Test de The Conduit

Note des lecteurs0 Note
0
7.2

« Il n’y a pas assez de jeux gamers sur Wii ». Cette plainte que l’on entend ou lit régulièrement est effectivement très vraie, mais tend à  devenir fausse. Entre deux mini-jeux insipides, la machine de Nintendo offre parfois un Madworld ou un House of the dead Overkill sévèrement burnés. Deux titres estampillés Sega, n’ayant malheureusement pas connu le succès mérité. Mais qu’importe, la firme du hérisson continue son chemin de croix et se lance cette fois-ci dans le FPS pur et dur.

Test The Conduit

The Conduit recycle en effet de nombreuses idées aperçues ces dernières années dans les titres du genre. Si l’on voulait être mauvaise langue, on affirmerait que les développeurs ont tenté de copier les recettes à  succès que sont Halo, Half Life ou encore Golden Eye. Bref, amateurs de FPS, The Conduit ne risque pas de vous dépayser.

Passons rapidement sur le scénario, digne d’un nanar diffusé le samedi après-midi sur une chaîne de la TNT : vous êtes un agent envoyé par une organisation gouvernementale pour arrêter un terroriste. Théorie du complot oblige, votre mystérieux employeur se sert en fait de vous pour préparer une invasion extra-terrestre aux états-Unis. Vous aurez même le droit de visiter la Maison-Blanche pour sauver ce cher président. Bref, on est clairement dans le grand n’importe quoi, mais ce n’est pas forcément un mal. The Conduit ne se prend, de toute façon, pas vraiment au sérieux et cette histoire abracadabrantesque sert surtout à  introduire un univers et un gameplay, certes classique, mais efficace.

Bad Dude vs Alien Ninjas

Vendu comme « le FPS ultime sur Wii », le titre de High Voltage Software peut se targuer d’offrir une maniabilité quasiment irréprochable. Presque tous les aspects de la prise en main sont paramétrables et permettent ainsi d’obtenir une précision jamais vue dans un FPS sur ce support. Malgré une fluidité parfois limite et un nombre d’images par seconde bloqué à  30, on garde toujours le dessus sur l’action, pourtant omniprésente. Les contrôles sont bien pensés et l’on accède à  la plupart des fonctions de manière naturelle : tir avec le bouton Z, saut avec le bouton A, zoom en utilisant la flèche bas de la croix directionnelle… Bref, les développeurs peuvent être fiers du boulot effectué sur ce point.  

En revanche, cette prise main efficace reste au service d’un fond extrêmement classique. La campagne solo donne en effet dans le « déjà  joué » à  outrance et se dote d’un level design pas franchement novateur. Chacune des missions du jeu suit le schéma « couloirs, grande salle, ennemis à  outrance, etc. » et ce n’est pas l’IA de ses derniers qui suscitera l’enthousiasme du joueur. Cependant, le titre tire son épingle du jeu par son arsenal, varié et original. Trois types d’armes sont proposés : classiques (pistolet, fusil à  pompe, etc.), futuristes (laser, railgun) et extra-terrestres (canon à  insecte repompé sur Half-Life). Autant de façons de varier les plaisirs d’une tuerie de masse, tant les adversaires sont nombreux. Là  encore, High Voltage Software donne dans la variété, puisque nos cibles vont de l’agent Smith lambda au soldat tout droit sorti de F.E.A.R., en passant par des créatures insectoïdes échappées d’Half Life 2 ou de Halo. Vous avez dit « influence » ?

Ennemis dans The Conduit

Au final, cette campagne solo ressemble à  un melting pot d’éléments déjà  vus, mais pas nécessairement rebutants. Certes, le design global du titre manque cruellement de personnalité, mais les possesseurs de Wii seront bien contents de parcourir une aventure musclée. D’autant plus que quelques phases de recherches sympathiques permettent régulièrement de souffler. équipé de « l’Œil », une sorte d’artefact sphérique à  tout faire, notre héros utilise cet outil pour progresser dans les niveaux. Régulièrement, quelques portes scellées vous obligent à  scanner les murs pour détecter des serrures invisibles à  déverrouiller au moyen ce fameux « Œil ». Cela apporte une variété bienvenue à  la progression et permet de respirer entre deux gunfight furieux.

Du multijoueur à  l’ancienne

Arrivé au bout de la courte campagne solo (comptez sept heures en moyenne), le joueur avide de Frag peut prolonger le plaisir, grâce à  un mode multijoueurs bien pensé. Seule vraie déception : l’absence de jeu à  plusieurs en écran partagé. Retrouver les bonnes vieilles sensations d’un Golden Eye à  quatre sur la même TV aurait été une aubaine, qui ne nous sera pas offerte cette fois-ci.

Phase de tir

Il faut donc se contenter d’affrontements online, sur  une petite dizaine de cartes à  l’agencement classique, mais efficace : infirmerie, laboratoire secret, rues en ruine… Totalement bourrins et décomplexés, les matchs en ligne rappellent la bonne époque de la Nintendo 64 et de son Perfect Dark ou, encore une fois, Golden Eye. Pas de grosses originalités cependant du côté des modes de jeux, puisque l’on retrouve les classiques deathmatch, team deathmatch, capture du drapeau, ainsi que quelques variantes comme le rugbOeil, vous demandant de vous emparer de la sphère le plus longtemps possible, sans pouvoir riposter.

Doté d’une interface impeccable et étonnement stable, le mode multijoueur de The Conduit constitue donc un véritable atout. Bien plus qu’un « bonus » à  la campagne solo, il se pose réellement comme un second pan indispensable au plaisir de jeu et devrait convaincre les joueurs hésitants.

The Conduit est une excellente surprise et peut-être même l'un des meilleurs jeux de tir sur la Wii. Forcément des choses sont à améliorées mais la prise en main est bonne et bien pensée.
Graphisme
8.5
Scénario
5
Jouabilité
7.5
Durée de vie
7
Bande-Son
8
Note des lecteurs0 Note
0
De très bons graphismes plaisant surtout pour un jeu Wii
Une jouabilité pensée et ajustés pour le joueur
De bonnes sensations
Une durée de vie limitée
Un scénario simpliste
7.2
The Conduit

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *