Test Dead or Alive 5 : Last Round – Le dernier Round, vraiment ?

Cela fait environ un an et demi que Dead or Alive 5 Ultimate, la version révisée et corrigée de Dead or Alive 5, est sorti. Nous étions en février 2015 et voici que la 3ème itération de DOA 5 (si l’on compte DOA 5 Plus sorti sur la Vita) est sortie sur toutes nos machines, cette fois-ci appelée Dead or Alive 5 : Last Round. La bataille finale d’un jeu qui n’est pas encore terminé… en attendant Dead or Alive 6 ?

Chers lecteurs, je vais commencer ce test par un aveu : je n’ai jamais aimé Dead or Alive, et j’ai fait attention à ne pas trop m’intéresser à la série. Ce n’est pas facile, quand on est un amateur de jeux de combat comme moi, ça a tellement à offrir. Mais maintenant, avec toutes ces salopes, avec tous ces gros seins, et ces maillots de bain avec et sans paillettes, j’ai l’impression d’être insultée. À mon avis, Dead or Alive est l’un des derniers représentants d’une époque où certains développeurs et éditeurs voyaient les joueurs uniquement comme des adolescents excités qui devaient être séduits par le gore ou les gros seins. Mais penser cela, c’est ignorer que malgré cela, les jeux de Team Ninja ne sont que des démonstrations de jambes infinies : ce sont aussi de grands jeux de combat. J’ai donc lancé Dead or Alive 5 : The Final Round avec un certain intérêt, déterminé à mettre fin à ma perception négative de la série.

Incidemment, en tant que version « améliorée » du premier Dead or Alive 5, Last Round n’est absolument pas différent de son homologue plus ancien. Si je vous invite à relire le superbe essai de Dharn écrit en septembre 2012, je reviendrai aussi sur ce qui doit être commenté, critiqué, disséqué dans cette revue.

Xia et d’autres entrent dans la prochaine génération

Cette ultime manche est donc avant tout l’occasion de voir Dead or Alive tourner sur une nouvelle génération de consoles. Le jeu propose des versions physiques sur Xbox One et PlayStation 4, tandis que Xbox 360 et PlayStation 3 devront accepter des versions non physiques. Mais faire la distinction entre les quatre versions nécessite un œil averti. En effet, le Last Round One/PS4 n’est pas très différent de la version PS3/360. Alors oui, en effet, nous avons un écran 1080p, le tout fonctionnant à 60 images par seconde. Mais nous ne pouvons honnêtement pas dire que le jeu est plus joli. L’équipe a retravaillé de nombreuses textures de peau des combattants, mais Visually, Dead or Alive 5: The Last Round n’était pas convaincant. Pas du tout, car si les combattants font honneur, les scènes et tout ce qu’on peut voir en mode scène peuvent parfois être moche, surtout pour PS4/Xbox One. Pour les non-initiés, le tour final semble n’être qu’un portage de Dead or Alive 5 sorti sur PS3/360 il y a trois ans. Si l’on se souvient du jeu dans cette version à 40 euros.

De nombreux guerriers… et costumes

Comme DOA 5 Plus et DOA 5 Ultimate avant lui, Last Round propose de nombreux personnages, des célèbres Kasumi, Christie, Helena à des êtres plus surprenants (et donc populaires) comme le héros de Ninja Gaiden Ryu Hayabusa ou encore Jacky Bryant, avant qu’il ne distribue Mandal sur Virtua Fighter. Le jeu comprend également deux personnages absents des trois premiers DOA 5 : Raidou et Honoka. Si ce dernier est un personnage exclusif à Last Round, alors Raidou n’est pas étranger aux fans de la série, ayant servi de boss final dans le premier Dead or Alive.

Au total, ce ne sont pas moins de 32 personnages que vous pouvez admirer et utiliser, tous avec leurs propres styles de combat, du Kung Fu chinois au MMA en passant par différents arts martiaux. Japon. Vous êtes sûr de trouver quelqu’un qui correspond à votre style. Choisissez également parmi les nombreux costumes que le jeu a à offrir, certains avec plus de 30 d’entre eux ! Pour ceux qui connaissent la série, vous devrez soit les jouer pour les déverrouiller, soit les importer des jeux précédents. A noter également que sur la version PS4/One, il est également possible de pousser un peu plus la personnalisation de vos combattants préférés, car pour certains, il existe une option coiffure différente pour qu’ils portent des lunettes. .. Beaucoup de personnalisation en somme.

On rira moins quand on verra le season pass qui accompagne la sortie du jeu, et il est proposé aux alentours de 90 euros, soit une somme complètement folle pour se procurer… de nouvelles tenues. Même moi, qui aime la personnalisation des jeux de combat, j’ai un peu de mal conceptuellement. Mais passons à autre chose.

VS combat pour tous

Je ne vais pas répéter ce que j’ai déjà dit dans les tests de DOA 5 et DOA 5 Ultimate. La puissance de Dead or Alive est que n’importe qui peut prendre un pad presque automatiquement et s’amuser. En ce qui concerne les boutons, c’est simple : un pour le coup de poing, un pour le coup de pied, un pour la garde, un pour la tasse. Les combinaisons sont faciles à trouver tant que vous avez la patience de les apprendre. Ne pensez pas qu’il ne vous faut que quelques heures pour devenir PGM, car le jeu peut aussi être très bon, notamment dans son système de défense, il y a 3 niveaux (haut, moyen, bas) système de compteur. Ces compteurs ajoutent encore plus de dynamisme à DOA, qui brille déjà par ses affrontements hyper-dynamiques, très proches de ce qu’il y a dans Iron Fist.

Contenu riche

Où taper dans ce DOA 5 : Last Round ? Bien sûr au même endroit dans DOA 5 et DOA 5 Ultimate ! Les menus ne changent rien, vous trouverez donc toujours des modes scènes totalement « wtf » accrochés à des cinématiques totalement ridicules et des discussions qu’on ne comprend pas toujours trop car l’ensemble est chamboulé dans la narration. On est toujours un peu surpris de voir que dans la routine sociale de Dead or Alive, la plupart du temps, c’est « Bonjour ! C’est l’étiquette dans notre espace vert. Mais on s’est bien amusé et le mode va nous permettre de jouer la plupart du temps. les personnages du jeu.

Ensuite c’est assez classique (mais ça marche !) : arcade, survie, chaque seconde compte, et bien sûr le jeu en ligne. Encore une fois, le jeu en ligne le plus classique, son tableau des champions, son classement (remis à zéro, même si vous êtes 5ème ceinture noire sur DOA 5 Ultimate) et… son framerate baisse, selon les arènes. Un peu désagréable.

A titre personnel, en tant que « rookie », j’apprécie la variété des tutoriels, très nombreux, et une bonne explication des diverses possibilités que nous offre le jeu. Le tour final a l’avantage de n’exclure aucun joueur, et même si vous n’avez jamais touché à la série, ou à peine (comme moi), vous ne serez pas lâché dans la nature.

En résumé !

Test Dead or Alive 5 : Last Round – Le dernier Round, vraiment ?

Cela fait environ un an et demi que Dead or Alive 5 Ultimate, la version révisée et corrigée de Dead or Alive 5, est sorti. Nous étions en février 2015 et voici que la 3ème itération de DOA 5 (si l'on compte DOA 5 Plus sorti sur la Vita) est sortie sur toutes nos machines, cette fois-ci appelée Dead or Alive 5 : Last Round. La bataille finale d'un jeu qui n'est pas encore terminé... en attendant Dead or Alive 6 ? Chers lecteurs, je vais commencer ce test par un aveu : je n'ai jamais aimé Dead or Alive, et j'ai fait attention à ne pas trop m'intéresser à la série. Ce n'est pas facile, quand on est un amateur de jeux de combat comme moi, ça a tellement à offrir. Mais maintenant, avec toutes ces salopes, avec tous ces gros seins, et ces maillots de bain avec et sans paillettes, j'ai l'impression d'être insultée. À mon avis, Dead or Alive est l'un des derniers représentants d'une époque où certains développeurs et éditeurs voyaient les joueurs uniquement comme des adolescents excités qui devaient être séduits par le gore ou les gros seins. Mais penser cela, c'est ignorer que malgré cela, les jeux de Team Ninja ne sont que des démonstrations de jambes infinies : ce sont aussi de grands jeux de combat. J'ai donc lancé Dead or Alive 5 : The Final Round avec un certain intérêt, déterminé à mettre fin à ma perception négative de la série. Incidemment, en tant que version "améliorée" du premier Dead or Alive 5, Last Round n'est absolument pas différent de son homologue plus ancien. Si je vous invite à relire le superbe essai de Dharn écrit en septembre 2012, je reviendrai aussi sur ce qui doit être commenté, critiqué, disséqué dans cette revue. Xia et d'autres entrent dans la prochaine génération Cette ultime manche est donc avant tout l'occasion de voir Dead or Alive tourner sur une nouvelle génération de consoles. Le jeu propose des versions physiques sur Xbox One et PlayStation 4, tandis que Xbox 360 et PlayStation 3 devront accepter des versions non physiques. Mais faire la distinction entre les quatre versions nécessite un œil averti. En effet, le Last Round One/PS4 n'est pas très différent de la version PS3/360. Alors oui, en effet, nous avons un écran 1080p, le tout fonctionnant à 60 images par seconde. Mais nous ne pouvons honnêtement pas dire que le jeu est plus joli. L'équipe a retravaillé de nombreuses textures de peau des combattants, mais Visually, Dead or Alive 5: The Last Round n'était pas convaincant. Pas du tout, car si les combattants font honneur, les scènes et tout ce qu'on peut voir en mode scène peuvent parfois être moche, surtout pour PS4/Xbox One. Pour les non-initiés, le tour final semble n'être qu'un portage de Dead or Alive 5 sorti sur PS3/360 il y a trois ans. Si l'on se souvient du jeu dans cette version à 40 euros. De nombreux guerriers... et costumes Comme DOA 5 Plus et DOA 5 Ultimate avant lui, Last Round propose de nombreux personnages, des célèbres Kasumi, Christie, Helena à des êtres plus surprenants (et donc populaires) comme le héros de Ninja Gaiden Ryu Hayabusa ou encore Jacky Bryant, avant qu'il ne distribue Mandal sur Virtua Fighter. Le jeu comprend également deux personnages absents des trois premiers DOA 5 : Raidou et Honoka. Si ce dernier est un personnage exclusif à Last Round, alors Raidou n'est pas étranger aux fans de la série, ayant servi de boss final dans le premier Dead or Alive. Au total, ce ne sont pas moins de 32 personnages que vous pouvez admirer et utiliser, tous avec leurs propres styles de combat, du Kung Fu chinois au MMA en passant par différents arts martiaux. Japon. Vous êtes sûr de trouver quelqu'un qui correspond à votre style. Choisissez également parmi les nombreux costumes que le jeu a à offrir, certains avec plus de 30 d'entre eux ! Pour ceux qui connaissent la série, vous devrez soit les jouer pour les déverrouiller, soit les importer des jeux précédents. A noter également que sur la version PS4/One, il est également possible de pousser un peu plus la personnalisation de vos combattants préférés, car pour certains, il existe une option coiffure différente pour qu'ils portent des lunettes. .. Beaucoup de personnalisation en somme. On rira moins quand on verra le season pass qui accompagne la sortie du jeu, et il est proposé aux alentours de 90 euros, soit une somme complètement folle pour se procurer... de nouvelles tenues. Même moi, qui aime la personnalisation des jeux de combat, j'ai un peu de mal conceptuellement. Mais passons à autre chose. VS combat pour tous Je ne vais pas répéter ce que j'ai déjà dit dans les tests de DOA 5 et DOA 5 Ultimate. La puissance de Dead or Alive est que n'importe qui peut prendre un pad presque automatiquement et s'amuser. En ce qui concerne les boutons, c'est simple : un pour le coup de poing, un pour le coup de pied, un pour la garde, un pour la tasse. Les combinaisons sont faciles à trouver tant que vous avez la patience de les apprendre. Ne pensez pas qu'il ne vous faut que quelques heures pour devenir PGM, car le jeu peut aussi être très bon, notamment dans son système de défense, il y a 3 niveaux (haut, moyen, bas) système de compteur. Ces compteurs ajoutent encore plus de dynamisme à DOA, qui brille déjà par ses affrontements hyper-dynamiques, très proches de ce qu'il y a dans Iron Fist. Contenu riche Où taper dans ce DOA 5 : Last Round ? Bien sûr au même endroit dans DOA 5 et DOA 5 Ultimate ! Les menus ne changent rien, vous trouverez donc toujours des modes scènes totalement "wtf" accrochés à des cinématiques totalement ridicules et des discussions qu'on ne comprend pas toujours trop car l'ensemble est chamboulé dans la narration. On est toujours un peu surpris de voir que dans la routine sociale de Dead or Alive, la plupart du temps, c'est "Bonjour ! C'est l'étiquette dans notre espace vert. Mais on s'est bien amusé et le mode va nous permettre de jouer la plupart du temps. les personnages du jeu. Ensuite c'est assez classique (mais ça marche !) : arcade, survie, chaque seconde compte, et bien sûr le jeu en ligne. Encore une fois, le jeu en ligne le plus classique, son tableau des champions, son classement (remis à zéro, même si vous êtes 5ème ceinture noire sur DOA 5 Ultimate) et... son framerate baisse, selon les arènes. Un peu désagréable. A titre personnel, en tant que "rookie", j'apprécie la variété des tutoriels, très nombreux, et une bonne explication des diverses possibilités que nous offre le jeu. Le tour final a l'avantage de n'exclure aucun joueur, et même si vous n'avez jamais touché à la série, ou à peine (comme moi), vous ne serez pas lâché dans la nature.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!