Test de Skully, un bon jeu de plate-formes ?

Note des lecteurs0 Note
0
6.5

Aujourd’hui, on part sur un nouveau test gaming. Après une semaine de vacances, j’allume ma Xbox pour tester un jeu dont la bande annonce m’avait bien plus à la sortie : Skully. On est sur un jeu de plateforme dans lequel on incarne un petit crâne réincarner par une divinité à l’humour particulier.

On a alors la mission de sauver une île en récupérant un précieux objet. Alors je vous le dis de suite, on n’est pas sur un Triple A et cela se ressent sur quelques détails mais passez ces quelques défauts, le jeu est plaisant et on se prête facilement au jeu.

Skully
  • Après s'être échoué sur le rivage d'une île isolée, Skully se voit offrir une seconde chance quand une divinité énigmatique utilise de l'argile magique pour redonner vie à son crâne
  • Incarnez Skully, un crâne revenu à la vie et évitez les obstacles pour progresser à travers l'île, transformez-vous en trois formes distinctes pour surmonter les défis et vaincre vos ennemis
  • Parcourez 18 niveaux différents à travers 7 écosystèmes distincts, chacun regorgeant de dangers uniques
  • Mettez fin à une rivalité destructrice, découvrez le secret qui se cache derrière le conflit familial pour parvenir à le le résoudre
  • Les cinématiques et les dialogues entièrement doublés insufflent de la vie aux habitants de l'île et au monde envoûtant de Skully
Promo
Skully
  • Après s'être échoué sur le rivage d'une île isolée, Skully se voit offrir une seconde chance quand une divinité énigmatique utilise de l'argile magique pour redonner vie à son crâne
  • Incarnez Skully, un crâne revenu à la vie et évitez les obstacles pour progresser à travers l'île, transformez-vous en trois formes distinctes pour surmonter les défis et vaincre vos ennemis
  • Parcourez 18 niveaux différents à travers 7 écosystèmes distincts, chacun regorgeant de dangers uniques
  • Mettez fin à une rivalité destructrice, découvrez le secret qui se cache derrière le conflit familial pour parvenir à le le résoudre
  • Les cinématiques et les dialogues entièrement doublés insufflent de la vie aux habitants de l'île et au monde envoûtant de Skully
Skully
  • Après s'être échoué sur le rivage d'une île isolée, Skully se voit offrir une seconde chance quand une divinité énigmatique utilise de l'argile magique pour redonner vie à son crâne
  • Incarnez Skully, un crâne revenu à la vie et évitez les obstacles pour progresser à travers l'île, transformez-vous en trois formes distinctes pour surmonter les défis et vaincre vos ennemis
  • Parcourez 18 niveaux différents à travers 7 écosystèmes distincts, chacun regorgeant de dangers uniques
  • Mettez fin à une rivalité destructrice, découvrez le secret qui se cache derrière le conflit familial pour parvenir à le le résoudre
  • Les cinématiques et les dialogues entièrement doublés insufflent de la vie aux habitants de l'île et au monde envoûtant de Skully

Des graphismes agréables et même surprenant pour un jeu indé

En effet, on se retrouve donc un petit jeu indépendant développé par Finish Line Games et édité par Modus Games que l’on connaît déjà pour le jeu Maize.

Mais on peut-être surpris par la qualité graphique de Skully qui est agréable à regarder et sans être ultra-réaliste, arrive à nous plonger dans un univers fantastique.

On y découvre alors un île avec des éléments floraux, des rochers et de l’eau que ce soit dans des flaques, la mer ou des rivières…

Bien évidemment, on retrouve aussi notre personnage dont je parlerai plus en détail dans la phase gameplay.

Enfin on retrouve notre divinité que j’aurai imaginé légèrement différente dans son design.

N’oublions pas non plus les ennemis que l’on va rencontrer qui me font tout d’abord penser aux ennemis que l’on rencontre dans Zelda Breath of The Wild.

Une jouabilité voulue dynamique mais qui est à revoir sur certains aspects

En effet, dans Skully, la mission numéro 1 est de récupérer des pétales de fleurs que l’on trouve un peu partout dans les différents niveaux et dans les différentes zones permettant de progresser dans les différents niveaux.

Pour cela, notre crâne à la possibilité de rouler et d’effectuer des sauts. Honnêtement, c’est agréable de jouer avec ce petit personnage avec des mouvements ultra dynamiques, on s’y habitue vite aux différents mouvements. Il faut dire que la prise en main n’est clairement pas difficile cependant on découvre quelques difficultés après le premier niveau qui sont handicapantes.

Le premier problème qui m’a clairement dérangé lorsque j’ai joué sur ma version Xbox One, c’est d’avoir de frames drop ou une chute de FPS qui est dérangeant car on a une impression de manque de fluidité et c’est dommage. Personnellement, je n’ai trouvé aucune solution.

On se rend aussi compte que le jeu est très difficile où on va devoir recommencer plusieurs fois le niveau car lorsque l’on touche l’eau, on perd de la vie et on meurt très rapidement. Lorsque l’on est en bonhomme, on peut-être assez précis dans nos mouvements mais lorsque l’on est en crâne, c’est clairement une autre paire de manches. En effet, la petite boule se dirige rapidement et lorsque l’on doit éviter l’eau qui se trouve partout dans la map, on devine que c’est un vrai parcours du combattant. Mais il faut insister, c’est ce qui fait que Skully est plaisant, il est complexe.

La caméra est extrêmement gênante surtout que lorsque l’on doit s’appliquer à faire des mouvements fluides, il est forcément embêtant de se déplacer sans savoir où on se dirige.

Même les checkpoints ne sont pas disposés de façon équitable ou à égales distances. Ils sont par moment rapprochés et des fois très éloignés, ce qui fait que l’on se retrouve dans des phases trop simples ou très complexes sans avoir réellement de raison.

Skully par contre nous dévoile de très bonnes mécaniques de jeu car en plus de nous dévoiler un personnage qui “évolue” sous différentes formes jouant avec les puits à glaises magiques qui nous permettent de nous transformer. On peut devenir un personnage très costaud en mode golem qui aura la capacité de casser des murs et tuer des ennemis, une autre forme nous permettra de déplacer des éléments.

Quoiqu’il arrive, on a un jeu qui nous pousse à réfléchir, à se diversifier et à manier les différents personnages pour franchir les obstacles.

Un manque de profondeur dans l’histoire

Skully est un jeu d’aventure et d’action dans lequel on incarne Skully, un crâne qui a été ressuscité par une divinité qui doit sauver une île d’une guerre fratricide. On pourra alors se transformer en différentes formes pour parcourir l’île.

Personnellement, j’accorde toujours de l’importance à l’histoire dans un jeu que ce soit dans des jeux vidéo d’aventure, de stratégie ou comme c’est ici le cas dans un style plateforme.

Peu importe alors le studio du jeu que l’on soit sur de l’indé ou un triple AAA, l’histoire est un facteur extrêmement important et j’ai été un poil déçu dans Skully qui avait à mes yeux un potentiel énorme.

On aurait pu se retrouver avec un jeu comme Ori and The Blind Forest parlant de la nature de manière poétique, c’est ce à quoi je m’attendais. Les passages des cinématiques dans un style dessin animé casse un peu la rythmique que propose le jeu et on en attend forcément plus.

Les fleurs que l’on récolte au fur et à mesure du jeu n’ont pas de réelles utilités. On comprend bien que le jeu a de bonnes intentions mais qu’au final, il manque de détails qui rendraient le jeu bien plus immersif, intéressant et plaisant.

Au final, le jeu se termine en moins de 10 heures, j’en aurai espéré le double mais on est sur jeu indé et il faut croiser les doigts pour retrouver les aventures de Skully dans un prochain épisode à l’avenir pour une histoire plus longue et des corrections des défauts constatés dans celui-ci, ce serait une bonne nouvelle.

test de skully
Skully est un bon jeu indépendant, un jeu correct qui mérite d'apporter des mécaniques divers et variés dans le jeu. Cependant, on constate des défauts au niveau de la caméra et le manque d'histoire qui empêche de devenir le jeu d'aventure du mois d'août. Par contre, la difficulté qui est au rendez-vous est très plaisante.
Graphisme
7
Gameplay
6.5
Histoire
6
Durée de vie
6.5
Note des lecteurs0 Note
0
Des mécaniques variées
Un personnage attachant
Une bonne dose de difficulté
De gros problèmes de caméra
Manque de profondeur dans l'histoire
6.5

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Graphisme
Gameplay
Histoire
Durée de vie
Note finale