Test de Super Smash Bros. for 3DS sur Nintendo 3DS

Même si certains se réservent pour la version WiiU, ce premier épisode portable de Smash Bros. était attendu comme le Messie. La série avait tout d’abord cartonné sur N64 avant de ravir les coeurs des pro-gamers avec Melee. Elle s’est ensuite « casualisée » sur Wii avec Super Smash Bros. Brawl qui proposait un roster exeptionnel ainsi que l’Émissaire Subspatial, le fameux mode aventure scénarisé, cela dit, compte tenu de la popularité de la série je ne vous apprends sans doute rien. Mais voilà qu’une nouvelle inconnue rentre dans l’équation : la monture Super Smash Bros. for 3DS ne serait-elle qu’une grosse démo ? Une mise en bouche vendue à prix d’or aux pauvres fans-boys trop impatients ? Pas si sûr…

Le B.A.-BA

Les bases, les enfants ! Les bases !
Comme la plupart d’entre vous n’ont certainement pas attendu la parution de ce test pour se ruer sur le jeu ou au moins sa démo jouable, faisons un petit rappel pour les quelques retardataires.
Smash est un jeu de combat dans lequel le but ne sera pas de grignoter la barre de vie de votre/vos adversaire(s) jusqu’à ce que KO s’en suive mais de le faire sortir de la surface de jeu (l’écran). Pour cela tous les moyens sont bons : les coups normaux (A ou direction+A) feront rapidement grimper le % de dégât de vos ennemies, les rendant alors plus faciles à éjecter. Une fois cela fait, un « smash » chargé bien placé devrait aider vos compagnons de jeu à prendre leur envol. À cela s’ajoute un total de 4 coups spéciaux par perso (B, haut+B, bas+B, côté+B) qui sont là pour vous permettre de faire face à d’avantage de situation : boule de feu ou blaster pour le combat à distance, contre-attaque, protection qui renvoie les projectiles, etc. À noter que chaque personnage possède au moins un coup spécial (généralement le « haut+B ») permettant de prendre une trajectoire ascendante (uppercut pour Mario et Luigi, attaque en vrille pour Samus…) et ainsi de revenir sur l’aire de jeu même en cas de coup dur.
Enfin, la gâchette permet de faire apparaitre un bouclier vous rendant totalement invincible pendant quelques secondes. Attention tout de même aux choppes (bouclier+A) !
À cela rajoutez les nombreux items aléatoires (du sabre laser en passant par la pokeball) ainsi que les aléas des différents niveaux…piégés… et vous obtenez là un concentré de fun jouable jusqu’a 4, à la fois très accessible grâce à son gameplay à 3 boutons mais incroyablement technique pour peu qu’on creuse un peu.

Visages connus

Le point le plus controversé, l’élément qui secoue toute la communauté à chaque épisode est bien entendu la question du « roster ». Si l’on peut regretter la disparition de certaines têtes connues (Ice Climbers, Snake), on arrive tout de même à un total de 36 persos jouables auxquels viendront se rajouter 13 persos déblocables pour un total ahurissant de 49 héros. Certains personnages déjà existants ont subi de lourdes modifications, c’est le cas de Samus/Samus sans Armure et Zelda/Sheik qui sont maintenant considérées comme des persos à part entière. De même adieu le dresseur Pokemon et son trio de créatures dont seul Dracaufeu réchappe grâce à sa popularité (en témoignent ses versions Méga X/Y). Cette version signe également le grand retour des « clones » de Melee. Comprenez par là des personnages sensiblement identiques à un perso déjà existant (mêmes coups spéciaux), mais aux propriétés légèrement différentes (Mario/Dr Mario, Fox/Falco etc).
Pour ce qui est des nouveaux personnages, certains d’entre eux rentrent dans la catégorie précédemment citée (Lucina <3), mais la grande majorité propose un gameplay complètement inédit (Little Mac, Harmonie, Robin, Bowser Jr…) et complexe plutôt destiné aux vieux de la vieille. On remarque que la Tier List (classement subjectif des meilleurs persos du jeu) a été complètement chamboulée avec cet épisode. L’équipe Star Fox a perdu de sa superbe tandis que Bowser, dorénavant plus rapide, s’est vu propulsé au sommet. Olimar a subi un nerf phénoménal et le trio « Hyrule », malgré les changements apportés, reste bon dernier (du point de vue des pros). Seul Sheik en réchappe sublimement.
Enfin, nous arrivons aux « guests ». Sonic reste de la partie, mais l’adieu à Snake était prévisible. Il se voit ici remplacé par Megaman et Pacman, figures emblématiques de Capcom et Namco dans les années 80/90. Plus que de simples clins d’oeil symphatique, les mascottes s’inscrivent fièrement dans la liste des « gameplay originaux » qui valent le détour. Pacman se révèle redoutablement efficace tandis que Megaman, de par ses moves atypiques (tir de buster en A ?!), demandera un certain temps d’adaptation pour être joué efficacement.
Même s’il est impossible de satisfaire tous les trolls du net (non, toujours pas de Son Goku, ni de Rayman, ni de Cloud…) Nintendo nous offre ici un casting alliant la qualité (du gameplay) à la quantité, honorant ainsi ses engagements envers ses fans.

Trop de contenu !!!

Première chose que l’on remarque en lançant le soft : la refonte totale du menu principal du jeu. Là où l’on s’attendrait à voir le mode « classique » pour un joueur en haut de page directement suivit par le multi et enfin les options, nous découvrons un onglet gigantesque MULTI au coude à coude avec le mode en ligne et l’Aventure Smash (kesako?). C’est finalement en farfouillant dans les sous-menus qu’on finit par trouver les modes solo et enfin, le « classique ». La première partie n’est pas encore lancée, mais la politique de Nintendo nous apparait déjà clairement : le solo, c’est rigolo, mais c’est bien dans le multi que réside tout l’intérêt du jeu.
Mais ayons l’esprit de contradiction et obstinons-nous un peu dans ces sous-menus dédiés au solo. On y découvre le mode « classique » de toute beauté au système de difficulté basé sur le pari (Kid Icarus est passé par là…), enchainement logique de combats aux règles variés (1vs3, 3vsGéant, 1vsHorde…) qui nous mèneront au boss final, Master Hand (à moins que…). Le « All Stars » reste de la partie, mais n’est cette fois-ci plus à débloquer.
Les ambitions du « stadium » ont aussi été revues à la hausse. On retrouve notre bien aimé sac de sable à envoyer le plus loin possible, le 1vs100, le survival contre des adversaires (Mii!) surpuissants, mais aussi quelques petits nouveaux comme ce mode qui rappelle un certain Angry Birds
Plus que les nouveaux personnages (qui n’étaient déjà plus si nouveaux après la campagne marketing…), c’est finalement cette avalanche de modes de jeu et les nouvelles arènes qui m’auront le plus surpris.

Super Smash RPG

Mais la véritable grosse nouveauté de cet épisode reste sans nul doute l‘Aventure Smash. Loin d’un mode scénarisé façon « Emissaire Subspatial« , l’Aventure Smash est un mode de jeu inédit à la version 3DS se déroulant en 2 phases distinctes.
Dans un premier temps, il vous sera donné de déambuler librement dans un niveau rempli de créatures issues de différents univers Nintendo (et de l’Emissaire Subspatial de Brawl). Chaque méchant vaincu laissera alors derrière lui un certain nombre de bonus servant à booster les caractéristiques de votre perso (force, coups spéciaux, vitesse, saut, défense, objet). Il faudra donc gonfler son perso à bloc en l’espace de cinq minutes afin d’optimiser vos chances de victoire lors du combat (ou épreuve…) qui conclura votre escapade. À vous donc d’apprendre par coeur l’architecture de ces dédales et de parfaire votre « farming » au gré des parties tout en faisant face aux combats aléatoires et en trouvant les divers mini-games.
Si l’idée est originale et bien fun, subsiste un léger problême : 5min de farming contre des CPU suivit d’un combat de 2min… voilà qui n’est guère équilibré.

Ce qui sauve l’Aventure Smash des abysses de l’oubli c’est bien son système RPGesque :
Variante du (très mauvais) système de stickers de Brawl, Smash 3DS vous propose d’équiper vos personnages (et vos Mii) afin de les personnaliser. La customisation se fait à plusieurs niveaux.

– Chacun des quatre coups spéciaux de vos personnages existe à présent en trois versions différentes (déblocables). Un contre pourra alors devenir plus simple à placer, mais moins efficace ou une boule de feu plus lente mais bien plus redoutable…
– Vient ensuite l’équipement qui influe directement sur votre attaque/défense/vitesse. À noter que les équipements augmentent généralement une caractéristique au détriment d’une autre…
– Les accessoires sont des bonus spécifiques qui sont là pour vous faciliter la vie dans les dédales de l’Aventure Smash.
– Enfin les combattants Mii (Fighter/Tireur/Epeiste) peuvent revêtir tout un panel de tenues (à débloquer) ainsi que des chapeaux. Bien que cet élément de customisation soit strictement d’ordre esthétique, il reste très appréciable.

Autant dire que les trophées sont loin d’être votre seul souci à présent !

Vrai Smash ou petit lob ?

Vous l’aurez compris, Smash 3DS n’est pas une simple mise en bouche, mais un mastodonte du jeu multi qui arrive sur console portable. Tout a été fait pour faire plaisir aux joueurs et ça se sent. Les surprises sont nombreuses, que ce soit dans la sélection d’items, les trophées d’aide ou encore le gameplay de certains persos pourtant connus (Kirby et Luigi, entre autres, se voient gratifiés d’un nouveau Final Smash).
Le jeu n’a pas simplement été pensé pour le multi et bien que l’on regrette la disparition d’un véritable mode « aventure » digne de ce nom, la quête du 100% s’annonce longue et fastidieuse.
Le rééquilibrage du gameplay (à mi-chemin entre la frénésie de Melee et la lourdeur de Brawl) devrait aussi satisfaire le plus grand nombre tout en évitant les abus : impossible de faire des mini-sauts/esquives comme dans l’épisode GC, mais au moins nos persos ne trébuchent plus au moindre dash (les joies de Brawl…).
Pas mal de bonnes idées également du côté du level design bien plus jouissives que handicapantes comme un sublime monde Game Boy ou encore le niveau sorti tout droit de Mario 3D Land, tous deux en scrolling.
Si pour ma part la « magie » Smash commence à s’atténuer (quinze ans qu’on nous ressert le même gameplay…) les qualités de cet épisode sont tout simplement indéniables ! À acheter les yeux fermés.

En résumé !

Test de Super Smash Bros. for 3DS sur Nintendo 3DS

Même si certains se réservent pour la version WiiU, ce premier épisode portable de Smash Bros. était attendu comme le Messie. La série avait tout d'abord cartonné sur N64 avant de ravir les coeurs des pro-gamers avec Melee. Elle s'est ensuite "casualisée" sur Wii avec Brawl qui...
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!