Test de The Fancy Pants Adventure sur Xbox 360

Accueil » Blog Jeux Vidéo : Actu, Test et Bons Plans » Tests & Reviews des Jeux Vidéo » Test de The Fancy Pants Adventure sur Xbox 360

Ce n’est plus un secret pour personne, le Xbox Live Arcade regorge de petites pépites en tout genre. A tel point qu’il arrive parfois que certains jeux n’ont clairement pas à rougir face à des jeux AAA. Splosion Man, Trials HD, Castle Crashers et bien d’autres font partie de ceux-là. The Fancy Pants Adventures, avec sa patte graphique peu commune, espère faire partie de de la bande. Qu’en est-il réellement une fois la manette entre les mains ?

Soyons fantaisistes, n’ayons l’air de rien !

Créé à la base sous forme de jeu flash sur internet, le héros aux pantalons plus fantaisistes les uns que les autres nous revient cette fois sous la forme d’un jeu Xbox Live Arcade en raison de son succès retentissant sur la toile, à l’image d’un certain Super Meat Boy par exemple. Reprenant un peu le principe de ce dernier, il s’agit ici d’un jeu de plate-forme où sauter sur les murs et faire des cabrioles est monnaie courante. Mais avec cette fois bien plus de classe que dans les autres jeux du genre, notre héros pouvant faire des saltos arrières, des plongeons et autres figures de styles toutes plus amusantes les unes que les autres.

Et quand on sait que notre héros possède un design simple au possible, c’est une prouesse que de l’avoir rendu presque aussi classe qu’un certain prince de Perse par exemple. En effet, la patte graphique du titre de Borne Games est assez unique en son genre puisque l’on jurerait que le tout a été créé par des enfants. Avec ses couleurs pastels, ses contours maladroits donnant l’impression qu’ils ont été réalisés à main levée, ses ennemis au design simpliste et ses perspectives peu respectées, The Fancy Pants Adventures possède un charme certain qui ne manquera pas de nous ramener dans notre plus tendre enfance. Les musiques ne manqueront d’ailleurs pas de nous y immerger encore plus, de par leur ton très gai et enfantin.

Le scénario est lui aussi très simple dans son genre : la soeur du héros s’est fait enlevée par de vilains pirates qui veulent qu’elle devienne leur chef ! Ainsi, à travers les onze niveaux qui composent l’histoire, il faudra combattre un bestiaire – assez peu varié avouons-le – en commençant par leur sauter dessus, puis à leur shooter dedans tel un ballon de foot une fois ceux-ci assommés, ce qui s’avère assez amusant (surtout si on prend la peine de prendre de l’élan). Si l’histoire peut se terminer très rapidement (compter entre une et deux heures), le réel intérêt du jeu provient du fait de le terminer à 100%, ce qui est une toute autre affaire.

Dans ce but, chaque niveau comporte pléthores de gribouillis qu’il faut absolument tous ramasser, des salles secrètes avec des défis à relever, ainsi que des étoiles cachées qui permettent par la suite de déverrouiller de nouveaux mondes issus de la version flash du jeu. La jouabilité spéciale du titre demandera une certaine maîtrise pour pouvoir tout obtenir, car plusieurs endroits sont assez difficiles d’accès et notre héros à une certaine tendance à glisser. On peut également dénoter un certain temps de latence entre le moment où on appuie sur le bouton et le moment où l’action se passe à l’écran, ce qui nous demande régulièrement d’anticiper un peu les évènements. On est assez loin de la précision chirurgicale d’un Super Meat Boy par exemple. Même si cela peut s’avérer gênant, on s’y fait toutefois assez rapidement pour que cela ne devienne plus un obstacle à notre progression. 

En plus de ce mode histoire existent divers défis à réussir, comme des courses, des parcours de « golf », des batailles de style et bien d’autres encore. La variété est donc au rendez-vous, d’autant plus que toute l’intégralité du jeu est jouable jusqu’à quatre joueurs en simultané, que cela soit en local ou en ligne. Et soyez certains que les coups bas seront légion puisque les joueurs peuvent interagir entre eux (sauter sur la tête d’un compagnon pour s’en servir de trampoline, le tacler, le shooter, etc…). Il est même parfois assez compliqué de se distinguer des autres étant donné la petite taille et la ressemblance de nos personnages. C’est pour cela qu’en fin de niveau on débloquera plusieurs nouveaux items à porter, au nombre quand même de 140, plus originaux les uns que les autres. De quoi assurer une bonne durée de vie au titre.

Partager ce post
Articles Similaires
0
0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Thanks for submitting your comment!