Test de The Falconeer : un monde majestueux s’ouvre à nous

Aujourd’hui, on parle d’un jeu qui m’a clairement surpris pour plusieurs raisons. The Falconeer a été dévoilé durant la Gamescom 2019, il est développé par Tomas Sala, un game artist et designer qui est connu pour avoir conçu le mod “Moonpath to Elsweyr” pour l’excellent et magnifique Skyrim. Le jeu est sorti le 10 novembre prochain sur PC, Xbox One et Xbox Series X | S. Et honnêtement, on a de quoi être surpris pour un petit jeu indépendant qui a été fait par une seule personne. On est donc parti pour parler du test.

Test The Falconeer

Un très beau scénario

Le jeu The Falconeer vient s’établir dans un univers fictif englouti par les eaux appelé l’Ursée, un lieu qui regorge de mystères que l’on est invité à découvrir tout au long de notre épopée. C’est un lieu conflictuel aussi avec différentes intrigues politiques que l’on va devoir découvrir en identifiant les différentes factions : Imperium, Ordre Mancien, Communauté de libre commerce de Sancir, temples anciens, navires pirates, dirigeables militaires. On ne peut qu’apprécier la richesse qui a été apporté au jeu afin qu’il est une réelle profondeur dans la trame historique.

Combat aérien

D’ailleurs, au niveau de l’histoire, on va devoir donc découvrir les causes et les conséquences qui en résultent de ces conflits entre ces factions via des missions assez variées que l’on va devoir accomplir. L’histoire est ainsi divisée en chapitre où on rejoint un camp en choisissant notre apparence ainsi que sa classe parmi celle qui sont proposées. On a donc la possibilité de jouer un fauconnier, un corsaire ou un patrouilleur. Bien évidemment ce choix aura forcément une incidence sur les stats de notre faucon et intégre donc un peu de stratégie à cela.

On se retrouve donc avec une histoire bien cousu de la part du développeur qui a clairement travaillé dessus. Par contre, un peu se perdre un peu dans la temporalité par manque d’indications et cela devient alors confus. C’est un peu dommage mais pas très grave. Dernier à noter concernant le scénario, c’est le manque de personnages qui auraient enrichis l’histoire.

Planer avec faucon

Un gameplay qui fait planer

Concernant le gameplay, il n’y a pas de critique à faire au sujet de la prise en main qui est excellent à la manette. On va pouvoir s’orienter en altitude assez facilement en montant et descendant grâce au joystick gauche de la manette. On pourra aussi ralentir la candence avec la gâchette gauche, accélerer et même faire un looping aérien avec L1. On va pouvoir aussi attraper un objet avec R1. De plus, les phases de combats sont aussi facilement jouable grâce à une touche permettant de verrouiller un ennemi et de tirer grâce à R2. Cela va même plus loin puisque l’on pourra même cibler des points faibles grâce à la croix. Vous l’aurez compris les touches sont intuitives et permettent un contrôle assez complet de notre faucon de guerre, on peut même demander du soutien à nos alliés grâce à la croix directionnelle.

Tout n’est pas parfait bien sûr ! La sensation de vitesse aurait mérité d’être plus travaillé à mon humble avis pour ressentir une grande différence. Heureusement, le développeur a pensé à mettre la fonctionnalité de voyage rapide qui était présente sur The Elder Scroll : Skyrim et qui évite d’avoir à faire les trajets les plus longs. De plus l’assistance à la visée est bien maîtrisé pour nous aider dans le gameplay dans des phases ardues lorsque l’on porte des mines par exemple. L’IA est très bien équilibrée afin d’avoir des phases de combats dynamiques ni trop courte, ni trop longue. On sent que le développeur est avant tout un joueur qui a voulu partager pleinement sa passion dans son jeu. La difficulté sera au rendez-vous pour nous épuiser dans l’effort à vaincre les ennemis sans pour autant nous dégoûter du jeu non plus. Quoi qu’il arrive, on n’est pas complètement démuni et on aura des solutions pour vaincre nos ennemis.

Visée automatique

Des statistiques rendant le jeu RPG ?

On en a parlé lors de la première partie du test, les faucons de guerre que l’on va avoir dans nos différentes missions disposent chacun leurs caractéristiques apportant différentes statistiques et qui vont avoir un impact sur le gameplay : la vitesse, l’agilité, l’énergie, les points de vie sont autant de statistiques à regarder. Elles varient donc en fonction de la classe que l’on aura choisi. A certains moment de l’histoire, on pourra améliorer trois caractéristiques (régénération de la santé, vitesse et agilité) grâce à des mutagènes trouvables dans des commerces en échanges d’éclats, autant en profiter !

Aspect RPG

D’ailleurs l’éclat est la monnaie présente dans le jeu, on en obtient lorsque l’on termine des missions principales ou secondaires qui nous permettent ensuite d’acheter des armes, des consommables à usage unique ou permanent, des cartouches de munitions (foudre, incendiaire et acide) et des permis qui nous permettent d’échanger et de marchander avec les autres colonies. On peut alors récupérer des marchandises différentes que celles disponibles dans nos commerces locaux. Il se trouve que c’est assez équilibré même s’il y a plus de permis que d’armes ou de munitions.

Un monde immense à découvrir

The Falconeer est un jeu qui dispose d’une histoire très bien faite amenant ainsi une identité graphique forte grâce à une très bonne direction artistique. Le jeu dure entre 10 et 15 heures pour la campagne principale à cela, il faut rajouter les quêtes secondaires. Mais les zones sont immenses et on peut facilement partir à la découverte des mystères de l’Ursée. On a donc à découvrir des temples, des sanctuaires, des colonies et des épreuves de contre-la-montre. Il y a finalement de quoi faire et le jeu étant un monde ouvert, on a alors de quoi découvrir. Par contre, on n’a pas de quoi mettre des repères et il arrive vite que l’on s’y perde.

De beaux paysages

Par contre, en fonction des missions (chapitre) auxquels on se trouve, il y a des zones que l’on ne pourra pas visiter. De plus si on attaque des alliés sans faire exprès, on deviendra un pirate et on sera alors pourchassé par notre faction. On devra alors recommencer à une ancienne sauvegarde en assumant les conséquences de nos actes car aucun retour n’est possible.

Avec The Falconeer, on découvre un très bon jeu indépendant, un shooter qui est plaisant. Le gameplay est simple et efficace, les combats sont dynamiques avec de la difficulté. Enfin le jeu est très beau et nous invite dans une belle aventure.
Gameplay
85
Scénario
85
Graphisme
80
Durée de vie
75
Note des lecteurs0 Note
0
Une très forte identité graphique
Un excellent gameplay accessible dans toutes les phases
IA bien équilibré au niveau de la difficulté
Un monde ouvert prenant
Des missions variées
Faiblesse dans l'accélération
L'histoire peut sembler confuse par moment
Manque la possibilité de mettre des marqueurs
Quelques bugs visuels constatés
81

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
demons souls solution porte secrete
Le mystère de la porte secrète est enfin résolu dans Demon’s Souls Remake