Test de Tour de France 2022 : ça pédale dur

Dans quelques jours aura lieu le départ du Tour de France 2022 et c’est donc le meilleur moment pour passer sur une petite phase test du jeu développé par Cyanide Studio et édité par Nacon. Personnellement, je regarde le Tour ou j’y assiste depuis que je suis petit. En effet, mon oncle a eu une équipe de cyclisme semi-professionnel, a été coureur et j’ai baigné ainsi la dedans. Alors forcément, j’ai décidé de me lancer dans ce test avec beaucoup d’attente forcément…

Une tentative d’immersion ?

Je vais essayer d’être le plus méthodologique pour ce test car il y a des choses à dire concernant le jeu. Tout d’abord parlons de l’interface du menu. On arrive sur des onglets permettant d’accéder aux différents jeux dont on va parler.

  • Course : Permet de participer aux différentes courses étapes par étapes. On a alors le Tour de France 2022 avec 21 étapes, le Critérium du Dauphiné avec 8 étapes, My Tour permettant de créer notre épreuve, Liège-Bastogne-Liège et Paris-Roubaix.
  • Courses du moment : Permet de participer à une épreuve par semaine, un défi pour affronter les joueurs du monde entier. C’est une nouvelle fonctionnalité.
  • Le mode Pro Team qui permet de gérer une équipe entière de cyclisme pour apprendre à créer une stratégie d’équipe et d’affronter les autres.
  • Pro Leader : Permet de créer son propre coureur pour le faire évoluer durant différentes saisons.
  • Entraînement pour découvrir les différents contrôles.
  • Editeur : Afin de personnaliser le nom des coureurs et des champions nationaux.
  • Onglet Options et Manuel.

Bon, il y a du contenu ! C’est ce que l’on peut dire mais il faut aussi que cela assure à côté. Tout d’abord, la première remarque que je peux faire concerne le menu. Il est scindé en deux ce que je n’avais pas vu la première fois que j’ai lancé le jeu. J’ai passé quelques minutes à chercher l’onglet Option afin de configurer mes paramètres optimaux.

Passons maintenant au mode principale du jeu, il s’agit de l’onglet Course et bien évidemment, j’ai choisi le Tour de France pour me faire les jambes. On a ici quelques paramètres à sélectionner. Cela va de la difficulté, à la préparation mais aussi aux incidents de course… Je reviendrais dessus pour parler du gameplay. On sélectionne ensuite l’équipe que l’on va représenter. Les maillots, les coureurs, c’est plutôt agréable.

On s’installe sur la selle et on lance la première étape et là, c’est quand même la douche froide. J’ai l’habitude de jouer à des jeux de gestion et de simulation et les graphismes « moches » ne me dérangent pas vraiment. Mais ici, je trouve que l’on n’est pas sur un jeu de notre génération. De nombreux défauts sont visibles, le plus choquant se trouve être dans les arbres qui ont une apparence en 2D. L’affichage de l’arrière plan est assez catastrophique avec des effets de clipping fréquant. Les coureurs sont assez réalistes mais sans plus. On ne remarque pas vraiment la différence entre les coureurs à part sur le maillot. L’ensemble du jeu est ainsi mauvais sur les graphismes à mes yeux.

Par contre, on est sur les véritables étapes du Tour de France. Oui, il faut quand même noter les points positifs et même si les graphismes ne sont pas du plus belle effet, il faut quand même applaudir les développeurs qui ont réalisé toutes les routes du Tour à la manière d’un personnage qui se ballade sur Google Maps en quelques sortes.

Bon la première étape est terminé et on arrive sur un endroit où on peut voir les informations de la course et celle qui va suivre, les tableaux sont très visuels et bien organisés. On aurait aimé cependant plus d’informations mais j’en parlerai en ce qui concerne la durée de vie du jeu.

Pédaler dans le vent

J’ai trouvé cette expression très approprier en ce qui concerne le gameplay du jeu. Dès le départ, on constate un manque de fonctionnalités pour avoir une expérience réellement immersive dans les étapes. On a une gâchette qui nous permet de pédaler, un bouton pour accélérer, un bouton pour se ravitailler, un bouton pour donner des indications radios et un pour suivre un coureur. En fait, on pourrait considérer que cela est suffisant mais dans les faits, on voit très rapidement les limites.

En effet, lorsque l’on est dans le peloton, on préfèrera appuyer sur la touche pour suivre un coureur afin de ne pas surveiller en permanence la jauge de fatigue mise en place par les développeurs. On donnera alors des indications pour lancer des attaques, faire des relais à ses coureurs ou d’autres stratégies de courses. Finalement, on s’ennuiera alors rapidement. Si on décide de rouler soi-même pour avoir une expérience plus immersive, on doit alors surveiller en permanence la jauge de fatigue pour ne pas se cramer trop rapidement. C’est un peu plus réaliste même si cela reste ennuyeux assez rapidement.

Personnellement, j’ai passé mon temps à suivre des coureurs ou des équipiers en attendant les points stratégiques mais rester appuyé sur la même touche pendant une demi-heure devient lassant quand même. C’est alors préférable de se lancer dans la course rapide qui fait faire les courses automatiquement sans que l’on n’est rien à faire.

De nouvelles fonctionnalités sont aussi présentes intégrant les chutes et les maladies durant le Tour mais hélas, je n’ai pas ressenti de réel changement. Surtout que l’on constate qu’il n’y a aucune communication à ce sujet durant les courses où même après. En effet, on aurait aimé avoir des informations d’après courses assez claires concernant les chutes ou sur les abandons. Tout comme, je n’ai trouvé aucunes informations concernant la voiture balai. Finalement, c’est un jeu qui mérite d’avoir plus de fonctionnalités pour être intéressant.

21 étapes et ensuite ?

21 étapes du Tour de France et ensuite, il reste bien sûr les autres étapes et quelques modes disponibles. J’espérais trouver d’autres choses à faire afin d’avoir un peu plus d’aventure, une nouvelle expérience. J’ai donc lancé le mode Pro Team et c’est là aussi la douche froide. Puisque l’on ne va pas s’occuper de l’équipe à proprement parler. On va alors juste pouvoir à nouveaux participer à des courses.

Il n’y a rien de nouveau dans cette rubrique et cela n’a donc pas l’effet de prolonger l’expérience mais seulement un ressenti de lassitude habituelle. Une expérience dommageable pour ce jeu qui aurait pu être bien mieux que prévue.

En résumé !

Test de Tour de France 2022 : ça pédale dur

Vous l'aurez donc compris le jeu Tour de France 2022 est, selon moi, une déception. Il a voulu proposer une immersion dans la peau d'un coureur cycliste mais les développeurs ont oublié de nombreuses fonctionnalités et les graphismes n'aident vraiment pas à se sentir bien dans les villes françaises.
3.5
Bad
Points Positifs :
  • Les circuits officiels du tour
  • Le système de fatigue
Points Négatifs :
  • Les circuits officiels du tour
  • Le système de fatigue

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!