Test de Sports Island 3 sur Wii

Après avoir passé un bon moment sur Sports Island 3 sur Nintendo Wii (envoyé par Konami, merci encore à eux !), je vous propose enfin mon test !

Je n’ai pas joué aux précédents opus de Sports Island, je ne peux donc pas comparer Sports Island 3 avec les 2 premiers. Mais je suppose que ce jeu ne représente pas de grande évolution par rapport aux précédents opus : juste de nouvelles activités sportives.

Dix activités sportives sont proposées, avec certaines plus intéressantes et originales que d’autres. Au programme, il y a le plongeon, le kayak, l’escrime, la crosse, la scie, le racquetball, le half-pipe, le slalom, le volleyball et le pilotage aérien.

Jeux Sports Island 3 Wii

Réalisation :

Les joueurs sont plutôt sympas et ils ont tous une tête et des tenues différentes. Il est possible de customiser sa propre équipe (nom, couleur, emblème et modification des personnages : paramètres, traits généraux, cheveux, yeux, sourcils, nez). Ce qui peut être assez sympa, mais plutôt long à mettre en place.

L’environnement des différentes épreuves est très simpliste et minimaliste. Les supporters sont plutôt moches et n’ont qu’un rond à la place de la tête ; plus de détails auraient été les bienvenues…
Même si certains décors sont plutôt bien réalisés (comme les arbres au bord de la piste de ski, les montagnes ou abords de piscine), la plupart des arrières plans sont bâclés et pixélisés (comme les stands ou les gradins).

Modes de jeu :

En solo, il y a différents mode de jeu : match libre, tournoi (basé sur le sport de son choix ; 3 matchs gagnés : tournoi remporté), ligue (championnat où l’on pratique les 10 sports) ou défi (mini-jeux sur le thème de chacun des sports, qui se débloquent lorsque l’on gagne un tournoi).

Sports Island 3 peut également se jouer à plusieurs (jusqu’à 4). Et je pense que le mode multi-joueurs représente tout l’intérêt de ce jeu. Avec la connexion wifi de sa console Il est d’ailleurs possible de jouer en ligne, contre des joueurs du monde entier.
Vous pouvez alors jouer en coopération ou choisir de s’affronter, en match libre, match VS ou en tournoi.

Pour les matchs libres, après avoir choisi son sport et son équipe, il est possible de définir de nombreux paramètres : niveau de l’IA, et selon les sports, la difficulté du parcours, le nombre de set, de manches, le temps…
Au départ, on commence à jouer avec le niveau débutant ou amateur. Puis, plus on gagne des épreuves, plus on gagne des points de compétence. Ce qui permet de level up et de passer semi-professionnel, mineur, supérieur… Par contre, si on perd des matchs, on perd ses points de compétence dans le sport concerné, et donc, on peut redescendre de niveau.

Jouabilité :

Lorsque l’on joue pour la première fois à Sports Island 3, des didacticiels s’activent et on peut choisir ou non de suivre les entrainements. Cependant, ces explications sont assez longues, voire confuses pour certaines… Et plusieurs jeux sont assez difficiles à comprendre et à manipuler.
Je trouve que l’on passe trop de temps à comprendre et retenir les contrôles, ce qui peut être gênant lorsque l’on joue en groupe notamment…

Quelques commandes sont plutôt intuitives, mais cela dépend des jeux. Par exemple, pour le canoë, on fait comme si on avait une pagaye dans les mains et pour le bucheron on scie d’avant en arrière (alors que sur l’écran, les joueurs vont de gauche à droite : ce qui est dommage, voire déstabilisant…)

Le point négatif du jeu est la maniabilité beaucoup trop aléatoire et le manque de précision. En effet, la manette est parfois trop réactive (pour le slalom géant ou l’avion notamment) ou pas assez (mauvais timing pour le volley). A noter également que la manette ne sait pas faire la différence entre certains mouvements, comme un smash à gauche ou à droite au volley…

La détection des mouvements n’est pas toujours très correcte et avec Sports Island 3, nous avons affaire à un grand manque de précision. Ce qui est assez frustrant et dommage pour ce genre de jeu…
Ce qui fait que même si certaines épreuves sont sympas, elles s’avèrent plutôt difficile à maitriser correctement.

J’ai également trouvé que le jeu souffre d’un grand manque de convivialité. Sur les 10 jeux proposés, seulement la moitié peut se jouer à deux simultanément (crosse, squash, volley, escrime et le sciage de tronc).
Je n’ai pas testé le mode multi-joueurs en ligne, mais je ne pense pas qu’il doit être bien différent…

Wii motion plus :

Nous l’avons vu, la jouabilité est trop imprécise et les contrôles sont peu réactifs, et ce, même avec le Wii Motion Plus.

Apparemment, la compatibilité Wii Motion Plus permet d’étoffer un peu plus les commandes : le contrôle des déplacements ou plus de précédions. Mais pour avoir testé le jeu avec et sans Wii Motion Plus, je peux dire que je n’ai pas vu de grande différence…

Je regrette donc que le Wii Motion Plus n’offre pas davantage de précision, ce qui permettrait de compenser le manque de réactivité des contrôles…

Durée de vie :

Plus on joue à Sports Island 3, plus on peut débloquer de niveaux et de possibilités de jeu.
Pour le mode match libre, on peut choisir le niveau de l’IA. En mode ligue et tournoi, on passe du local, au national pour arriver au niveau mondial.

En mode défi, le jeu propose également des mini-jeux en rapport avec la discipline concernée. Par exemple, si vous avez remporté un tournoi en plongeon, les mini-jeux débloqués vous demandent de réaliser le plus de rotations lors d’un plongeon.

Ces différents modes, niveaux et mini-jeux permettent de développer un peu la durée de vie du jeu. Car, même si on n’a pas tout débloqué, en quelques heures on a vite fait le tour.
De plus, certains sports sont assez redondants et on en revient toujours aux mêmes actions. C’est par exemple le cas pour les matchs de volley, les figues à faire au half-pipe, ou au plongeon.

Bande son :

La musique un peu techno nous accompagne partout : aussi bien dans les menus, que pendant les épreuves. Ce qui est assez lassant, voire un peu chiant au bout d’un moment.
Les bruitages et autres effets sonores sont corrects, mais très simplistes.

Conclusion :

Même s’il y a pas mal de choses paramétrables, seulement la moitié des épreuves m’a plu. Et je reste assez déçue par rapport à certaines épreuves, comme le kayak ou le pilotage aérien, qui sont vite prises de tête, car on dévie très facilement de sa trajectoire au moindre faux mouvement.
A part pour la crosse, les déplacements sont assez limités et automatisés (comme pour le squash ou le volley). La plupart du temps, il suffit de secouer la Wiimote au bon moment pour jouer.

La possibilité de jouer en ligne attirera dans doute de nombreux joueurs, mais je ne le conseille pas aux plus confirmés. Ou alors, pour une soirée entre amis ou une après-midi en famille. Il n’y a pas besoin de beaucoup réfléchir pour jouer : il suffit de comprendre les commandes et d’avoir un bon timing.