Test Def Jam Vendetta

Grâce au mélange explosif de combats de rue et de rap, EA Sports BIG nous a prouvé avec Def Jam Vendetta que les jeux de lutte peuvent aussi être très amusants, ce que nous avons tendance à oublier ces jours-ci.

EA Sports BIG en fait une véritable tournée avec Def Jam Vendetta. Après la poussée de NBA Street pour le basket-ball, les courses Shox, le snowboard SSX, les motoneiges Sled Storm et le motocross Freekstyle, la division des sports extrêmes d’Electronic Arts s’attaque désormais aux combats de rue. Quand on voit les piètres performances de THQ, un concurrent qui peinait depuis des années dans la catégorie « Wrestling and Ultimate Fighting », on se demande comment EA Sports BIG s’est soudainement imposé dans l’industrie sans avoir besoin d’être dans le domaine. Eh bien, tout simplement, en s’appuyant sur l’expertise du studio AKI, qui a réalisé WWF No Mercy sur la N64, mais aussi en prenant son titre dans les moindres détails, offrant aux joueurs une bataille spectaculaire qui respecte l’équilibre parfait dans l’Entre plaisir , jouabilité et technologie. , les trois logos de Def Jam Vendetta.

Drôle, Def Jam Vendetta est sûr. S’appuyant sur le label hip-hop Def Jam, tous les combattants sont issus du monde du rap, ainsi que dix des plus grands noms du milieu (DMX, Redman, Scarface, Ludacris, Method Man…). Joliment stylés, on apprend à bien connaître les personnalités, et on admire le travail accompli par des inconnus aux looks ravageurs et au total street spirit. Toujours question d’ambiance, toutes les musiques sont évidemment signées par le label qui donne son nom au jeu. Ordinaire. Nous sommes donc immédiatement entrés dans les toilettes, le paddock était entouré d’une foule nombreuse de spectateurs venus assister au combat sans concession, les enceintes ont mis en boucle des samples pour que le conflit puisse commencer.

On arrive donc au deuxième point du jeu : la jouabilité. Def Jam Vendetta en prend tellement (plus de 1500 annoncés) qu’on pourrait penser qu’il faut faire des combos fous pour placer les plus efficaces. Eh bien, pas en fait. Les prises de vue peuvent varier et il n’est pas nécessaire de fouiller dans les manuels pendant des heures pour les apprendre car tout se passe instinctivement. Une fois que vous avez compris ce que fait chaque touche (frapper, contrer, accélérer, humilier…), vous pouvez vraiment faire ce que vous voulez avec votre personnage. Une fois dans un titre comme celui-ci, on a vraiment l’impression d’agir, pas de jouer en frappant.

Cependant, il n’y a aucun problème à y aller comme un vieux cheval. Bien que cette approche puisse parfois fonctionner, elle ne fonctionne souvent pas. Ici, la partie est gagnée avec l’expérience et la technologie. Vous devez apprendre à frapper au bon moment pour fatiguer votre adversaire, contrer ses attaques, le renverser et lui faire honte entre amis. Une grande partie du gameplay est en fait basée sur les contres, et tant qu’on sait les placer, tout en respectant un timing parfait, on peut renverser la vapeur. Chaque attaque augmente d’un wattmètre, déclenchant le mode flamme, durant lequel vous frappez deux fois plus fort. Une autre jauge à l’écran indique la santé du personnage. Cela dit, un compteur complètement vide ne signifie pas forcément un K.O. Mais en revanche, cela peut vous maintenir plus longtemps dans la vape si un choc trop violent survient. Dans un match de catch traditionnel, votre adversaire peut vous immobiliser pendant des heures. La dernière façon de gagner un combat est de forcer votre adversaire à abandonner en cassant des membres, mais cela peut prendre un certain temps car les parties du corps ont leurs propres barres énergétiques qui tombent très, très lentement.
Def Jam Vendetta est fun, jouable et technique, et c’est aussi original car il propose un mode scénario plutôt pas mal en plus du mode multijoueur. Des cinématiques interrompent votre ascension dans les combats de rue, et le jeu solo, généralement assez fade dans ce genre de titre, devient du coup très prenant. Bref, ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas autant amusé avec un titre de catch. Merci EA Sports BIG !

En résumé !

Test Def Jam Vendetta

Grâce au mélange explosif de combats de rue et de rap, EA Sports BIG nous a prouvé avec Def Jam Vendetta que les jeux de lutte peuvent aussi être très amusants, ce que nous avons tendance à oublier ces jours-ci. EA Sports BIG en fait une véritable tournée avec Def Jam Vendetta. Après la poussée de NBA Street pour le basket-ball, les courses Shox, le snowboard SSX, les motoneiges Sled Storm et le motocross Freekstyle, la division des sports extrêmes d'Electronic Arts s'attaque désormais aux combats de rue. Quand on voit les piètres performances de THQ, un concurrent qui peinait depuis des années dans la catégorie "Wrestling and Ultimate Fighting", on se demande comment EA Sports BIG s'est soudainement imposé dans l'industrie sans avoir besoin d'être dans le domaine. Eh bien, tout simplement, en s'appuyant sur l'expertise du studio AKI, qui a réalisé WWF No Mercy sur la N64, mais aussi en prenant son titre dans les moindres détails, offrant aux joueurs une bataille spectaculaire qui respecte l'équilibre parfait dans l'Entre plaisir , jouabilité et technologie. , les trois logos de Def Jam Vendetta. Drôle, Def Jam Vendetta est sûr. S'appuyant sur le label hip-hop Def Jam, tous les combattants sont issus du monde du rap, ainsi que dix des plus grands noms du milieu (DMX, Redman, Scarface, Ludacris, Method Man...). Joliment stylés, on apprend à bien connaître les personnalités, et on admire le travail accompli par des inconnus aux looks ravageurs et au total street spirit. Toujours question d'ambiance, toutes les musiques sont évidemment signées par le label qui donne son nom au jeu. Ordinaire. Nous sommes donc immédiatement entrés dans les toilettes, le paddock était entouré d'une foule nombreuse de spectateurs venus assister au combat sans concession, les enceintes ont mis en boucle des samples pour que le conflit puisse commencer. On arrive donc au deuxième point du jeu : la jouabilité. Def Jam Vendetta en prend tellement (plus de 1500 annoncés) qu'on pourrait penser qu'il faut faire des combos fous pour placer les plus efficaces. Eh bien, pas en fait. Les prises de vue peuvent varier et il n'est pas nécessaire de fouiller dans les manuels pendant des heures pour les apprendre car tout se passe instinctivement. Une fois que vous avez compris ce que fait chaque touche (frapper, contrer, accélérer, humilier...), vous pouvez vraiment faire ce que vous voulez avec votre personnage. Une fois dans un titre comme celui-ci, on a vraiment l'impression d'agir, pas de jouer en frappant. Cependant, il n'y a aucun problème à y aller comme un vieux cheval. Bien que cette approche puisse parfois fonctionner, elle ne fonctionne souvent pas. Ici, la partie est gagnée avec l'expérience et la technologie. Vous devez apprendre à frapper au bon moment pour fatiguer votre adversaire, contrer ses attaques, le renverser et lui faire honte entre amis. Une grande partie du gameplay est en fait basée sur les contres, et tant qu'on sait les placer, tout en respectant un timing parfait, on peut renverser la vapeur. Chaque attaque augmente d'un wattmètre, déclenchant le mode flamme, durant lequel vous frappez deux fois plus fort. Une autre jauge à l'écran indique la santé du personnage. Cela dit, un compteur complètement vide ne signifie pas forcément un K.O. Mais en revanche, cela peut vous maintenir plus longtemps dans la vape si un choc trop violent survient. Dans un match de catch traditionnel, votre adversaire peut vous immobiliser pendant des heures. La dernière façon de gagner un combat est de forcer votre adversaire à abandonner en cassant des membres, mais cela peut prendre un certain temps car les parties du corps ont leurs propres barres énergétiques qui tombent très, très lentement. Def Jam Vendetta est fun, jouable et technique, et c'est aussi original car il propose un mode scénario plutôt pas mal en plus du mode multijoueur. Des cinématiques interrompent votre ascension dans les combats de rue, et le jeu solo, généralement assez fade dans ce genre de titre, devient du coup très prenant. Bref, ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas autant amusé avec un titre de catch. Merci EA Sports BIG !
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!