Test Delta Force : Urban Warfare

L’équipe Delta Force est fière d’accueillir le nouvel ajout Urban Warfare, un épisode exclusif à Playstation. À bien y penser, c’est aussi la première entrée de la série à faire sensation sur cette machine, et vu le manque de FPS sur l’irréductible console PSX, on ne serait pas pointilleux. n’importe quel…

En effet, le genre Quake-like n’a jamais vraiment marqué les esprits sur PSX, et mis à part le célèbre MOH Resistance d’Electronic Arts, ce ne sont pas les différents titres de Rainbow Six qui ont réussi à s’harmoniser avec le FPS sur Playstation. Cependant, il y a encore deux raisons de suggérer d’uniformiser les règles du jeu et de donner une chance à Urban Warfare : premièrement, parce que la nouvelle version exclusive de PSX, ces jours-ci, est un peu une victoire sur la tendance actuelle à manquer d’une nouvelle génération de ports innovants. Le travail est le premier épisode de Delta Force développé par Novalogic pour PSX.

En principe, City Warfare n’est pas ce que l’on appellerait un jeu de tir tactique basé sur le travail d’équipe, même s’il s’agit d’un jeu de tir jusqu’au cou dans le contexte du contre-terrorisme militaire. Ici, vous dirigez une seule personne : John Carter, pas le mec des urgences qui squatte nos écrans depuis des années, mais un agent chevronné de la Delta Force mandaté par la CIA pour anéantir l’Amérique du Sud Nouvelles menaces terroristes. Au programme : une douzaine de quêtes difficiles à épater pour les fans passionnés de jeux de tir à la première personne. Certes, le logiciel Novalogic ne cache pas qu’il s’inspire avec bonheur de la source d’idées que la plupart des FPS ont établies il y a longtemps sur les consoles, de Half-Life à l’œil d’or de Deus Ex pour le crochetage. Évidemment, avec l’interactivité de la question, on est loin, très loin du titre d’Ion Storm.

Mais si l’innovation d’Urban Warfare est minime, elle montre tout de même pas mal d’idées géniales qui peuvent être jouées, tant qu’on oublie les nombreux bugs qui ne gênent pas le jeu dans son ensemble. Rien de vraiment original, on retrouve tout de même quelques étapes de gameplay sympa comme la séquence de sniping à la banque ou encore l’étape d’infiltration. La guerre urbaine ne nous libère pas non plus de ce type de cliché et nous permet d’accomplir des tâches désormais classiques mais toujours efficaces telles que libérer des otages, faire des captifs, infiltrer des zones sûres ou désamorcer des bombes. Tout comme la vie de tous les jours. On a la capacité de déplacer les corps pour assurer une progression discrète, mais on a aussi un arsenal intéressant pour les inévitables gunfights.

Le jeu repose davantage sur la manière dure que sur la planification tactique, et nous sommes loin de Rainbow Six où même la moindre balle peut s’avérer mortelle. L’amplitude de mouvement est assez étendue, mais la combinaison de boutons requise n’est pas très intuitive. Le plus ennuyeux reste le manque de précision du jeu, qui est heureusement compensé par la difficulté relativement faible du titre, sachant que la partie peut être sauvegardée entre chaque objectif de mission la plupart du temps. La visée automatique était cependant souvent défectueuse et nous nous retrouvions parfois coincés entre deux gardes dans le couloir, incapables de viser car une porte barrait le passage et le viseur ne pouvait se déplacer que latéralement. Quatre centimètres de débattement. Du coup, on mise sur un viseur manuel moins frustrant, mais pas franchement convaincant non plus. Ajoutez à cela le chargement qui se produit au milieu d’un niveau et le fait que le jeu ne s’arrête pas lors du passage dans le sous-menu d’inventaire, ce qui peut causer pas mal de désagréments inutiles. Delta Force sur la PSX ne doit pas être un échec, mais il offre simplement une impression de déjà vu et de déjà vu. C’est encore plus dommage qu’on soit encore bien en dessous des meilleurs jeux du genre, ce qui est rarement le cas sur Playstation, mais il y a bien plus à sortir de Medal of Honor : Resistance que ce nouveau Delta Force.

En résumé !

Test Delta Force : Urban Warfare

L'équipe Delta Force est fière d'accueillir le nouvel ajout Urban Warfare, un épisode exclusif à Playstation. À bien y penser, c'est aussi la première entrée de la série à faire sensation sur cette machine, et vu le manque de FPS sur l'irréductible console PSX, on ne serait pas pointilleux. n'importe quel... En effet, le genre Quake-like n'a jamais vraiment marqué les esprits sur PSX, et mis à part le célèbre MOH Resistance d'Electronic Arts, ce ne sont pas les différents titres de Rainbow Six qui ont réussi à s'harmoniser avec le FPS sur Playstation. Cependant, il y a encore deux raisons de suggérer d'uniformiser les règles du jeu et de donner une chance à Urban Warfare : premièrement, parce que la nouvelle version exclusive de PSX, ces jours-ci, est un peu une victoire sur la tendance actuelle à manquer d'une nouvelle génération de ports innovants. Le travail est le premier épisode de Delta Force développé par Novalogic pour PSX. En principe, City Warfare n'est pas ce que l'on appellerait un jeu de tir tactique basé sur le travail d'équipe, même s'il s'agit d'un jeu de tir jusqu'au cou dans le contexte du contre-terrorisme militaire. Ici, vous dirigez une seule personne : John Carter, pas le mec des urgences qui squatte nos écrans depuis des années, mais un agent chevronné de la Delta Force mandaté par la CIA pour anéantir l'Amérique du Sud Nouvelles menaces terroristes. Au programme : une douzaine de quêtes difficiles à épater pour les fans passionnés de jeux de tir à la première personne. Certes, le logiciel Novalogic ne cache pas qu'il s'inspire avec bonheur de la source d'idées que la plupart des FPS ont établies il y a longtemps sur les consoles, de Half-Life à l'œil d'or de Deus Ex pour le crochetage. Évidemment, avec l'interactivité de la question, on est loin, très loin du titre d'Ion Storm. Mais si l'innovation d'Urban Warfare est minime, elle montre tout de même pas mal d'idées géniales qui peuvent être jouées, tant qu'on oublie les nombreux bugs qui ne gênent pas le jeu dans son ensemble. Rien de vraiment original, on retrouve tout de même quelques étapes de gameplay sympa comme la séquence de sniping à la banque ou encore l'étape d'infiltration. La guerre urbaine ne nous libère pas non plus de ce type de cliché et nous permet d'accomplir des tâches désormais classiques mais toujours efficaces telles que libérer des otages, faire des captifs, infiltrer des zones sûres ou désamorcer des bombes. Tout comme la vie de tous les jours. On a la capacité de déplacer les corps pour assurer une progression discrète, mais on a aussi un arsenal intéressant pour les inévitables gunfights. Le jeu repose davantage sur la manière dure que sur la planification tactique, et nous sommes loin de Rainbow Six où même la moindre balle peut s'avérer mortelle. L'amplitude de mouvement est assez étendue, mais la combinaison de boutons requise n'est pas très intuitive. Le plus ennuyeux reste le manque de précision du jeu, qui est heureusement compensé par la difficulté relativement faible du titre, sachant que la partie peut être sauvegardée entre chaque objectif de mission la plupart du temps. La visée automatique était cependant souvent défectueuse et nous nous retrouvions parfois coincés entre deux gardes dans le couloir, incapables de viser car une porte barrait le passage et le viseur ne pouvait se déplacer que latéralement. Quatre centimètres de débattement. Du coup, on mise sur un viseur manuel moins frustrant, mais pas franchement convaincant non plus. Ajoutez à cela le chargement qui se produit au milieu d'un niveau et le fait que le jeu ne s'arrête pas lors du passage dans le sous-menu d'inventaire, ce qui peut causer pas mal de désagréments inutiles. Delta Force sur la PSX ne doit pas être un échec, mais il offre simplement une impression de déjà vu et de déjà vu. C'est encore plus dommage qu'on soit encore bien en dessous des meilleurs jeux du genre, ce qui est rarement le cas sur Playstation, mais il y a bien plus à sortir de Medal of Honor : Resistance que ce nouveau Delta Force.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!