Test Destiny Extension I : Les Ténèbres Souterraines

Deux mois et demi après son lancement, Destiny s’offre sa première extension, porteuse d’espoir et de promesse. Il faut dire que les joueurs se mettent à tourner autour de la même carte, répétant inlassablement les mêmes attaques, tout en pillant l’équipement légendaire de la seule équipe disponible. Casser le moule, c’est ce qu’on attend de l’obscurité souterraine.

En tant que tel, il est livré avec un boost de niveau maximum, de nouveaux raids et de nouveaux raids, 3 cartes multijoueurs et de nouvelles missions liées à l’histoire de Crota et Eris, la première extension à arriver. L’investissement de 19,99 euros en vaut-il la peine ? Honnêtement, à première vue, le tout semble léger, et les choses ne s’améliorent pas après avoir passé quelques heures sur le titre.

La première est la mission d’Eris, qui est la mission principale de l’ensemble du DLC. Fournis par une certaine… Eris, située à l’intérieur de la tour, ces événements débutent au niveau 24 et se déroulent en plusieurs étapes. La première, une série de missions à trois étages, est une préquelle des prochains Raids et Raids. La seconde partie de ces quêtes consiste à accomplir plusieurs missions aux buts différents mais similaires : tuer des monstres et récupérer leurs éclats. Cependant, nous apprécierons la subtilité de tuer un certain monstre avec une arme spécifique, ainsi que la présence de nouveaux ennemis qui lâchent leurs épées dès qu’ils sont tués. La séquence qui suit est similaire à la quête Crota du jeu original, où vous utilisez votre épée pour vous débarrasser des ennemis. Le temps est limité, la fonctionnalité est toujours amusante et son retour devrait faire plaisir aux joueurs.

Côté multijoueur, trois nouvelles maps ont fait leur apparition. Le premier est le Panthéon, qui offre le panorama idéal sur le Jardin Noir. Ce labyrinthe de grande taille et à haut plafond est centré autour d’un noyau central plus ouvert, plus propice aux escarmouches d’équipe. Comme il est difficile d’y trouver une place, cette carte est idéale pour éviter le syndrome du campeur et est de loin la plus convaincante pour moi. Skyshock se déroule sur Terre, offrant un environnement très ouvert propice à l’utilisation de tireurs d’élite et de véhicules dispersés dans ses recoins. Le plus petit d’entre eux s’appelle le Chaudron et vous emmène dans les profondeurs de la Lune, le nid officiel de la Ruche. Il ne se démarque pas vraiment par manque d’ouverture et de hauteur, et celui-ci m’a rendu moins accro que les deux autres. Il est vraiment dommage que les deux cartes utilisent la conception exacte des environnements de leur planète respective, à l’exception de l’environnement Black Garden. Pour ceux qui espèrent changer de décor, c’est plutôt décevant.

Pour coïncider avec l’arrivée de cette extension, les Gardiens pourront augmenter leurs lumières pour atteindre le niveau 32. Sans surprise, il faut donc améliorer son équipement grâce à des raid-raid-loot boxes et figurer dans le panthéon des joueurs ayant atteint le plus haut niveau. De nouveaux équipements sont donc de la partie, et le système de loot fonctionne toujours, comme en témoigne notre impatience à peine déguisée à connaître la nature de l’engramme. Pour le reste, la routine a vite commencé, et nous sommes rapidement revenus aux vieilles habitudes d’accepter des contrats en chaîne, de frôler les points d’avant-garde, les couronnes d’événements et les explosions. Ou des bibelots exotiques. Et puis défiler fièrement sur la tour aux yeux de tous, tel un futur rappeur bling.

En résumé !

Test Destiny Extension I : Les Ténèbres Souterraines

Deux mois et demi après son lancement, Destiny s'offre sa première extension, porteuse d'espoir et de promesse. Il faut dire que les joueurs se mettent à tourner autour de la même carte, répétant inlassablement les mêmes attaques, tout en pillant l'équipement légendaire de la seule équipe disponible. Casser le moule, c'est ce qu'on attend de l'obscurité souterraine. En tant que tel, il est livré avec un boost de niveau maximum, de nouveaux raids et de nouveaux raids, 3 cartes multijoueurs et de nouvelles missions liées à l'histoire de Crota et Eris, la première extension à arriver. L'investissement de 19,99 euros en vaut-il la peine ? Honnêtement, à première vue, le tout semble léger, et les choses ne s'améliorent pas après avoir passé quelques heures sur le titre. La première est la mission d'Eris, qui est la mission principale de l'ensemble du DLC. Fournis par une certaine... Eris, située à l'intérieur de la tour, ces événements débutent au niveau 24 et se déroulent en plusieurs étapes. La première, une série de missions à trois étages, est une préquelle des prochains Raids et Raids. La seconde partie de ces quêtes consiste à accomplir plusieurs missions aux buts différents mais similaires : tuer des monstres et récupérer leurs éclats. Cependant, nous apprécierons la subtilité de tuer un certain monstre avec une arme spécifique, ainsi que la présence de nouveaux ennemis qui lâchent leurs épées dès qu'ils sont tués. La séquence qui suit est similaire à la quête Crota du jeu original, où vous utilisez votre épée pour vous débarrasser des ennemis. Le temps est limité, la fonctionnalité est toujours amusante et son retour devrait faire plaisir aux joueurs. Côté multijoueur, trois nouvelles maps ont fait leur apparition. Le premier est le Panthéon, qui offre le panorama idéal sur le Jardin Noir. Ce labyrinthe de grande taille et à haut plafond est centré autour d'un noyau central plus ouvert, plus propice aux escarmouches d'équipe. Comme il est difficile d'y trouver une place, cette carte est idéale pour éviter le syndrome du campeur et est de loin la plus convaincante pour moi. Skyshock se déroule sur Terre, offrant un environnement très ouvert propice à l'utilisation de tireurs d'élite et de véhicules dispersés dans ses recoins. Le plus petit d'entre eux s'appelle le Chaudron et vous emmène dans les profondeurs de la Lune, le nid officiel de la Ruche. Il ne se démarque pas vraiment par manque d'ouverture et de hauteur, et celui-ci m'a rendu moins accro que les deux autres. Il est vraiment dommage que les deux cartes utilisent la conception exacte des environnements de leur planète respective, à l'exception de l'environnement Black Garden. Pour ceux qui espèrent changer de décor, c'est plutôt décevant. Pour coïncider avec l'arrivée de cette extension, les Gardiens pourront augmenter leurs lumières pour atteindre le niveau 32. Sans surprise, il faut donc améliorer son équipement grâce à des raid-raid-loot boxes et figurer dans le panthéon des joueurs ayant atteint le plus haut niveau. De nouveaux équipements sont donc de la partie, et le système de loot fonctionne toujours, comme en témoigne notre impatience à peine déguisée à connaître la nature de l'engramme. Pour le reste, la routine a vite commencé, et nous sommes rapidement revenus aux vieilles habitudes d'accepter des contrats en chaîne, de frôler les points d'avant-garde, les couronnes d'événements et les explosions. Ou des bibelots exotiques. Et puis défiler fièrement sur la tour aux yeux de tous, tel un futur rappeur bling.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!