Test de South Park – Le bâton de la vérité sur Xbox 360

Accueil » Blog Jeux Vidéo : Actu, Test et Bons Plans » Tests & Reviews des Jeux Vidéo » Test de South Park – Le bâton de la vérité sur Xbox 360

Véritable phénomène de la (contre) culture américaine, South Park trône au panthéon des séries animées aux côtés des Simpsons. Depuis plus de dix ans (1997 pour être exact), la série nous relate le quotidien d’une bande de gosses de la ville de South Park dans le Colorado. Stan, Kyle, Cartman et Kenny ne sont pas pour autant le genre d’enfants sages dont rêvent les parents. Dialogues salaces, situations politiquement incorrectes, la série ne s’est jamais privée de taper sur tout le monde, et de préférence à coup de godmiché rose fluo. Dialogues sans filtre (uniquement en VO sous-titrée), vaches zombie nazi et Al Gore insupportable sont au rendez-vous de ce RPG développé par Obsidian et co-écrit par les auteurs de la série eux-mêmes : Trey Parker et Matt Stone. Suffisant pour en faire une expérience recommandable ?

Un scénario hilarant

Tout commence par une belle matinée ensoleillée, une nouvelle famille vient de s’installer dans la petite ville tranquille de South Park. Vous allez incarner le nouveau, un gamin peu loquace qui aura pour première quête de se faire des amis. Les fans de la série vont avoir les yeux qui brillent avec cette adaptation ultra fidèle du dessin animé. C’est bien simple, le rendu est identique entre le jeu et la série. Pas de quoi crier à l’exploit technique pour autant puisque l’original est réalisé en stop motion  (image par image) à partir de morceaux de papiers découpés. On notera juste des temps de chargement un peu trop présents quand on passe d’une maison à l’extérieur. Car, oui, South Park le bâton de la vérité vous permet de réaliser le rêve de tout fan de la série, vous ballader dans les rues de la ville, et pénétrer dans presque toutes les maisons de la carte. Mais pas question de vous laisser gambader sans but dans un univers bac à sable pour autant, puisque l’une des innombrables forces du jeu est son scénario tout simplement hilarant. Enfin, il faut aimer l’humour South Park, vous êtes prévenu.

South Park le bâton de la vérité, n’est pas un jeu de complaisance sous licence attractive. C’est un « vrai » RPG, développé par Obsidian, studio on ne peut plus réputé pour son savoir faire dans le domaine. Mais c’est aussi une parodie des RPG traditionnels, un coup de pied au derrière des bonnes habitudes et enfin un véritable épisode de South Park interactif. Oui, vous avez tout cela dans ce jeu et pour autant, une fois encore il faut sans doute être un joueur de RPG assidu et / ou un fan de South Park pour apprécier toutes les références d’un fan service orchestré façon concert de sales gamins péteurs. Vous allez ainsi très vite être mis dans le bain et dans l’ambiance lorsque le jeu vous demandera de participer avec les enfants de la série à un GN (jeu de rôle Grandeur Nature avec costumes et tout et tout) qui oppose les elfes et les humains pour le contrôle du fameux Bâton de la vérité. On vous demande de choisir votre classe entre Guerrier, Voleur, Mage… et Juif. Le ton est donné, le jeu fait dans l’irrévérence et si vous pensez qu’une invocation en plein combat peut se traduire par un saut de Monsieur Esclave qui s’enfonce soigneusement votre ennemi dans le fondement, alors vous êtes au bon endroit. Dans le cas contraire, vous êtes prévenu ! Et mieux vaut deux fois qu’une, à tel point que la censure frappe même le jeu à plusieurs reprises avec des écrans descriptifs tout aussi ridicules que les scènes qu’ils décrivent.

Le RPG pour les nuls

Difficile en effet de parler du jeu sans aborder son écriture complètement déjantée, sans filtre et volontairement outrancière. Mais pour autant, South Park Le Bâton de la Vérité s’appuie sur un gameplay qui, pour le coup, est très sage. On se lance dans l’aventure via un journal de quête façon smartphone, on gère sa liste d’amis pour obtenir des points de compétences et enfin on accumule les combats au tour par tour comme dans tout bon vieux RPG qui se respecte. Alors que les dialogues et le scénario sont complètement barrés, le jeu est à l’inverse très classique et extrêmement bien rôdé. On accepte des quêtes (complètement débiles), on engrange de l’expérience et on améliore son équipement. À ce sujet le jeu est d’ailleurs assez bizarrement équilibré puisque les objets que l’on vous donne lors des passages importants du scénario pour vous récompenser sont souvent moins puissants que d’autres équipements récupérés en réalisant des quêtes annexes. Bon, cela reste clairement un détail car dans les faits le jeu est d’une simplicité presque enfantine. Pas question de laisser vos enfants y jouer non plus, n’oubliez pas que ça reste South Park. Du coup, on meurt rarement et on profite encore mieux de l’histoire vraiment hilarante. Je l’ai déjà dit ? Oui, mais c’est vraiment hilarant, même si vous ne connaissez pas beaucoup la série.

Outre un parcours presque flêché dans les rues de South Park pour progresser dans l’aventure principale, le jeu vous proposera des quêtes annexes tout aussi inspirées et pas mal de combats au tour par tour. Tout au long de son périple, notre héros (dont je vous laisse découvrir le patronyme), pourra être accompagné d’un ami. Si l’on regrette de ne pas avoir toute une équipe à ses côtés, on peut malgré tout, durant les combats, changer de copain pour profiter des talents de chacun. À son tour, on peut réaliser deux actions à condition de débuter par l’utilisation d’un équipement. Ici, les potions de mana sont des sodas et la résurrection s’obtient en mangeant un burrito. On peut ensuite effectuer une attaque avec son arme de corps à corps (une épée en bois, un godmiché alien ou encore une matraque de nibards) ou à distance (frisbee, batarang plastique), chaque arme pouvant être améliorée pour infliger des effets néfastes supplémentaires. Enfin, et surtout, on peut réaliser une attaque magique à base de pet particulièrement inflammable. Restent enfin les compétences spéciales de chaque héros qui rendent les combats très simples. Vous aurez rarement besoin d’optimiser vos attaques avec des potions de célérité puisque votre puissance réside avant tout dans vos attaques spéciales. Des attaques qui sont toujours disponibles au début de chaque combat. On passe du lattage de couilles en règle à la charge de licorne pour finalement utiliser le Professeur Chaos qui viendra à bout de presque tous les ennemis. On est presque frustré de ne pas devoir se creuser un peu plus les méninges puisque les bases du jeu sont excellentes et que la variété des équipements et des compétences accorde aux plus curieux une vraie profondeur de jeu. Mais visiblement le parti pris est volontairement parodique et le jeu s’amuse et se moque des canons du genre. L’objectif est de faire profiter à tous les joueurs de l’univers de South Park, quêtes, énigmes et exploration arrivant comme autant de prétextes pour se marrer devant son écran. Et rien que pour ça, le jeu remplit largement sa mission et plus encore.

Partager ce post
Articles Similaires
0
0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Thanks for submitting your comment!