Test de Spider-Man Dimensions sur PS3

Lundi dernier, même si je ne vous l’ai pas forcément dit, j’ai reçu de la part d’Activision le jeu Spider-Man : Dimensions sur PS3. Etant en route pour mon dernier trophée dans Wolverine pour l’obtention du Platine, j’ai décidé de laisser le petit Logan sur le côté pour aller rapidement tâter du Peter Parker, alias Spider-man.

En jetant un coup d’œil rapide aux différents trophées de Spider-Man Dimensions, j’ai décidé de commencer directement le jeu en difficile, d’où la livraison de mon test un peu tard…

Allez, il est grand temps que je vous parle de Spider-Man : Dimensions et que je vous en livre mon avis.

Scénario :

Souhaitant régner sur le monde entier, Mysterio s’empare d’une étrange tablette, qui procure à son possesseur un immense pouvoir et lui permet ainsi de devenir quasi invisible.
Spider-Man voulant l’en empêcher, brise au dernier instant la tablette en plusieurs morceaux, qui viennent se disperser au travers de 4 dimensions. Qui dit 4 dimensions, dis 4 Spider-Man : Amazing Spiderman, Ultimate Spiderman, Spiderman noir (1930) et Spiderman 2099. Chaque Spider-man devra donc récupérer les différents morceaux de la tablette qui lui sont propres. Cependant, chaque morceau est détenu par un super-vilain

Réalisation et jouabilité :

Après un rapide didacticiel, où vous apprenez les mouvements de base et les spécificités de chaque Spider-man, vous allez pouvoir tâter du super vilain. Hormis le didacticiel, le jeu est composé de 13 niveaux. Les 12 premiers niveaux sont consacrés à la récupération des différents morceaux de la tablette. Ceux-ci sont réparties en 3 chapitres de 4 niveaux (un niveau par type de Spider-man). Une fois un chapitre débloqué, vous pouvez commencer par le niveau que vous souhaitez. Il y a donc un super-vilain à affronter par chapitre.
Le dernier niveau est donc, vous l’aurez surement déjà compris, le combat final contre Mysterio. Ce combat final comporte 4 phases, une par Spider-man.
Donc si je récapitule, nos différents Spider-man devront venir à bout au final de 13 super-vilains, ce qui fait une bonne dose de super méchant tout ça ;-) .

Intéressons nous un peu plus aux différents Spider-man. Je vais vous les présenter rapidement selon l’ordre logique des niveaux :

Amazing Spider-man
Ce Spider-man est celui qu’on connait tous, le Spider-man avec son costume rouge et bleu ;-) . Amazing Spiderman est considéré dans l’univers des comics comme étant le comics central de tous les Spider-Man. Dans les niveaux qui lui sont associés, il vous faudra maitriser l’art de la toile, notamment en réalisant les différents coups possibles avec celle-ci, pour venir à bout des ennemis. Amazing Spider-man est incarné par Peter Parker. Le niveau concernant Amazing Spider-man possède des graphismes en 3D cell shading de base. Les niveaux sont beaux et bien détaillés.

Spider-man noir
L’univers de ce Spider-man se déroule durant les années 1930. Dans cette version de Spider-man, l’oncle Ben de Peter Parker a été tué par un syndicat du crime organisé dirigé par Osborn. Dans Spider-man Dimensions, les niveaux le concernant correspondent à des niveaux d’infiltration où il faudra prendre un soin particulier à ne pas vous faire répérer et à neutraliser vos ennemis de la manière la plus subtile possible, comme dans Batman Arkham Asylum (Batman AA). Spider-Man noir est incarnée par Peter Parker. L’action se déroulant dans les années 1930, l’univers des niveaux de ce spider-man est plus sombre, quasiment mono chome. Il vous faudra donc profiter des différentes zones d’ombres pour éviter de vous faire repérer. Ici, on a perdu l’effet cell shading du premier pour n’en garder qu’un très fin contour mais surtout revenir doucement plus sur de la 3D pur et simple, avec des niveaux très détaillés. Les niveaux proposés pour Spider-man noir ont été, pour la plupart, ceux qui m’ont le plus bluffés.

Spider-man 2099
Autant le dire de suite, c’est le seul Spider-man qui n’est pas incarné par Peter Parker mais par Miguel O’Hara. Spider-Man 2009 est comme vous l’aurez compris le Spider-Man du futur. Dans Spider-man Dimensions, celui-ci peut ralentir le temps (gâchette L1) et ainsi éviter missile et tir mais également gérer un plus grand nombre d’ennemis. Les graphismes proposés par les différents niveaux de Spider-Man 2099 sont en pur 3D, sans contour en cell shading. L’univers futuriste est tout de même le plus réaliste. Chaque niveau est extrêmement bien détaillé, notamment dans la qualité des différentes textures. Chaque niveau est également très coloré, peut-être à cause des nombreux néons du futur ;-) .

Ultimate Spider-man
C’est la version modernisé du Spider-Man que l’on connait. Dans Spider-man Dimensions, vous pourrez activer son mode Fury grâce à la gâchette L1 et ainsi dévaster très rapidement vos ennemis en déversant votre rage sur eux. Ultimate Spider-Man est incarné par Peter Parker. Au niveau graphisme, on repart ici sur de la 3D cell shading. Les niveaux sont toujours aussi colorés, avec certaines couleurs à la limite de la saturation et font plus comics.

Vous l’aurez donc compris, chaque Spider-man dispose de son propre gameplay.

Pour l’ensemble des Spider-man, il est possible d’activer la vision araignée. Cela vous permet de mieux voir les différents ennemis, les bonus araignées dispersés dans les niveaux, les structures qui vous seront utilisés mais également les araignées cachées. D’ailleurs, c’est l’un des points communs avec le jeu Wolverine, l’autre étant une bonne partie des enchainements, jeu Marvel oblige ;-) .

A chaque début de niveau, nous avons le droit à une belle vidéo de présentation du boss concerné. Je peux dire que cela met vraiment en condition et vous fait dire une phrase qui ressemble à peu près à ça « ahhh ! toi t’as bon » ^^. D’ailleurs, en parlant de cela, chaque cinématique du jeu est splendide et vous laisse dès la première bouche-bée.

Une autre chose qui m’a également plus dans Spider-Man Dimensions, c’est les références et informations apportées sur l’univers de Spider-Man durant les temps de chargement. Il vous est d’ailleurs possible d’en lire un maximum en appuyant sur X pour passer à la suivante.

Votre parcours dans chaque niveau est assez guidé, voire linéaire. Le niveau qui m’a semblé être le plus libre est quand même celui de Deadpool.

Tout au long du jeu et pour chaque niveau, vous aurez des défis à réaliser. Ceux-ci vous permettront de débloquer des améliorations pour Spider-Man que ce soit au niveau du personnage en lui-même ou alors au niveau de ses facultés au combat. Cependant, pour les acquérir, il ne faudra pas seulement les débloquer, mais avant tout les acheter ;-)

Cependant, Spider-man Dimensions n’est pas exempt de bugs, parfois désagréables. Voici une petite liste de ceux que j’ai rencontrés :

Freeze du jeu en pleins enchainements
Mode ralenti après une explosion, qui a duré une bonne minute. (même niveau refait plusieurs fois et le bug ne s’est jamais reproduit)
Disparition de Spider-man en dessous du sol en plein combat contre Carnage.
Disparition de Carnage en dessous du sol dans l’affrontement final.
Affolement de la caméra. Seule solution : revenir au dernier checkpoint.

Bref, comme vous pourrez le voir j’ai eu mon lot de bugs, mais ceux-ci m’ont pas gâché le plaisir que j’ai eu à y jouer.

Durant tout le jeu, nous pouvons avoir le droit à plusieurs vannes de Spider-Man, qui on peut le dire à le sens de la répartie. Même quand vous mettez le jeu en pause, celui-ci vous fait une petite réflexion. Au finale une bonne dose d’humour, même si dans certaines scènes, les phrases sont assez répétitives. D’ailleurs, voici au passage une petit blague entendue dans le jeu : Qu’est ce qui est vert et qui pousse ? Hulk quand il est constipé !… Oui j’avoue j’ai bien loler quand je l’ai entendu ;-) .

A noter également quelques petits clins d’œil à d’autres héros Marvel comme The Avengers ou Hulk, mais également à un comics dérivé de Spider-Man, Spider-cochon (Spider-Ham) incarné par un Peter Porker ;-) .

Trophées PSN :

Le plus compliqué ici, sera d’obtenir sur 12 niveaux la meilleure note (platine), accessible simplement en difficile, mais également terminer un niveau de Spider-Man noir sans se faire repérer.

Durée de vie :

Facilement traçable en facile et en normal, il conviendra pour ceux qui ont davantage l’habitude de jouer, de commencer le jeu directement en difficile, notamment pour avoir un peu plus de challenge.
Il m’aura fallut environ 14h pour finir Spider-Man en difficile, en passant quand même assez de temps sur Mysterio…

Conclusion :

Spider-man Dimensions se positionne, tout comme pour un certain Batman AA, comme étant un jeu de référence pour les adaptations de comics. Malgré les différents bugs, on ressent vraiment du plaisir à y jouer. Au fur-et-à-mesure des niveaux, on ne souhaite qu’une chose : découvrir les nouveaux super-vilains qui nous attendent. Le soin apporté aux différents détails montre qu’Activision a souhaité nous faire découvrir l’univers de Spider-man au maximum et par la même occasion, initier les plus néophytes.