Test de The Last of Us Part 1 sur Playstation 5 : Des améliorations graphiques sublimant le jeu

Aujourd’hui, on va parler d’une licence très appréciée des joueurs : The Last of Us. Il s’agit ici de parler de la version sortie récemment sur Playstation 5 et plus tard sur PC. Il faut dire que l’on a de quoi être impressionné par l’évolution du jeu qui est sorti pour la première fois sur Playstation 3 en 2013 puis a connu une version remastered sur PS4. Alors forcément, on est en droit de se poser de nombreuses questions sur la plus-value de cette édition de la part de Naughty Dog.

Une histoire toujours aussi poignante et intéressante

Pour ceux qui ne connaissent pas le jeu, on va parler un peu de l’histoire pour comprendre les différents enjeux et styles du jeu. On va vivre l’aventure de deux personnages que sont Joël et Ellie dans un monde réaliste et post-apocalyptique où un champignon a transformé une partie de la population en monstres affreux. Personnellement, j’aime à le comparer souvent au film « Je suis une légende » afin que les non-initiés comprennent.

On y découvre alors Joël, un entrepreuneur qui a perdu sa fille à cause indirectement de l’apparition de ce champignon et la jeune Ellie qui va devenir ainsi sa fille de substitution. Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, je n’en dirai pas plus et vous invite fortement à découvrir cette aventure immense qui a été fortement apprécier à sa sortie en 2013 et qui reste toujours aussi plaisante actuellement.

Le seul point qui a changé par rapport à l’époque se trouve être l’arrivée de The Last of Us Part 2 qui résonne en moi et rappelle des suites de la narration. Il est alors même intéressant de refaire cet opus pour découvrir de nombreux détails.

Une claque technique

Mais passons l’histoire pour parler du point le plus important de The Last of Us version PS5 : les graphismes. Forcément, un jeu qui passe de la Playstation 3 à la Playstation 5 a le droit à des améliorations notables. On a ainsi droit à une refonte graphique assez importante et que j’ai personnellement apprécié. Forcément pour ce test, j’ai commencé par relancer The Last of Us sur la PS3 pour me rendre compte des changements. Parlons donc d’abord des notes techniques de la version. A l’époque, on était sur une résolution HD, 720p, il était tout de même un jeu très beau pour l’époque dont voici une image pour comprendre la qualité visuelle de l’époque.

The Last of Us sur PS3

Forcément si on le compare avec des jeux actuels, il y a un fossé mais la version PS5 vient rendre hommage à la qualité que les joueurs méritent d’avoir actuellement. Naughty Dog n’a donc pas fait les choses à moitié dans cette refonte graphique. Les visuels ont été intégralement améliorés et cela se ressent dans tout le jeu. The Last of Us Part 1 sur PS5 propose alors différents modes graphiques. On a ainsi le mode « Fidélité » qui propose une 4K native avec un framerate à 40 FPS mais on ressent des chutes par moment. On a aussi le mode « Performance » qui lui souligne surtout la qualité de jeu avec 60 FPS en 4K dynamique ou 1440p. Ce mode est moins flagrant au niveau des graphismes et privilégie surtout la fluidité. C’est ici un choix personnel que vous avez la possibilité de choisir au lancement du jeu mais aussi durant votre partie avec la possibilité de changer sans avoir à relancer le jeu.

Parlons donc des graphismes, le jeu est bluffant et saisissant de réalisme. Cela commence par les personnages qui sont plus réalistes au niveau des émotions, des mimiques et des mouvements. Le travail était réalisé à l’époque mais grâce à l’évolution des technologies et du matériel, le jeu est plus immersif. C’est aussi ce que l’on constate au travers des différents décors. En effet, The Last of Us est aussi un voyage au travers de différents paysages américains. Il faut dire que l’on partait avec une belle base et que cette version vient tout simplement la sublimer. Les ombres sont plus saisissantes, les effets de lumières plus réalistes tout comme les textures. Les graphismes sont donc en général d’excellentes qualités, on note quelques endroits un peu fade mais ils sont anecdotiques.

Un gameplay pas complètement repensé

En ce qui concerne le gameplay, on va tout de suite parler du level-design qui est resté inchangé dans le jeu mais cela ne m’a pas étonné plus que cela. Par contre, c’est surtout l’usage de la manette DualSense qui a réussit à me surprendre. Il faut dire que le passage de la technologie de la DualShock à la DualSense est important. Les vibrations de la manette nous donnent une impression d’immersion super intéressante et prenante avec par exemple, l’impression des battements du coeur de notre personnage dans des phases de stress.

Mais en plus de cela, on peut découvrir de nouvelles options de jeu permettant d’enrichir l’expérience pour les joueurs les plus habitués de la saga. En effet, on peut découvrir un mode de mort permanente, un mode speedrun permettant de vivre 2 expériences complètement différentes. On va aussi retrouver dans le menu Bonus des images et des modèles 3D inédits à visionner ainsi que des commentaires de la part du directeur Neil Druckmann et des acteurs d’Ellie et Joël. Enfin, on a même la possibilité maintenant de reconfigurer les touches de la manette pour personnaliser son gameplay. Le jeu devient ainsi extrêmement abouti pour notre plus grand plaisir.

Pour ce qui est des phases de combat, on a le droit à des combats prenants, plus fluides grâce à l’amélioration des FPS qui rend service au jeu. C’est aussi le cas pour les mouvements en général du jeu qui se veulent aussi plus fluides et plus précis surtout pour prendre des objets à balancer à des ennemis.

Cependant, on est aussi dans la même routine que l’on connaît mais qui reste très efficace dans ce genre de jeu d’aventure. C’est-à-dire que l’on se retrouve avec un schéma permanent de narration, d’exploration puis de combat et cela recommence. C’est notable même si c’est pour le bien être du jeu qui a besoin de faire progresser dans l’histoire du jeu.

Une histoire à vivre

Finalement, le jeu est abouti et nous permet de vivre l’histoire déjà connu lors de sa sortie sur PS3 accompagné du DLC Left Behind qui nous fait vivre l’aventure d’Ellie avant qu’elle ne rencontre Joël. On a finalement une bonne vingtaine d’heures de jeu pour notre plus grand plaisir afin de compléter les deux aventures et bien plus si on veut le faire dans les différents modes de jeu. Néanmoins, ce jeu ne doit pas être jugé par sa durée de vie mais par son histoire qui est extraordinaire à vivre.

En résumé !

Test de The Last of Us Part 1 sur Playstation 5 : Des améliorations graphiques sublimant le jeu

Naughty Dog n'a pas fait les choses à moitié avec ce portage sur PS5 de The Last of Us Part 1. On a ainsi une aventure plus réaliste graphiquement avec la prise en compte de nouvelles technologies permettant d'améliorer les effets de lumière et d'ombre. Le jeu est aussi plus fluide grâce à la console qui permet d'avoir du 60 FPS stable. Enfin, l'histoire reste ce qu'elle est c'est-à-dire une narration aussi excellente qu'à l'époque.
9
Excellent
Points Positifs :
  • Des améliorations graphiques bluffantes
  • Les effets sur les ombres et les lumières
  • De nouvelles fonctionnalités d'accessibilité
  • Quelques bonus présents
  • Une histoire toujours aussi prenante
  • Un jeu plus réaliste et plus fluide
Points Négatifs :
  • Quelques détails moins frappants

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!