saisissant. On est sur un des plus beaux jeux de la Playstation 5 à l’heure actuelle. Je n’ai rien à redire du jeu et on profite ainsi de cut-scenes et de scènes d’action sans s’en rendre compte. C’est en utilisant ainsi tout simplement le moteur du jeu pour enchaîner les parties films et les parties d’action comparé aux anciens opus qui utilisaient alors des images de synthèse pour afficher les extraits de films. Au final, on se croirait presque dans un film Pixar en CGI même si on n’y est pas encore mais on y est presque.

Insomniac Games a toujours su délivré des jeux avec une excellente qualité d’animation et c’est encore plus vrai avec Ratchet & Clank : Rift Apart où le studio aborde l’ère de la Playstation 5 avec brio. Les mouvements des personnages sont bien retranscris, les ennemis disposent d’attaques et de mouvements bien spécifiques. Nos attaques ont un réel impact sur leurs mouvements : le ricochet va balancer les adversaires de gauche à droite, l’électrocution va les faire se contorsionner sur place par exemple… Enfin, on constate aussi un nombre énorme de figurants et de personnages secondaires présents dans le jeu dans les différents décors et qui ont des animations très détaillées. Par exemple, lorsque l’on se trouve dans le Club de Zurkon, on voit des dizaines de personnages et qui ont tant de détails d’animations que cela en devient ultra surprenant. On ne peut qu’apprécier alors de regarder tous les détails que les développeurs ont mis en place dans ce jeu d’une extrême qualité.

Finalement, toutes ces qualités techniques font de cet opus, le meilleur de la saga visuellement qui n’a eu de cesse de m’émerveiller avec les failles dimensionnelles et les animations impressionnantes. Le jeu tourne alors en 4K 30FPS en mode Fidélité et une résolution dynamique en 60FPS en mode Performance. De plus, le RT Performance qui conserve le Ray Tracing du mode Fidélité et adapte alors la résolution en temps réel afin d’atteindre les 60 FPS. C’est alors le meilleur compromis entre la qualité visuelle et le taux d’images par seconde. On perd alors la 4K mais reste une très bonne alternative. Mais honnetement, au vue de la qualité graphique du jeu, je ne peux que vous conseiller de miser sur le mode Fidélité tellement la différence est importante. Ce n’est pas tout puisqu’en plus d’une qualité graphique impressionnante, c’est aussi la distance d’affichage qui vient à s’agrandir et les éclairages qui prennent en crédibilité. C’est alors à vous de tester les 3 modes graphiques pour voir celui que vous appréciez le plus mais c’est le mode Fidélité qui vous en fera prendre pleins les yeux.

Un jeu d’action aux multi caractéristiques

Pour en revenir aux détails du jeu concernant le gameplay, il est difficile de définir le genre de Ratchet & Clank : Rift Apart. En effet, on retrouve des phases de shoot, de plateforme, de puzzle et même de RPG ! Mais fort est de constater que le tout est extrêmement bien maîtrisé permettant de ne jamais s’ennuyer et de devoir toujours adapter son style de jeu. On a ainsi une bonne grosse phase de liberté nous permettant de parcourir les différentes planètes de la manière qu’on le souhaite afin d’effectuer les différentes quêtes secondaires ou pour partir à la recherche des boulons dorés surtout si on souhaite platiner le jeu. A ce sujet, les boulons dorés ne sont pas les seuls collectables présent dans le jeu puisque l’on va pouvoir aussi récupérer aussi les Orbes Lombax et les Inforobots afin d’en apprendre un peu plus sur l’univers. De plus, les failles dimensionnelles sont placées à des endroits stratégiques afin d’accéder à des défis de plateformes qui vont nous permettre de récupérer des pièces d’équipement. On obtient ainsi des armures boostant nos statistiques. N’oublions pas les combats qui sont ultra dynamiques avec de nombreuses possibilités pour permettre aux joueurs de les appréhender à son grès. On a alors un gameplay qui varie en permanence sans pour autant être une mauvaise chose : Phase de tir, exploration, défis de plateformes, des combats de boss, des courses-poursuites comme on a l’habitude de le voir dans les jeux Ratchet & Clank mais amélioré dans ce nouvel opus.

Armes et Gameplay

En fait, le gameplay n’évolue que très peu dans la licence mais les quelques ajouts sont très intéressants et on n’en a déjà parlé. On a ainsi un dash qui va nous permettre d’esquiver les tirs ennemis ou passer des obstacles. De plus, les hoverbottes vont servir à se déplacer plus rapidement pour les zones plus “calmes”. N’oublions pas le grappin qui ouvre les failles pour se déplacer sur différentes zones. Mais pour le reste, on est sur la même base connue des anciens opus. On a donc toujours de nombreuses phases de tirs qui viennent se mêler à l’aventure.

Parlons aussi de la manette DualSense qui a su me surprendre très rapidement dans le jeu et dans les sensations que j’ai pu avoir. On a, tout d’abord, le retour haptique qui fait des merveilles surtout dans le club où j’ai eu l’impression d’être en boîte avec ces vibrations. Mais c’est encore plus fin que cela puisque le changement d’armes apporte aussi des vibrations spécifiques. De plus, les gâchettes réagissent super bien avec plus ou moins de résistances en fonction de l’arme que l’on manie. Les armes étant toujours aussi loufoques avec des plantes grimpantes, le Ricochet, les grenades envoyant des mini-robots… De plus, celles-ci réagissent à la pression que l’on exerce sur les gâchettes L2 et R2. Ce sont de petites fonctionnalités qui paraissent complètement anodines et que l’on aura tendance même à les oublier et pourtant elles sont présentes et deviennent même indispensables dans l’aventure. Enfin le sound design enfin le sound design est parfait tout comme la VF qui est vraiment géniale avec de bonnes punchlines que l’on apprécie.

On l'attendait avec impatience et finalement, on n'est pas du tout déçu de Ratchet & Clank : Rift Apart. Il arrive alors à reprendre les excellentes fondations de la licence tout en améliorant les défauts et en profitant surtout des atouts de la Playstation 5 pour nous donner la référence des AAA que l'on peut espérer avoir sur cette console nouvelle génération maintenant. L'histoire est top, les scènes d'action s'enchaînent tout comme les cinématiques. Enfin la DualSense vient apporter de nouvelles sensations qui ne sont pas désagréables bien au contraire. Que peut-on lui reprocher finalement ? Pas grand chose...
Graphismes
10
Gameplay
10
Scénario
10
Durée de vie
9.5
Bande Son
10
Note des lecteurs0 Note
0
Des effets techniques saisissants
De belles animations
Des combats extrêmement variés
Les failles dimensionnelles font partie du gameplay et de l'histoire
Un scénario intéressant
Une bonne VF tout comme la VO
Bonne durée de vie
Quelques bugs mineurs à noter
Quelques armes trop puissantes
9.9

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *